<Glazblog/>

Franchouillardises

En politique française, on est les meilleurs du MONDE, en politique française :-)

Entries feed - Comments feed

Tuesday 31 May 2016

Un quinquennat en une phrase

Alors qu'il aurait fallu faire passer le Mariage pour Tous à toute vitesse avec un 49.3 si nécessaire et débattre longuement sur la Loi Travail mais dès le début du quinquennat, on a eu dix mois de tensions totalement contre-productives sur le Mariage pour Tous en début de mandat et on finit par un patakès à coup de 49.3 sans débats.

Cela résume tout, je pense.

Sunday 29 May 2016

Alerte enlèvement et France 2

La Préfecture du Rhône a diffusé ce soir à 19h46 une alerte enlèvement. Alors que les premières minutes sont évidemment cruciales dans un tel cas, rien au Journal de France 2 avant 20h10. Il est 20h24, aucun bandeau en bas d'écran. Le numéro de téléphone à appeler n'a même pas été affiché à l'écran mais seulement lu par le commentateur. Honteux, lamentable, inouï. Scandale.

Monday 4 April 2016

Ahem

Panama Papers... Non, je ne vais pas vous parler des incontinences financières de untel ou unetelle. On s'en fout puisqu'on s'en doutait tous, à défaut d'en avoir les preuves. Par contre, il faut parler un peu de la presse, qui nous mouline en boucle depuis hier soir les mots « journalisme d'investigation ». Qué investigation ? Qué enquête ? Tout cela ne résulte pas d'un fil ténu suivi avec patience, minutie et danger par des enquêteurs chevronnés mais d'un leak, c'est-à-dire soit d'un lanceur d'alerte qui a piqué les fichiers pour les donner à la presse, soit d'un piratage informatique. Certes, certes, les journaux ont du effectuer des recoupements, des vérifications et pas mal d'autres choses encore. Mais la source n'est pas une info unique qui amènerait à une énorme pelote de laine, genre Spotlight ; la source, c'est carrément la pelote...

Si la presse était vraiment une presse d'investigation, elle n'aurait pas de problème de lectorat...

Friday 25 March 2016

Pub et presse en ligne

Depuis une semaine environ, de nombreux éditeurs de contenus français ont conjointement lancé une campagne anti-bloqueurs-de-pub. Après observation de ses méthodes et de ses effets de bords, je crois pouvoir affirmer que c'est absolument catastrophique. Autour de moi, ceux qui n'utilisaient pas encore un bloqueur de pubs sont en train d'en chercher un ; ceux qui en utilisaient un sont souvent suffisamment avancés pour contourner facilement et rapidement les blocages. Mais revenons un peu sur les sites en question :

