<Glazblog/>

Friday 4 September 2015

ParisWeb 2015

Les inscriptions à ParisWeb, la meilleure conf du secteur depuis 2006, c'est maintenant !

Monday 31 August 2015

Lyonnaise des Eaux, again and again...

En Septembre 2014 et juillet 2015, je poussais deux râlantes contre l'incompétence crasse du Service Client de la Lyonnaise des Eaux. Fin Juillet, un responsable d'agence commerciale de la Lyonnaise m'appelait pour me présenter ses excuses, garantir le rétablissement correct et rapide de mon compte, me proposer un geste commercial (très très light), me proposer un échéancement de ma régularisation, et surtout me garantir qu'un tel boxon ne se reproduirait plus.

Le 7 Août, confiant ou au moins insouciant, je pars en congés estivaux dont je rentre samedi en fin de journée. Comme tout un chacun, je vide alors la boîte aux lettres et découvre, ô divine surprise, un courrier de la Lyonnaise des Eaux m'annonçant trois choses :

  1. la fermeture de mon compte... Ooooh le méchant air de déjà-vu. Mon compte en ligne est de nouveau inactif, cela commence à devenir malheureusement une habitude.
  2. le prélèvement d'une facture de clôture de compte de, excusez du peu, plus de 500€...
  3. évidemment une nette augmentation de mes payements donc peut-être avez-vous, chez Client, une fuite d'eau ? (là, je me retiens très très fort d'émettre une grossièreté bien sonore)

Bon. Donc le retour au Danemark de la famille danoise voisine a eu, contrairement à ce que m'avait garanti le gars de la Lyonnaise, le même effet que précédemment : c'est mon compte qu'on a fermé et on m'impute sa consommation. Encore une fois, la Lyonnaise n'a pas réussi à séparer nos comptes ou n'a tout simplement pas agi comme en Septembre 2014, contrairement aux promesses.

La Lyonnaise des Eaux, c'est Suez et Suez c'est aussi le gaz désormais. Eh bien il y a clairement du gaz dans l'eau à la Lyonnaise. Soit leur Système d'Information (SI) est une vaste blague, soit les manipulateurs de ce SI sont des incompétents complets qui ne méritent qu'un coup de pied dans le cul. Rien n'a jamais fonctionné dans la gestion de mon compte à la Lyonnaise : les gestes techniques n'ont pas été réalisés par les techniciens, la régularisation de compte n'a pas été faite, la séparation de deux comptes sur deux compteurs différents semble une tache insurmontable, aucune des promesses faites n'a été tenue. Le foutoir total.

Thursday 30 July 2015

CSS Vendor Prefixes

I have read everything and its contrary about CSS vendor prefixes in the last 48 hours. Twitter, blogs, Facebook are full of messages or articles about what are or are supposed to be CSS vendor prefixes. These opinions are often given by people who were not members of the CSS Working Group when we decided to launch vendor prefixes. These opinions are too often partly or even entirely wrong so let me give you my own perspective (and history) about them. This article is with my CSS Co-chairman's hat off, I'm only an old CSS WG member in the following lines...

  • CSS Vendor Prefixes as we know them were proposed by Mike Wexler from Adobe in September 1998 to allow browser vendors to ship proprietary extensions to CSS.

    In order to allow vendors to add private properties using the CSS syntax and avoid collisions with future CSS versions, we need to define a convention for private properties. Here is my proposal (slightly different than was talked about at the meeting). Any vendors that defines a property that is not specified in this spec must put a prefix on it. That prefix must start with a '-', followed by a vendor specific abbreviation, and another '-'. All property names that DO NOT start with a '-' are RESERVED for using by the CSS working group.

  • One of the largest shippers of prefixed properties at that time was Microsoft that introduced literally dozens of such properties in Microsoft Office.
  • The CSS Working Group slowly evolved from that to « vendor prefixes indicate proprietary features OR experimental features under discussion in the CSS Working Group ». In the latter case, the vendor prefixes were supposed to be removed when the spec stabilized enough to allow it, i.e. reaching an official Call for Implementation.
  • Unfortunately, some prefixed « experimental features » were so immensely useful to CSS authors that they spread at fast pace on the Web, even if the CSS authors were instructed not to use them. CSS Gradients (a feature we originally rejected: « Gradients are an example. We don't want to have to do this in CSS. It's only a matter of time before someone wants three colors, or a radial gradient, etc. ») are the perfect example of that. At some point in the past, my own editor BlueGriffon had to output several different versions of CSS gradients to accomodate the various implementation states available in the wild (WebKit, I'm looking at you...).
  • Unfortunately, some of those prefixed properties took a lot, really a lot, of time to reach a stable state in a Standard and everyone started relying on prefixed properties in production web sites...
  • Unfortunately again, some vendors did not apply the rules they decided themselves: since the prefixed version of some properties was so widely used, they maintained them with their early implementation and syntax in parallel to a "more modern" implementation matching, or not, what was in the Working Draft at that time.
  • We ended up just a few years ago in a situation where prefixed proprerties were so widely used they started being harmful to the Web. The indredible growth of first WebKit and then Chrome triggered a massive adoption of prefixed properties by CSS authors, up to the point other vendors seriously considered implementing themselves the -webkit- prefix or at least simulating it.