TF1 News (LCI)
Soyons très clairs, le site de LCI est une telle daube que je ne suis pas totalement certain que cela soit volontaire et pas un bug : quand AdBlock ou uBlock est actif, pas de feuille de style sur LCI dans Firefox, c'est tellement hideux qu'on n'essaye même pas de désactiver le bloqueur, on se casse direct. Mise à jour: c'était bien ce que je pensais, un bug :-)
Le Monde
Au Monde, on fait dans Ma-Trombine-Partout même si ce n'est pas trop intrusif. Ils ont mis en place une page de relance, que l'on peut bypasser en un click fourni par eux, et que donc tout le monde bypasse en un click... Le choquant, c'est la photo du patron. C'est assez lamentable, ça rappelle les plus belles pratiques de CloudWatt et Numergy, deux épisodes de la grandeur française qu'il vaudrait mieux oublier. Rappelons que Le Monde c'est le site qui veut vous faire payer son mode Zen alors que tout navigateur moderne qui se respecte à un Reader intégré.
Le Figaro
Au Figaro, on fait dans le sournois mais surtout dans l'inutile. Plus aucun article n'est officiellement lisible si on n'a pas payé. C'est tellement stupide que même l'article annonçant pourquoi ils font ça est bloqué !!! Sauf qu'il suffit d'une petite bookmarklet extrêmement simple pour contourner le problème. Allez, je suis généreux, je vous donne la mienne:
javascript:function%20foo(){blurElement(".fig-article-body",0);document.querySelector("a[href*='bloqueur']").style.display="none";};foo()
Le Parisien
Au Parisien, on est vachement plus vicelard car le contenu de l'article est supprimé du document par l'anti-bloqueur de pub. Certes, il suffit d'utiliser l'arme ultime, la désactivation de JavaScript dans les préférences du brouteur, pour accéder à la totalité du contenu normalement. Mais il reste que leur technique est très con : on ne voit plus rien, on n'a pas envie de revenir et finalement on va ailleurs.
Libération
S'il y a un quotidien national qui a depuis des lustres des soucis de pognon, c'est Libé. Et bien je n'ai pas trouvé d'anti-bloqueur de pub sur Libé. Rien pour l'instant. Bravo, ils méritaient d'être cités.
L'Équipe
L'Équipe a choisi un format intermédiaire entre Le Monde et Le Parisien. C'est une page qui s'affiche en permanence tant que vous n'avez pas déclaré votre abonnement ou désactivé le bloqueur. Comme pour Le Parisien, la désactivation de JavaScript casse tout ça en deux coups de cuiller à pôt.

Bon, je pourrais continuer comme ça longtemps, de nombreux autre sites participant peu ou prou à cette campagne complètement stupide et contre-productive qui n'est prévue pour  durer que quelques semaines (si, si...). Je me marre doucement à lecture de phrases comme « nous devons pouvoir compter sur les revenus de la publicité ». Rappelons quelques chiffres intéressants... Source : tout simplement la Cour des Comptes...

Titre de presse

Montant annuel de subventions (moyenne sur la période 2009-2011) - En €

Diffusion totale France + Etranger (moyenne annuelle sur la période 2009- 2011)

Montant subvention / exemplaire diffusé (moyenne sur la période 2009-2011) - En centimes

MONDE (LE)

18 465 277

97 809 817

19

FIGARO (LE)

17 217 154

101 343 030

17

OUEST FRANCE

15 784 440

258 956 732

6

CROIX (LA)

9 988 388

31 656 889

32

LIBERATION

9 908 617

36 533 590

27

TELERAMA

9 411 822

31 935 825

29

AUJOURD'HUI EN FRANCE

9 331 562

61 786 183

15

NOUVEL OBSERVATEUR (LE)

7 800 161

27 071 314

29

TELE 7 JOURS

7 279 547

76 126 212

10

HUMANITE (L')

6 761 434

14 219 917

48

SUD OUEST

6 260 812

106 720 006

6

EXPRESS (L')

6 232 242

27 395 244

23

NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE

5 645 242

61 530 368

9

VOIX DU NORD (LA)

5 445 430

95 019 897

6

PARIS MATCH

5 151 418

35 760 764

14

DEPECHE DU MIDI (LA)

5 014 820

68 764 053

7

ECHOS (LES)

4 513 559

30 785 702

15

POINT (LE)

4 501 245

22 151 130

20

DAUPHINE LIBERE (LE)

4 464 330

90 178 748

5

TELE STAR

4 451 357

60 578 404

7

TELE LOISIRS

4 390 415

56 121 753

8

DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE (LES)

4 035 733

60 618 655

7

PROGRES (LE)

3 868 585

81 019 183

5

PETIT QUOTIDIEN (LE)

3 800 067

ND

ND

PARISIEN (LE)

3 681 247

102 203 217

4

TELE Z

3 669 232

81 667 765

4

TÉLÉGRAMME

3 555 598

73 217 679

5

ELLE

3 413 233

21 290 708

16

TELECABLE SATELLITE HEBDO

3 390 880

32 635 825

10

MONTAGNE (LA)

3 216 097

67 572 258

5

MON QUOTIDIEN

3 139 538

ND

ND

EST REPUBLICAIN (L')

2 999 986

56 860 210

5

PELERIN

2 849 399

12 037 997

24

PROVENCE (LA)

2 783 573

50 424 722

6

FEMME ACTUELLE

2 749 581

49 857 491

6

NICE-MATIN

2 727 086

38 638 289

7

CHALLENGES - LE NEWS DE L'ÉCONOMIE

2 384 145

10 810 088

22

MIDI LIBRE

2 247 553

53 377 189

4

TELE POCHE

1 881 812

28 912 604

7

COURRIER DE L'OUEST

1 853 381

35 940 335

5

La presse ne va donc pas réussir à me faire chialer avec sa pub en ligne ! On n'attire pas le chaland avec des vitrines opaques ! Et tant que la presse française se contentera d'être à 80% de la recopie de dépêches d'agence, typos et fautes de grammaire et orthographes comprises, le public ne lira pas ses contenus plus que ça. 83% des français, selon Le Figaro lui-même dans son édition du 10 Mars 2016, ne supportent pas la pub en ligne. Quelle cohérence avec la campagne en cours...

Pendant ce temps, la pub en ligne, ça salit les sites web, c'est intrusif, ça prend de la mémoire, de la bande passante, du temps, de l'espace d'écran. Elles tombent presque toujours à plat, ne me concernent pas, ne m'intéressent pas, me gênent. Et le pire c'est que je paye pour les recevoir.

Wednesday 23 March 2016

RSI delenda est

Mes ennuis avec le RSI (Régime Social des Indépendants), organisme très défavorablement connu de tous les non-salariés de France et de Navarre, vient de me donner un nouvel épisode, et je l'ai gagné par K.O. J'envisage très sérieusement désormais de porter plainte contre le RSI. Voici les faits, bruts de fonderie :

  1. je démarre ma SARL en octobre 2003. Étant gérant majoritaire, je ne peux être salarié et me retrouve direct affilié au RSI
  2. pendant 7 ans, le RSI est le seul organisme collecteur qui pose problème : documents non reçus, documents en versions multiples et différentes, amendes indues, j'en passe et des meilleures
  3. en mars 2010, je transforme mon entreprise en SAS. Tout est fait dans les règles via la Chambre de Commerce de Versailles qui transmet correctement tous les bordereaux. La transformation est finalisée pour le 1er avril 2010, je suis donc automatiquement désaffilié du RSI au 31 mars 2010 au soir pour rejoindre - enfin - le régime général.
  4. URSSAF, impôts, prévoyance, tout est notifié en temps et heure et toutes actions sont menées pour mettre mon statut à jour dans ces organismes SAUF AU RSI qui continue à m'abreuver chaque trimestre d'appel de fonds.
  5. malgré tous mes courriers, en AR, le RSI continue de me poursuivre de ses assiduités et m'envoie en plus des pénalités de retard, des commandements à payer. Évidemment, je ne paye pas puisque je n'ai plus à payer !
  6. le RSI finit par me signifier par voie d'huissier une contrainte, à laquelle je m'oppose immédiatement
  7. le 22 mai 2013, audience est tenue au Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale des Yvelines, à Versailles. Sur 10 audiences, 9 sont clairement des requêtes infondées du RSI. Le Président du tribunal se marre doucement à chaque exposé, et se marre franchement quand le type devant moi demande réparation du préjudice causé par le RSI à hauteur de 7 jours à son taux horaire de consulting... Pour ma part, je demande la condamnation du RSI à 1€ pour le préjudice causé.
  8. le 25 septembre 2013, le RSI est débouté de l'intégralité de ses demandes me concernant, condamné à 1€ à me payer au titre des dommages et intérêts, et doit assumer seul les frais de la contrainte et des tentatives de recouvrement
  9. entre le 25 septembre 2013 et hier, aucun signe de vie du RSI ou de son huissier...
  10. hier midi, je reçois un recommandé de ma banque Boursorama me notifiant une tentative de saisie-attribution sur le compte joint que je détiens avec ma compagne. J'appelle Boursorama immédiatement qui m'annonce que cette saisie est faite par tel huissier sur demande du RSI... Urgggh !
  11. je me rends immédiatement chez l'huissier et découvre plusieurs choses effarantes :
    1. la contrainte est la même qu'en 2013
    2. le RSI tente de récupérer les pénalités de retard sur les cotisations indues de trimestres plus récents que ma désaffiliation, encore une fois !
    3. l'adresse qu'a utilisée l'huissier n'est pas la bonne, ce qui explique que je n'ai jamais reçu la moindre notification de reprise d'une procédure
    4. la tentative de saisie a été effectuée sur un compte joint que ma compagne alimente majoritairement. La contrainte aurait donc du lui être signifiée, ce qui n'a pas été le cas. L'huissier n'a effectué aucune vérification en se sens.
  12. après récupération du jugement de 2013, je retourne chez l'huissier mettre fin à tout ça. L'huissier me confirme alors en blémissant n'avoir jamais eu communication par son client de ses élements. Or la contrainte a été en 2011 signifiée par le même huissier qui était au courant de l'opposition et du passage au Tribunal. J'exige évidemment la main-levée immédiate de la contrainte sous peine de poursuites.