Vendor prefixes were not a complete failure. They allowed the release to the masses of innovative products and the deep adoption of HTML and CSS in products that were not originally made for Web Standards (like Microsoft Office). They allowed to ship experimental features and gather priceless feedback from our users, CSS Authors. But they failed for two main reasons:

  1. The CSS Working Group - and the Group is really made only of its Members, the vendors - took faaaar too much time to standardize critical features that saw immediate massive adoption.
  2. Some vendors did not update nor "retire" experimental features when they had to do it, ditching themselves the rules they originally agreed on.

From that perspective, putting experimental features behind a flag that is by default "off" in browsers is a much better option. It's not perfect though. I'm still under the impression the standardization process becomes considerably harder when such a flag is "turned on" in a major browser before the spec becomes a Proposed Recommendation. A Standardization process is not a straight line, and even at the latest stages of standardization of a given specification, issues can arise and trigger more work and then a delay or even important technical changes. Even at PR stage, a spec can be formally objected or face an IPR issue delaying it. As CSS matures, we increasingly deal with more and more complex features and issues, and it's hard to predict when a feature will be ready for shipping. But we still need to gather feedback, we still need to "turn flags on" at some point to get real-life feedback from CSS Authors. Unfortunately, you can't easily remove things from the Web. Breaking millions of web sites to "retire" an experimental feature is still a difficult choice...

Flagged properties have another issue: they don't solve the problem of proprietary extensions to CSS that become mainstream. If a given vendor implements for its own usage a proprietary feature that is so important to them, internally, they have to "unflag" it, you can be sure some users will start using it if they can. The spread of such a feature remains a problem, because it changes the delicate balance of a World Wide Web that should be readable and usable from anywhere, with any platform, with any browser.

I think the solution is in the hands of browser vendors: they have to consider that experimental features are experimental whetever their spread in the wild. They don't have to care about the web sites they will break if they change, update or even ditch an experimental or proprietary feature. We have heard too many times the message « sorry, can't remove it, it spread too much ». It's a bad signal because it clearly tells CSS Authors experimental features are reliable because they will stay forever as they are. They also have to work faster and avoid letting an experimental feature alive for more than two years. That requires taking the following hard decisions:

  • if a feature does not stabilize in two years' time, that's probably because it's not ready or too hard to implement, or not strategic at that moment, or that the production of a Test Suite is a too large effort, or whatever. It has then to be dropped or postponed.
  • Tests are painful and time-consuming. But testing is one of the mandatory steps of our Standardization process. We should "postpone" specs that can't get a Test Suite to move along the REC track in a reasonable time. That implies removing the experimental feature from browsers, or at least turning the flag they live behind off again. It's a hard and painful decision, but it's a reasonable one given all I said above and the danger of letting an experimenal feature spread.

Tuesday 28 July 2015

Lyonnaise des Eaux

En septembre dernier, je poussais un coup de gueule contre la Lyonnaise des Eaux qui venait de me mettre dans un patakès pas possible. J'en pousse un second aujourd'hui pour la même raison. Laissez-moi vous résumer, chronologiquement, toute l'affaire :

  • je m'installe le 31 décembre 2013 dans mon logement actuel, une petite maison sympa avec un petit jardin. J'ouvre évidemment un contrat de fourniture d'eau à mon nom, après avoir pris soin de vérifier correctement mon n° de compteur. Mon logement est dans un petit lotissement de quatre maisons.
  • début juin 2014 s'installe dans une des autres maisons une famille danoise. Peu au fait du fonctionnement (voire du non-fonctionnement) des services régaliens français, je les tuyaute et leur recommande de bien tester leur compteur avant d'en fournir le n° à la Lyonnaise.
  • en septembre 2014, je constate que je n'ai reçu aucune facture de la Lyonnaise des Eaux depuis juin ; allant sur mon compte en ligne, je découvre que mon compte a tout simplement été clos. Il me faudra quatre ou cinq coups de fil à la Lyonnaise pour découvrir que celle-ci a unilatéralement fermé mon contrat, parce que mon voisin danois s'est planté de numéro de compteur, alors que je n'ai jamais notifié la Lyonnaise de mon départ, qu'elle ne m'a jamais notifié de la fermeture du contrat ni jamais contacté à quelque sujet que ce soit entre janvier et septembre.
  • la Lyonnaise promet la régularisation immédiate, dépêche sur place un technicien qui vérifie bien les numéros de compteur et effectue les relevés.
  • vendredi dernier : alors que je ne me suis pas plus occupé que ça de mes factures d'eau, j'ai besoin d'un justificatif de domicile. Je retourne donc sur mon compte en ligne pour découvrir une fois encore que mon contrat est désormais « inactif ». Je rappelle évidemment immédiatement la Lyonnaise.
  • je découvre alors que rien n'a été fait, si ce n'est les relevés, en septembre dernier. Le compteur erroné a été laissé à mon voisin danois et aucun compteur ne m'a été ré-attribué. Je râle un peu, parce que j'en ai marre de perdre du temps à régler l'incompétence de la Lyonnaise. On me présente des excuses, traite le problème de « loupé impardonnable », me promet le règlement immédiat du souci, un étalement du règlement de régularisation, un geste commercial et un appel d'un responsable commercial.
  • je retourne sur mon compte en ligne ce matin, où mon contrat est toujours inactif... Je rappelle donc la Lyonnaise pour la n-ième fois. Si mon contrat a bien été réactivé à mon nom, il a été rattaché non pas à mon compte mais de nouveau à celui du voisin danois. Contrairement à ce qui avait été promis, une facture de régularisation sans possibilité d'étalement ni aucun geste commercial a déjà été émise. Le montant de cette facture est totalement obscur et semble sur-évalué mais aucun détail n'est fourni.
  • je ne pouvais pas voir ni rattacher le nouveau contrat car non seulement il avait été rattaché au voisin danois, mais la notification du compte lui avait été envoyée à lui et pas à moi...
  • ayant exigé, à nouveau, qu'un responsable commercial m'appelle, j'ai finalement été joint en fin de matinée aujourd'hui. Un geste commercial est fait et un étalement est accepté. Mais comme, malgré mes demandes initiale, la Lyonnaise n'en avait absolument pas tenu compte hier et vendredi dernier, les factures déjà émises depuis 48 heures sont à poubelliser dans l'attente de nouvelles.
  • de son côté évidemment, mon voisin danois doit avoir un remboursement de 13 mois de consommation de mon compteur et une facture de 13 mois de consommation de son propre compteur.
  • une seconde voisine a elle une consommation d'exactement 0 mètres cubes sur un an pour une famille de 5 personnes alors que son compte mentionne correctement son n° de compteur et que les relevés ont été effectués...