Le RSI, avec ses méthodes habituelles, le trou noir qui lui sert d'archives et les sommes délirantes qu'il dépense en pure perte en poursuites au lieu de se préoccuper des services fournis à ses clients. Le RSI n'a pas appliqué la décision de justice, n'a pas versé la condamnation d'1€, a relancé sans droit la procédure, l'huissier a été négligent dans ses courriers à mon endroit et dans sa tentative de saisie. Je compte saisir la Chambre Nationale des Huissiers de Justice et porter plainte contre le RSI. Je suis en train de chercher un conseil (avocat) en ce sens. L'impunité du RSI dans ses poursuites infondées doit être stoppée, nous avons tous, entrepreneurs, eu affaire aux méthodes honteuses du RSI. Souhaitez-moi bonne chance, et si vous êtes avocat et que l'affaire vous intéresse, contactez-moi au plus vite. Merci !

Thursday 25 February 2016

ANPE

Il y a vingt ans, un vote du Usenet francophone aboutissait à la création de nouveaux newsgroups modérés, fr.emplois.offres et fr.emplois.demandes, dont j'étais le premier modérateur. J'avais posé des règles de base très simples pour que les offres d'emploi présentent des informations obligatoires minimales pendant que les demandes restaient totalement libres. J'avais également mis en place, avec mon collègue Vincent Gillet qui devint plus tard le second modérateur, des formulaires en ligne garantissant un formalisme similaire à toutes les offres. Chaque matin, je commençais ma journée en publiant les annonces des 24h précédentes.

Certes, une à deux fois par semaine, il y avait un pauvre con qui gueulait comme un putois contre ces règles et même de temps en temps contactait ma hiérarchie à EDF pour se plaindre. La dite-hiérarchie avait l'intelligence de poubelliser... Il reste que le résultat dépassa toutes les espérances... En seulement quelques années, fr.emplois.* aida 38 000 (oui, trente huit mille...) personnes à trouver un job. Ce chiffre doit être certainement fortement augmenté car je n'ai de statistiques que pour ma propre période de modération et pas celle de Vincent.

Un jour, alors que j'étais invité au Sénat pour un raout quelconque et que je tombais par hasard sur la Directrice de l'ANPE, je lui ai proposé de lui donner (je dis bien donner) fr.emplois.* pour passer une échelle très nettement supérieure. Elle m'a écouté deux secondes, m'a répondu froidement que l'ANPE vait aussi ses propres systèmes puis m'a tourné le dos et est partie. J'ai eu un sentiment de gachis immense, causé par l'arrogance sans borne du haut fonctionnariat. Si un pauvre gugusse tout seul dans mon genre pouvait aider des dizaines de milliers d'entreprises et d'individus à se trouver, qu'aurait pu faire une petite organisation de quelques personnes hébergées par l'administration en charge de cela ? Une révolution numérique en la matière.