Pendant dix mois, la Lyonnaise des Eaux a été incapable de régulariser une situation créée certes par l'erreur initiale de mon voisin, mais surtout maintenue par sa fermeture unilatérale de mon contrat et son absence totale de communication tant vers mon voisin danois que moi-même. Les quelques gestes de régularisation à effectuer en septembre 2014 n'ont pas été faits. Les courriers promis à cette date n'ont pas été envoyés. Je me retrouve avec 13 mois de consommation d'eau à régulariser par ce qu'il faut bien appeler leur incompétence. Si je n'avais pas moi-même alerté et perdu plusieurs heures au téléphone et en tests de compteurs, cette situation aurait pu durer très longtemps et conduire à des régularisations monumentales. Mon voisin danois quittant les lieux fin août, une nouvelle famille s'installera probablement bientôt. J'ose espérer que le Service Client (plutôt un Sévice Client en l'état actuel des choses) de la Lyonnaise de Eaux saura enfin gérer correctement un tel mouvement...

Il se trouve que la Lyonnaise des Eaux est en situation de monopole dans le secteur de mon logement. C'est bien dommage. Je les quitterais volontiers sur le champ sinon...

Tuesday 14 July 2015

Deux conneries de Président

  • « Si l'Iran accédait à l'arme nucléaire, alors on ne pourrait empêcher d'autres comme pays comme l'Arabie Saoudite ou Israël d'y accéder aussi » -- Francois Hollande, 14-jul-2015. BWARF !
  • « La bombe atomique est interdite par le Coran » -- Hassan Rohani, 14-jul-2015.

Sunday 12 July 2015

Tsipras

  1. bordel total issu de 165 ans de gabegie et bordel
  2. enfin, un gouvernement pratique une politique de vérité et explique les finances réelles de l'État ; dans la foulée, il est obligé de lancer une politique d'austérité monstre, la Grèce est sous perfusion financière, le système local s'écroule
  3. il est viré par la population et Siriza remporte les élections
  4. Tsipras refuse les propositions des créanciers et lance un référendum
  5. les Grecs approuvent le référendum, refusant les propositions des créanciers
  6. Tsipras soumet juste avant la deadline une liste de propositions, reprenant dans une écrasante majorité les propositions des créanciers
  7. émeutes en Grèce, banques brûlées, etc. On commence à entendre que Tsipras a trahi sa parole. L'équipe gouvernementale de Tsipras se fissure.
  8. la crédibilité de Tsipras auprès des créanciers est gravement diminuée, les différences entre leurs propositions et les propositions de Tsipras sont un point de tension

C'est donc reparti pour une cent soixante-sixième année de bordel. Normal.

Friday 3 July 2015

Il y a des coups de pieds au cul qui se perdent chez Orange

Orange vient de se faire remarquer en poussant une mise à jour absolument lamentable des Livebox résidentielles. Elle a visiblement eu lieu cette nuit sur ma Livebox Play fibre. Que l'on en juge :

  • Le mot de passe de ma Livebox, que j'avais évidemment changé du mot de passe par défaut « admin » vers quelque chose de plus raisonnable a été changé d'office. Il reprend les 8 premiers caractères de la clé WiFi. Si je ne conteste pas ce changement chez les usagers qui, par ignorance ou flemme, avaient conservé le couple admin/admin, il est ridicule et honteux pour les usagers qui avaient changé le mot de passe par défaut.
  • Alors que je n'ai reçu aucune mise à jour de mes Conditions de Service, Orange s'est arrogé le droit d'ouvrir sur ma Livebox un WiFi partagé sous le SSID "orange". Je l'ai évidemment immédiatement désactivé. J'ai d'ailleurs découvert à cette occasion deux autres fonctionnalités activées par défaut : "paiement en ligne avec Internet+" et "paiement en ligne avec Contact+". Ceci est un scandale ! De tels changements ne doivent JAMAIS être gérés en opt-out mais uniquement en opt-in avec une alerte unique au premier contact à la console d'administration et/ou un mail à l'administrateur du service (en général le client sur son mail préférentiel). Mais non, cela a été fait à la hussarde, sans avertissement ni interrogation. NON, je ne souhaite pas que mon accès fibre devienne le hotspot du quartier et que cela perturbe mon dernier hg clone ou mon upload de 400 Go de compilations diverses et variées. Zut à la fin.