Vingt ans plus tard, l'ANPE est quasiment totalement absente de la recherche d'emploi électronique. Je ne connais aucune entreprise ni aucun demandeur d'emploi qui ne peste pas contre la complexité et l'inefficacité de leur site Web. Quel dommage, quelle opportunité ratée...

Sunday 31 January 2016

Il reste quelque chose d'étonnant au royaume de la #frenchtech

Je suis un observateur plutôt attentif de la #frenchtech. Si à l'origine, cela n'a été qu'un buzzword, cela commence enfin à s'en éloigner un peu, ne serait-ce que par les contacts de plus en plus nombreux entre ses "membres" et la sphère politique. Mais il y a un point qui continue à m'étonner : on confond Tech et Web...

Soyons très clairs : un site de vente en ligne, c'est de la vente et de la logistique mais ce n'est pas de la Tech à moins que la technologie sous-jacente ne devienne Open Source, maintenue par une communauté, et permette à d'autres de développer un business. Un site de mise en relation entre personnes, c'est rarement de la technologie lourde.

La #frenchtech reste également un microcosme des dotcoms les plus communicantes, un cercle dans lequel l'invitation ressemble fort à un adoubement, alors qu'elle a deux buts principaux : premièrement, favoriser les marchés extérieurs pour les boîtes françaises existantes, deuxièmement favoriser l'émergence de nouvelles boîtes et de nouveaux projets. Ce dernier point ne peut venir que du monde estudiantin, que l'on continue à négliger. Le vrai potentiel, il est chez le gamin qui entre deux TP à son IUT code un truc d'enfer qui va malheureusement rester sous les radars ou chez la gamine qui vient de faire une percée énorme, pendant un stage, dans les peintures anéchoïdes au radar, il n'est pas dans whatmille sites Web de vente ou mise en relation.

Dans frenchtech, il ne faut pas oublier tech...

Monday 25 January 2016

Un OS Souverain

Non, rassurez-vous, je n'ai pas l'intention d'en discuter. Perdre du temps à causer d'une telle stupidité, d'une telle preuve non seulement d'incompétence crasse mais également d'arrogance lamentable (par défaut d'interrogation des spécialistes) de nos politiques ne serait même pas drôle. Quelle honte.

Ce qui est hilarant par contre, c'est cette issue sur github. Une vraie perle :-) Faites-vous du bien en ce lundi matin, et faites mieux qu'une pause café, faites une pause lecture. Rire garanti :-)

Wednesday 20 January 2016

La grande inventivité fiscale de la France...

Ce lien est un screenshot de ma déclaration en ligne de TVA... Sans commentaire...

Friday 15 January 2016

En 2016, La Poste vous baise sur les lettres de 20 à 50g

Alors que l'opacité des tarifs des envois de colis à La Poste a fait l'objet de plusieurs brèves récemment, le consommateur non-attentif, qu'il soit particulier ou professionnel, vient de se faire entuber à sec par La Poste en guise de vœux de bonne année pour 2016...

Le tarif « entre 20 et 50g » pour les lettres vertes, lettre prioritaires et ecoplis à été supprimé :

Tarifs La Poste 2016

Bref, une lettre verte de 21 grammes qui coûtait 1,15€ à affranchir passe à 1,40€. Soit 21,8% d'augmentation, excusez du peu. Pour la lettre prioritaire de même poids, on est à 28% pile d'augmentation ! Mais le plus fort, c'est l'ECOpli de 21 grammes qui prend tout bonnement 29,5% d'augmentation.

Là où c'est encore plus vicelard, c'est que les entreprises ne sont pas soumises à ces mêmes règles. Mais La Poste étant ce qu'elle est, c'est-à-dire gérée par des énarques qui oublient non pas le service du public mais le Service Public, pas toutes les entreprises : le tarif de 20 à 50 grammes est maintenu pour les entreprises qui louent une machine à affranchir, les autres utilisant des timbres tombant dans le régime général. Bref, petites entreprises à peu de courrier, baisées comptez-vous.

Je trouve tout cela scandaleux. L'augmentation tout d'abord est lamentable vu ses taux. La distortion entre entreprises et particuliers ensuite. La distortion entre entreprises disposant de machines à affranchir d'une part et celles qui n'en ont pas d'autre part. Je m'interroge fortement sur la légalité de ce dispositif, et me demande comment nos politiques ont pu autoriser une telle augmentation des tarifs.

Bonne année 2016, signé La Poste, qui ne fournit pas le lubrifiant avec.

Friday 23 October 2015

Pierre Berger, Pierre Bergé

Je pourrais vous parler de Pierre Berger, camarade de ma promo de l'X et même Kessier (membre du BDE) de la promo, PDG d'Eiffage, qui est décédé cette nuit mais non, il se trouve que son décès a mis quelque chose de dégueulasse en lumière. La CatoFachoSphère francophone est pleine ce jour de tweets, de messages, regrettant que cela ne soit pas Pierre Bergé qui soit décédé. Bien entendu à cause de son homosexualité, de son marquage à gauche, de sa bataille pour le mariage pour tous, j'en passe et des meilleures. Cela donne des saloperies de ce genre. Et ça me révulse de lire des "ah zut, pas le bon qui est mort".

Bande de salopards qui se déclarent « pro-life » et souhaitent publiquement la mort de quelqu'un... Je vais vous dire, finalement, il y a deux immenses satisfactions au passage dans la Loi du mariage pour tous : le passage dans la Loi lui-même, et avoir laminé tous ces cons rétrogrades. Leurs méthodes sont celles des extrêmes, leurs opinions dignes d'un obscurantisme inadmissible. Qu'ils aillent tous se faire foutre.

Voilà. Désolé du coup de gueule et des noms d'oiseaux, ça vient des tripes.