Je ne sais pas quel est le décideur chez Orange qui a décidé d'une telle méthode de MàJ mais c'est lamentable et il y a des coups de pied au cul qui se perdent. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez ci-dessous une copie d'écran (cliquable) de la page permettant de désactiver tout ça. Il est à noter que les livebox professionnelles - j'en ai une au bureau - ne semblent pas touchées pour l'instant.

Je me demande désormais quelles modifications intempestives et surtout non désirables cette mise à jour a induites. Je regrette infiniment ma Freebox sur laquelle ce genre de comportement stupide, irrespectueux de l'usager et techniquement complètement crétin, était tout de même plus rare. Je ne parle même pas de la liste des fonctionnalités de la Freebox, sans commune mesure avec cette crasse de Livebox sur laquelle un an de location du lecteur de disque coûte plus cher que le plus cher des lecteurs à la Fnac (et je ne l'ai évidemment pas).

Orange, vous êtes vraiment parfois nuls.

Copie d'écran Orange

Monday 29 June 2015

CSS Working Group's future

Hello everyone.

Back in March 2008, I was extremely happy to announce my appointment as Co-chairman of the CSS Working Group. Seven years and a half later, it's time to move on. There are three main reasons to that change, that my co-chair Peter and I triggered ourselves with W3C Management's agreement:

  1. We never expected to stay in that role 7.5 years. Chris Lilley chaired the CSS Working Group 1712 days from January 1997 (IIRC) to 2001-oct-10 and that was at that time the longest continuous chairing in W3C's history. Bert Bos chaired it 2337 days from 2001-oct-11 to 2008-mar-05. Peter and I started co-chairing it on 2008-mar-06 and it will end at TPAC 2015. That's 2790 days so 7 years 7 months and 20 days! I'm not even sure those 2790 days hold a record, Steven Pemberton probably chaired longer. But it remains that our original mission to make the WG survive and flourish is accomplished, and we now need fresher blood. Stability is good, but smart evolution and innovation are better.
  2. Co-chairing a large, highly visible Working Group like the CSS Working Group is not a burden, far from it. But it's not a light task either. We start feeling the need for a break.
  3. There were good candidates for the role, unanimously respected in the Working Group.

So the time has come. The new co-chairs, Rossen Atanassov from Microsoft and Alan Stearns from Adobe, will take over during the Plenary Meeting of the W3C held in Sapporo, japan, at the end of October and that is A Good Thing™. You'll find below a copy of my message to W3C.

To all the people I've been in touch with while holding my co-chair's hat: thank you, sincerely and deeply. You, the community around CSS, made everything possible.

Yours truly.

Dear Tim, fellow ACs, fellow Chairs, W3C Staff, CSS WG Members,

After seven years and a half, it's time for me to pass the torch of the CSS Working Group's co-chairmanship. 7.5 years is a lot and fresh blood will bring fresh perspectives and new chairing habits. At a time the W3C revamps its activities and WGs, the CSS Working Group cannot stay entirely outside of that change even if its structure, scope and culture are retained. Peter and I decided it was time to move on and, with W3M's agreement, look for new co-chairs.

I am really happy to leave the Group in Alan's and Rossen's smart and talented hands, I'm sure they will be great co-chairs and I would like to congratulate and thank them for accepting to take over. I will of course help the new co-chairs on request for a smooth and easy transition, and I will stay in the CSS WG as a regular Member.

I'd like to deeply thank Tim for appointing me back in 2008, still one of the largest surprises of my career!

I also wish to warmly thank my good friends Chris Lilley, Bert Bos and Philippe Le Hégaret from W3C Staff for their crucial daily support during all these years. Thank you Ralph for the countless transition calls! I hope the CSS WG still holds the record for the shortest positive transition call!

And of course nothing would have been possible without all the members of the CSS Working Group, who tolerated me for so long and accepted the changes we implemented in 2008, and all our partners in the W3C (in particular the SVG WG) or even outside of it, so thank you all. The Membership of the CSS WG is a powerful engine and, as I often say, us co-chairs have only been a drop of lubricant allowing that engine to run a little bit better, smoother and without too much abrasion.

Last but not least, deep thanks to my co-chair and old friend Peter Linss for these great years; I accepted that co-chair's role to partner with Peter and enjoyed every minute of it. A long ride but such a good one!

I am confident the CSS Working Group is and will remain a strong and productive Group, with an important local culture. The CSS Working Group has both style and class (pun intended), and it has been an honour to co-chair it.

Thank you.

</Daniel>

Wednesday 3 June 2015

In praise of Rick Boykin and its Bulldozer editor

Twenty years ago this year, Rick Boykin started a side project while working at NASA. That project, presented a few months later as a poster session at the 4th International Web Conference in Boston (look in section II. Infrastructure), was Bulldozer, one of the first Wysiwyg editors natively made for the Web. I still remember his Poster session at the conference as the most surprising and amazing short demo of the conference. His work on Bulldozer was a masterpiece and I sincerely regretted he stopped working on it, or so it seemed, when he left NASA the next year.

I thanked you twenty years ago, Rick, and let me thank you again today. Happy 20th birthday, Bulldozer. You paved the way and I remember you.

Wednesday 6 May 2015

Emile Josselin, membre du cabinet d'Axelle Lemaire

Hier soir, la ministre Axelle Lemaire a fait un excellent speech dans un anglais comme toujours parfait aux célébrations du 20ème anniversaire du W3C à l'Hôtel de Ville de Paris. J'étais au bout de la salle, avec Tariq Krim, au moment où la ministre a quitté la salle. Entourée par des membres de son Cabinet et des personnels de la Mairie de Paris, je l'ai alors interpellée. Je lui ai dit très précisément (ma mémoire se porte toujours bien, merci) :

Je ne comprends pas comment vous pouvez célébrer les standards ouvert du web libre ici ce soir après le vote de cet après-midi. J'ai honte, vraiment honte et j'espère que la loi sera censurée par le Conseil Constitutionnel.

C'est sorti des tripes, j'ai senti le besoin de l'apostropher, parce qu'elle est un membre du gouvernement qui porte ce projet et qu'il s'agit de son domaine de compétences. J'étais furieux du vote, et tout en restant poli, il s'agissait d'une engueulade. On peut parfaitement engueuler sans être grossier ou élever la voix. Le citoyen que je suis a le droit d'apostropher ses élus et le gouvernement.

Il y avait, outre Tariq et moi, 3 ou 4 personnes autour de la Ministre : deux membres du Cabinet et une ou deux personnes accompagnatrices personnels de la Mairie de Paris. Derrière, au niveau des tables d'accueil du W3C, il y avait 6 personnes. Nous étions donc 11 ou 12.

Ce matin, Emile Josselin, un des membres du Cabinet présent hier soir, m'a répondu avec une méthode totalement contre-productive... Après avoir attaqué sur le fond, il m'a accusé publiquement de sexisme, accusation reprise dans la foulée par quelques-uns dont Aurore Bergé, Coordinatrice déploiement du numérique à l'UMP.

J'ai entendu beaucoup de choses à mon sujet, mais m'accuser de sexisme, c'est aussi con que me traiter de bigot. C'est non seulement parfaitement ridicule mais également insultant et franchement salaud. Je prends tant les mots que la méthode non pour une critique - parfaitement acceptable - mais pour une attaque ad hominem détestable et lamentable pour tenter de me museler de la pire manière. Je rappelle pour mémoire, que j'ai apostrophé le Premier Ministre ici même. Je ne l'ai pas fait en face-à-face juste parce que je n'ai pas eu l'occasion récente de me trouver face à lui. Comptez sur moi pour le faire sinon.

Tout cela est choquant et profondément décevant. La réponse d'Emile Josselin a été pour le moins une honte, et il n'a même pas l'excuse de la bleusaille puisqu'il a déjà géré la campagne online de Martine Aubry et conseillait Jean-Marc Ayrault sur le sujet. Je lui recommande fortement de contacter mon amie Emmanuelle Hervé, une spécialiste de la gestion de crise qui saura efficacement le conseiller.

En attendant, une personne responsable - et soucieuse de l'image qu'elle donne du Cabinet d'un Ministre - me ferait parvenir des excuses pour laver l'accusation dégueulasse de sexisme.

Tuesday 5 May 2015

Alain Juppé, toujours (mala)droit dans ses bottes

Finalement, c'est un ripolinage et le bonhomme retombe immédiatement dans ses pires travers en face d'une jeune journaliste. Suivi à New York pour sa levée de fonds, Juppé était plutôt affable hier soir dans le JT de France 2 avant son déjeuner avec des généreux donateurs. Mais après le déjeuner, alors que la journaliste se rapproche de lui pour lui poser une question, Juppé est clairement moins agréable... La levée de fonds a du être modeste et/ou ça doit le gonfler de devoir traverser l'Atlantique et faire tout ce cinéma pour lever 80 mille euros seulement.

Il reste que la réponse de Juppé est odieuse, déplacée et digne de ses pires années. Je vous laisse juge :

Alain Juppé face à la presse française à NYC

Wednesday 29 April 2015

Attention au scam par téléphone

Salut à tous,

Il y a un important scam en cours en provenance de Chine. Je ne sais pas si c'est pour vous piquer vos transactions bancaires ou pour vous faire installer des saloperies bien plus graves sur  votre machine (j'ai le feeling que cela dépasse très largement le simple scam à pognon, ça cible des gens bien particuliers), mais je pense que vous devriez être au courant et prévenir autour de vous vu qu'il s'agit d'un truc assez massif. Si vous êtes DSI ou CEO, prévenir vos employés ne serait pas une mauvaise idée.

Depuis deux semaines, de nombreuses personnes en région parisienne ont reçu des appels téléphoniques en anglais venant soit disant de Microsoft pour signaler « un problème de sécurité » et requérant l'installation - et le payement - d'un logiciel. Il s'agit évidemment d'un scam. Des amis à moi ont failli tomber dans le panneau et j'ai moi-même été appelé trois fois au cours des dernières 72 heures. J'ai évidemment allumé assez fort les personnes au bout du fil...

Si les deux premiers appels étaient en numéro caché, le dernier, il y a quelques minutes, ne l'était pas, probablement par erreur. Le numéro était 00 74 9541 90634, c'est donc un appel qui vient de Hong Kong. Les deux premières personnes à m'appeler avaient un accent indien marqué, la dernière un accent chinois très net. Le message est à chaque fois le même au mot près.

Prévenez vos proches : s'ils reçoivent un tel appel, c'est une arnaque, assez bien ficelée, et franchement dangereuse. Microsoft n'appelle pas les usagers, Kaspersky ou McAfee n'appellent pas les usagers, jamais.

Thursday 23 April 2015

Lettre ouverte à M. Manuel Valls, Premier Ministre

Monsieur le Premier Ministre,

L'industrie de l'Informatique et du Numérique est, par construction, une industrie largement apolitique. En effet, toute notre formation, toutes nos habitudes, toute notre éthique nous entraînent en général vers la solution la plus propre, la plus propice et la plus respectueuse de l'usager, indépendamment de qui la propose. C'est pourquoi c'est sans aucune visée politicienne que nous nous opposons aujourd'hui fermement au Projet de Loi sur le Renseignement porté par votre Gouvernement.