Saturday 19 September 2015

En vrac

  • je suis littéralement estomaqué par l'absence totale d'analyse journalistique sérieuse concernant les « 60% d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur » promis par François Hollande. Il s'agit pourtant d'un élément majeur, indicateur fort d'une modification profonde de la France et son évolution probable. On aurait donc, si on reprend les 80% de bacheliers, 60% d'une classe d'âge « à un niveau d’enseignement supérieur », 20% au niveau bac et 20% en-dessous. On dessine là une nouvelle redistribution de classes pour la France, bien loin d'une réindustrialisation du pays. Il faut rapprocher cela de la politique thatchèrienne des années 1980, et il s'agit clairement d'un aveu sur des prévisions pessimistes sur l'industrie française, avec un axe fort sur les prestations intellectuelles et les services, ou sur une réindustrialisation basée sur une production en dehors de l'hexagone. Et pourtant, aucune réaction de la presse, des syndicats, des économistes. Je suis effaré.
  • Joëlle Ceccaldi-Raynaud aurait donc hérité 102 kilos d'or - et quelque menue monnaie - de sa grand-mère qui était institutrice en Corse. Balaise, la grand-mère... Je suis sûr que de nombreux instituteurs, corses ou continentaux, voudraient connaître sa recette. Moi aussi, d'ailleurs...
  • Aaaah le bôôô débat sur la dictée et toussa. Rappelons la lettre ouverte de Laurent Lafforgue lors de sa démission fracassante du Haut Conseil de l'Education. On n'apprend pas en s'amusant, on apprend en rabâchant, encore et encore, dans la douleur. Il a bien entendu entièrement raison. À part notre évidente folie de geeks, sommes-nous traumatisés par les dictées de notre enfance ? Non. Sommes-nous enclins à considérer une candidature qui serait remplie de fautes d'orthographe et/ou de grammaire ? Non. Trouvons-nous que la gamine présentée hier soir au journal de France 2 comme « ayant fait des études de Droit » et qui écrivait « complissité » soit un digne résultat pour l'Éducation Nationale ? Ohlala non. Il faut changer de braquet, penser différemment. Je rappelle aussi cet article édifiant paru il y a quelques années dans la Presse, et relatant un jeune instit normand qui rendait visite à un collègue d'un village voisin. Alors que ses propres élèves étaient mauvais en français et calcul, ce village voisin avait des résultat exceptionnels. En fait, l'autre instit était un vieux de la vieille, qui avait décidé que les règles et méthodes imposées par l'EN étaient des conneries et faisait comme il avait toujours fait, comme lui-même avait appris. Et cela marchait du feu de Zeus, avec une population socio-économiquement strictement identique. Nous en sommes, depuis la Loi Haby, à quarante années d'expérimentation débridée, et souvent contre-productive. Il est temps de finir le boulot, d'arriver à des conclusions, et les appliquer de façon stable dans un seul but : l'éducation de nos enfants. Halte aux changements de programme poussés à chaque changement de Ministre...
  • CloudWatt et Numergy, clap de fin. Comme prévu depuis le premier jour, en tous cas par moi. L'État a injecté là-dedans en pure perte des fortunes alors qu'on aurait pu avec la même somme créer quelques milliers d'entreprises dans le secteur du Numérique. J'ai honte.
  • 19 septembre 2015, le nouveau logo de la Gendarmerie Nationale reste toujours affreux.
  • Nicolas Sarkozy regrette donc, partiellement si on lit bien ses propos, son « Casse-toi, pauv'con ». On y croit autant qu'à la grand-mère de Ceccaldi-Raynaud comme source de 102 kilos d'or.
  • Ah la belle réaction de la communauté sur l'affaire Ahmed Mohamed, ce gamin geek arrêté pour avoir amené son kit électronique d'horloge à l'école. Obama, Zuckerberg, Google, la NASA, le MIT, tout le monde se l'arrache. Mais quand on parle investissements, il reste compliqué d'obtenir du funding même minime sur de la technologie pure alors qu'un service de mise en relation sur le web récolte des centaines de millions de dollars.
  • The Apprentice. Presque onze ans de succès aux USA, un vrai succès en Grande-Bretagne, un flop retentissant en deux semaines en France. « Les spectateurs ont rejeté le concept » qu'ils ont dit. Vous savez quoi ? Malgré tous ses défauts que l'on connaît tous, j'aime ce pays :-)

Tuesday 28 July 2015

Lyonnaise des Eaux

En septembre dernier, je poussais un coup de gueule contre la Lyonnaise des Eaux qui venait de me mettre dans un patakès pas possible. J'en pousse un second aujourd'hui pour la même raison. Laissez-moi vous résumer, chronologiquement, toute l'affaire :