Passe encore que ce projet soit digne des néoconservateurs américains des années Bush, encore qu'il soit choquant qu'il soit porté par une Gauche française se réclamant de l'Humanisme.

Passe encore que vous fassiez fi des avis techniques éclairés dont nos experts vous ont pourtant abreuvé, soit en direct, soit via la représentation parlementaire, soit via une instance comme le Conseil National du Numérique, depuis des mois.

Mais il est hors de question d'accepter la surveillance de masse automatique des citoyens français que votre projet de Loi prône. Nous comprenons parfaitement que les boîtes noires existeront toujours, le travail des Services de Renseignement étant, comme un certain Colonel Moreau me l'avait précisé il y a bien longtemps, de fournir au Gouvernement les informations et actions que la Loi ne permet pas aisément voire pas du tout. De là à institutionnaliser l'écoute systématique de l'ensemble d'une population, il y a un pas que notre industrie n'est pas prête à franchir.

Vous avez déjà vu la réaction de nos hébergeurs de données prêts à se délocaliser au-delà de nos frontières, certaines de ces entreprises rarement mentionnées étant à la pointe de la technique mondiale, connues des offreurs de service dans le monde entier pour leur qualité. Vous avez pu lire la réaction de Mozilla, l'un des grands acteurs du Web et de l'Internet et ardent défenseur des libertés individuelles sur les réseaux. Vous avez pu prendre connaissance de l'article du New York Times fustigeant ce projet ou encore la réaction du Conseil de l'Europe. Le prestigieux Groupe d'Architecture Technique du World Wide Web Consortium, qui préside les évolutions techniques des Standards du Web, est même en train de discuter une réponse formelle à votre projet. Plus de cent dix mille citoyens et plus de cinq cents acteurs français du Numérique ont déjà exprimé leur opposition à votre projet, en dehors de tout initiative politique partisane.

La France, qui tente de porter partout le phare des Droits de l'Homme, est aujourd'hui la risée de la planète, pointée du doigt pour un jusque-boutisme déplacé et liberticide, s'offrant pratiquement le droit d'ouvrir toute communication sans intervention judiciaire.

Les investissement étrangers dans le numérique en France, déjà anémiques depuis l'action malencontreuse de M. Montebourg en protection de Daily Motion, vont drastiquement s'en ressentir. Alors que l'État a suffisamment pesté contre les écoutes américaines pour initier un programme (totalement stupide, mal ficelé et atrocement coûteux mais cela est une autre histoire) de Cloud dit souverain, nous ne pouvons être que choqués par une initiative qui vous donnerait légalement des pouvoirs d'écoute encore plus grands, au nom de la sécurité. Or l'équilibre entre libertés individuelles et nécessaire sécurité est fragile, et votre projet de Loi le modifie profondément, menaçant les fondamentaux économiques de notre industrie. Cela reste un élément tout à fait secondaire face à la menace pesant sur les libertés des citoyens, mais tout de même.

Je vous rappelle que l'industrie de l'Informatique et du Numérique est la seule industrie dans laquelle on peut se lancer avec quatre cents euros : l'informaticien a besoin d'un ordinateur, d'une table, d'une chaise, d'une connexion à l'Internet et d'un cerveau en état de marche. Une telle industrie, porteuse d'un ratio potentiel/investissement colossal, doit être soutenue et favorisée et non pas fragilisée.

Soyez certains que nous utiliserons nos talents, nos innovations, et surtout nos codes pour lutter contre votre projet. Nous ferons essaimer les technologies de chiffrement des messageries électroniques au-delà des cercles peu étendus actuels, nous inventerons de nouvelles techniques de contournement pour les accès au Web, nous ferons percoler des applications connues des seuls initiés dans le Grand Public. Nous communiquerons tous azimuts contre ce projet, et nous nous ferons entendre dans les prochaines campagnes électorales, interpellant directement vos candidats. Nous utiliserons tous les moyens légaux à notre disposition pour préserver les libertés individuelles dans ce pays.

Notre industrie est non seulement apolitique, mais elle fonctionne également - pour les mêmes raisons profondes - à la confiance. Le pont de confiance qui a pu exister entre notre industrie de l'Informatique et du Numérique et votre gouvernement n'est pas entamé, Monsieur le Premier Ministre. Il est rompu. Et c'est pourquoi, dans une référence que toute notre industrie comprendra, nous vous disons, tel un Gandalf face au Balrog sur un même pont :

Vous ne passerez pas.

Daniel Glazman

Tuesday 21 April 2015

Samsung Gear Fit, or « hardware obsoleted by software »

Samsung Gear FitFollowing a hint given by someone a few days ago during the Bulgarian Web Summit, I was quite shocked to discover this morning that my Samsung Gear Fit is obsolete, software-wise. The Gear Fit was released with the Samsung S5 a year ago, on the 11th of April 2014. Although a bit limited and even buggy, it's a pretty interesting device partly because of its very peculiar form factor. It was said to work only with a few Samsung devices, but many people succeeded using it with all sorts of Android devices. I wish I could use it with my iPhone but that's unfortunately not an option.

The Gear Fit has a few downloadable extensions, based on a SDK also released a year ago. The fact extra apps can be created and maintained is a very important indicator of not only the market success of a given device, but also of the obsolescence of the device.

That SDK is not available any more from http://developer.samsung.com, as it is confirmed here. And it's not a very recent change. Samsung then turned obsolete - because of software - a hardware they released less than a year ago. From a customer's perspective (again, I bought that device), that's pretty shocking.

The Samsung Gear Fit is still available everywhere here in France, from Orange stores to supermarkets. But it's a dead duck without a SDK. Don't buy it.

Wednesday 11 March 2015

Beau temps sur le nord avec un nuage statique au-dessus du 15ème arrondissement de Paris

Oui, je sais, je vais pouvoir m'accuser moi-même d'alimenter le Tristan-Nitot-Tracker mais bon, c'est un peu la faute à Tristan aussi... Il a annoncé ce matin qu'il rejoint CozyCloud et ça a même donné lieu à un communiqué de presse, ils ont bien eu raison de capitaliser sur sa notoriété (le troll zélé notera, vaguement amusé, que bon hein hors sujet voilà). Outre les félicitations d'usage aux deux parents (Tristan et CozyCloud), tous les voeux pour le futur bébé et toussa, il faut noter la belle découverte de Guillaume Laforge :

Nous surnommerons donc Tristan C3PO alors qu'on s'apprêtait plutôt à passer à Cumulo-nito-nimbus, cloud oblige.

Mais revenons à nos petits moutons qui sautillent gaiement dans la rosée de ce beau matin printanier du 11 mars 2015 (ça va, vous suivez toujours ?) et surtout à l'annonce de Tristan. Donc le Nitot rejoint une startup qui fait dans le cloud dans un modèle propre, respectueux de l'usager et de ses données.

L'État et d'autres investisseurs ont englouti des fortunes dans CloudWatt et Numergy, dont l'échec est patent et surtout cuisant. L'État d'abord, ces deux entreprises ensuite, ont gravement merdé et à de multiples niveaux encore...

  • pognon tombé du ciel
  • participations abracadabrantesques
  • deux entreprises lancées en même temps sur le même marché ! Eh, pourquoi pas 3 ou 4 hein ?
  • grosse frénésie « ma trombine partout » des dirigeants
  • modèle pour le moins fumeux avec des prix pifometrisés d'après le marché
  • incapacité à délivrer
  • incapacité à attirer

Franchement, on dirait qu'on a pris exemple sur le RSI...

Si je vous dis tout ça, c'est parce que normalement, un projet de Cloud souverain bien mené, protégé (tant que faire ce peut) des intrusions extérieures et respectueux tant de l'usager que de ses données, ça aurait du faire tilt chez un gars comme Tristan si cela avait été bien fait. Mais comme cela a été fait en dépit du bon sens... Tristan chez CozyCloud c'est une super-nouvelle tant pour lui que pour eux. Et c'est aussi un glas qui sonne pour CloudWatt et Numergy. Un de plus, me direz-vous :-)

Monday 9 March 2015

e-junkie's mega FAIL on EU VAT

I have been using e-junkie for my sales of BlueGriffon add-ons and BlueGriffon EPUB Edition for years. Quite happily until recently. But this changed and I am now extremely upset by the way e-junkie dealt with the recent changes in VAT in the European Union.

Until the 31st of december 2014, using them to sell a downloadable product world-wide from a business inside the EU was easy. You only had to set your price without VAT and check a checkbox to apply VAT to your sales to european customers. One single price, one single sales button and shopping basket, e-junkie handled your VAT rate based on your business's country.

Since the 1st of january 2015, the EU rules have changed. A bit painful but certainly not unbearable: the VAT rate to apply to european customers is not based on the business's location any more but based now on the customer's location.

In short, it means that in 2014 e-junkie was determining the VAT rate to apply from an array of 27 values looking for the business's country. In 2015, the value should be retrieved from the customer's value, something that is perfectly doable for e-junkie since it can, at the shopping basket level, require the user to enter his/her country of residence and even the zipcode.

But no, e-junkie declined to do so and completely changed its behaviour overnight. Starting 01-jan-2015, the unique price you set in e-junkie for a product INCLUDES VAT for european customers...

E-junkie leaves a few ugly options to european businesses: have one sales button for EU customers and one for others (urgghhh...), offer a discount code to non-EU customers and other ugly solutions of that kind. E-junkie say they must validate the address and that can be done only after the bank/paypal has accepted the sale or something like that. That argument is not acceptable, since all european users of e-junkie perfectly know some european users cheat and give for instance a US address for downloadable purchases, to avoid paying VAT. It cannot be worse. And the argument that e-junkie had to do this or that does not stand, e-junkie is not a european company and does not have to comply with European Directives, they're outside of the European jurisdiction.

E-junkie has left all its european customers in limbos with respect to EU VAT. It really looks like they did not want to touch their code and UI - that have not changed in years. They already had the array of 27 VAT rates in the EU, and the VAT was  added only after the shopping basket had verified both the customer and the business were in the EU. Their refusal to tweak their code - and as a programmer I cannot believe the change was complex - is a true shame.

Let me state it clearly: this is a failure of a rarely seen magnitude and I am now looking for an alternative to e-junkie dealing better - dealing at all should I say - with EU VAT rates. I have recommended e-junkie to a gazillion of EU businesses. I am now recommending them to flee and find another shopping basket manager.

If you have a suggestion for an alternative to e-junkie, please leave a comment? Thanks!

Monday 2 March 2015

Vivaldi, the browser

Vivaldi is the new kid on the block. It's not a new rendering engine, since it relies on Google's Blink, but it's definitely a new browser.

But I have a gut feeling this is not only a company and a browser. It's also a personal revenge on Opera's current board and the company was formed as such. Jon von Tetzchner has enough capital to do that w/o caring too much about the money, and the words of Tatsuki Tomita, co-founder, « we feel that there is a need for a more powerful browser for people who want more from their browser » are a bit lightweight as a business plan for a free app, really.

Even if it's based on Blink and not on Presto any more, Vivaldi aims at continuing where Opera stopped. The first feedback from users is very clear on that. And no need to comment more on the Opera and Vivaldi names, right?

We'll see where it goes from here, and if Vivaldi's Jon does not become in the future for Opera what NeXT's Steve Jobs became for Apple, something I am 100% sure he has in mind :-)

Lykke til, Jon !

Adobe Edge Reflow anyone?

Edge ReflowI received this morning a message from the Adobe Edge Reflow prerelease forum that triggered my interest. I must admit I did not really follow what happened there during the last twelve months for many various reasons... But this morning, it was different. In short, the author had questions about the fate of Edge Reflow, in particular because of the deep silence of that forum...

Adobe announced Edge Reflow in Q3 2012 I think. It followed the announcement of Edge Code a while ago. Reflow was aimed at visual responsive design in a new, cool, interactive desktop application with mobile and photoshop links. The first public preview was announced in February 2013 and a small community of testers and contributors gathered around the Adobe prerelease fora. Between January 2013 and now, roughly 1300 messages were sent there.

Reflow is a html5/JS app turned into a desktop application through the magic of CEF. It has a very cool and powerful UI, superior management of simple Media Queries, excellent management of colors, backgrounds, layers, magnetic grids and more. All in all, a very promising application for Web Authoring.

But the last available build of Reflow, again through the prerelease web site, is only a 0.57.17154 and it is now 8 months old. After 2 years and a half, Reflow is still not here and there are reasons to worry.

First, the team (the About dialog lists more than 20 names...) seems to have vanished and almost nothing new has been contributed/posted to Reflow in the last six to eight months.

Second, the application still suffers from things I identified as rather severe issues early on: the whole box model of the application is based on CSS floats and is then not in line with what modern web designers are looking for. Eh, it's not even using absolute positioning... It also means it's going to be rather complicated to adapt it to grids and flexbox, not even mentioning Regions...

Reflow also made the choice to generate Web pages instead of editing Web pages... It means projects are saved in a proprietary format and only exported to html and CSS. It's impossible to take an existing Web page and open it in Reflow to edit it. In a world of Web Design that sees authors use heterogeneous environments, I considered that as a fatal mistake. I know - trust me, I perfectly know - that making html the pivot format of Reflow would have implied some major love and a lot, really a lot of work. But not doing it meant that Edge Reflow had to be at the very beginning of the editorial chain, and that seemed to me an unbearable market restriction.

Then there was the backwards compatibility issue. Simply put, how does one migrate Dreamweaver templates to Reflow? Short answer, you can't...

I suspect Edge Reflow is now at least on hold, more probably stopped. More than 2 years and still no 1.0 on such an application that should have seen a 1.0beta after six to eight months is not a good sign anyway. After Edge Code that became Brackets in november 2014, that raises a lot of question on the Edge concept and product line. Edge Animate seems to be still maintained at Adobe (there's our old Netscape friend Kin Blas in the list of credits) but I would not be surprised if the name is changed in the future.

Too bad. I was, in the beginning, really excited by Edge Reflow. I suspect we won't hear about it again.

Monday 23 February 2015

Manly Beach

Soooo... When I was in Sydney, I had to find a doctor and then a pharmacy to buy a strong antiseptic cream. Beach's sand (more probably sharp bits of shell) created four scratches between two toes of my right foot and after a day and a half, it became slowly red, and it started swelling and oozing. And the smell was not normal. It was also quite painful. It was of course an infection, that the cream fortunately helped curing in less than two days. But now it happens I have a second extremely similar skin infection elsewhere, also happening on sand scratches, and that started very slowly after my last half-day in Sydney, half-day I spent on the same beach while my CSS WG friends were scuba-diving 300m away.

I have never walked barefoot outside of the beach, I had socks inside my light shoes so the only place I could get it from was the beach.

I am therefore seriously questioning the cleanliness of the sand at Manly Beach or worse, the pollution of the water. I read that bacterial water pollution can be rather high in Manly after rainfalls or storms and I wonder if the sand on the main beach is not accumulating that bacterial pollution... In Europe, such spots are regularly disinfected and I wonder if it's the case on Manly beach. All in all, getting not one but two skin infections from sand scratches at the same beach, on two different moments, does not seem to me a coincidence... FWIW, I never had such skin infections before.

Sunday 8 February 2015

CSS Parser and Tokenizer API

The first time I mentioned the need to reach the internal CSS parser of a rendering engine from JavaScript was 17 years ago during the CSS WG meeting I hosted at Électricité de France in 1998, during a corridor discussion. All the people around said it was out of question. Then I put it back on the table in 2002, with little success again. Today, I was actioned by the CSS WG and the TAG in the Houdini Task Force to start editing a new document (with Tab Atkins, Shane Stevens and Brian Kardell) called CSS Parser and Tokenizer API. It does not say it's going to be accepted or anything, but at least it went beyond the 5 minutes chat and rebuttal. I am extremely happy and proud :-) If we succeed making it happen, this is going to be a game-changer for a lot of web applications!!!

- page 1 of 283