  • je m'installe le 31 décembre 2013 dans mon logement actuel, une petite maison sympa avec un petit jardin. J'ouvre évidemment un contrat de fourniture d'eau à mon nom, après avoir pris soin de vérifier correctement mon n° de compteur. Mon logement est dans un petit lotissement de quatre maisons.
  • début juin 2014 s'installe dans une des autres maisons une famille danoise. Peu au fait du fonctionnement (voire du non-fonctionnement) des services régaliens français, je les tuyaute et leur recommande de bien tester leur compteur avant d'en fournir le n° à la Lyonnaise.
  • en septembre 2014, je constate que je n'ai reçu aucune facture de la Lyonnaise des Eaux depuis juin ; allant sur mon compte en ligne, je découvre que mon compte a tout simplement été clos. Il me faudra quatre ou cinq coups de fil à la Lyonnaise pour découvrir que celle-ci a unilatéralement fermé mon contrat, parce que mon voisin danois s'est planté de numéro de compteur, alors que je n'ai jamais notifié la Lyonnaise de mon départ, qu'elle ne m'a jamais notifié de la fermeture du contrat ni jamais contacté à quelque sujet que ce soit entre janvier et septembre.
  • la Lyonnaise promet la régularisation immédiate, dépêche sur place un technicien qui vérifie bien les numéros de compteur et effectue les relevés.
  • vendredi dernier : alors que je ne me suis pas plus occupé que ça de mes factures d'eau, j'ai besoin d'un justificatif de domicile. Je retourne donc sur mon compte en ligne pour découvrir une fois encore que mon contrat est désormais « inactif ». Je rappelle évidemment immédiatement la Lyonnaise.
  • je découvre alors que rien n'a été fait, si ce n'est les relevés, en septembre dernier. Le compteur erroné a été laissé à mon voisin danois et aucun compteur ne m'a été ré-attribué. Je râle un peu, parce que j'en ai marre de perdre du temps à régler l'incompétence de la Lyonnaise. On me présente des excuses, traite le problème de « loupé impardonnable », me promet le règlement immédiat du souci, un étalement du règlement de régularisation, un geste commercial et un appel d'un responsable commercial.
  • je retourne sur mon compte en ligne ce matin, où mon contrat est toujours inactif... Je rappelle donc la Lyonnaise pour la n-ième fois. Si mon contrat a bien été réactivé à mon nom, il a été rattaché non pas à mon compte mais de nouveau à celui du voisin danois. Contrairement à ce qui avait été promis, une facture de régularisation sans possibilité d'étalement ni aucun geste commercial a déjà été émise. Le montant de cette facture est totalement obscur et semble sur-évalué mais aucun détail n'est fourni.
  • je ne pouvais pas voir ni rattacher le nouveau contrat car non seulement il avait été rattaché au voisin danois, mais la notification du compte lui avait été envoyée à lui et pas à moi...
  • ayant exigé, à nouveau, qu'un responsable commercial m'appelle, j'ai finalement été joint en fin de matinée aujourd'hui. Un geste commercial est fait et un étalement est accepté. Mais comme, malgré mes demandes initiale, la Lyonnaise n'en avait absolument pas tenu compte hier et vendredi dernier, les factures déjà émises depuis 48 heures sont à poubelliser dans l'attente de nouvelles.
  • de son côté évidemment, mon voisin danois doit avoir un remboursement de 13 mois de consommation de mon compteur et une facture de 13 mois de consommation de son propre compteur.
  • une seconde voisine a elle une consommation d'exactement 0 mètres cubes sur un an pour une famille de 5 personnes alors que son compte mentionne correctement son n° de compteur et que les relevés ont été effectués...

Pendant dix mois, la Lyonnaise des Eaux a été incapable de régulariser une situation créée certes par l'erreur initiale de mon voisin, mais surtout maintenue par sa fermeture unilatérale de mon contrat et son absence totale de communication tant vers mon voisin danois que moi-même. Les quelques gestes de régularisation à effectuer en septembre 2014 n'ont pas été faits. Les courriers promis à cette date n'ont pas été envoyés. Je me retrouve avec 13 mois de consommation d'eau à régulariser par ce qu'il faut bien appeler leur incompétence. Si je n'avais pas moi-même alerté et perdu plusieurs heures au téléphone et en tests de compteurs, cette situation aurait pu durer très longtemps et conduire à des régularisations monumentales. Mon voisin danois quittant les lieux fin août, une nouvelle famille s'installera probablement bientôt. J'ose espérer que le Service Client (plutôt un Sévice Client en l'état actuel des choses) de la Lyonnaise de Eaux saura enfin gérer correctement un tel mouvement...

Il se trouve que la Lyonnaise des Eaux est en situation de monopole dans le secteur de mon logement. C'est bien dommage. Je les quitterais volontiers sur le champ sinon...

Wednesday 6 May 2015

Emile Josselin, membre du cabinet d'Axelle Lemaire

Hier soir, la ministre Axelle Lemaire a fait un excellent speech dans un anglais comme toujours parfait aux célébrations du 20ème anniversaire du W3C à l'Hôtel de Ville de Paris. J'étais au bout de la salle, avec Tariq Krim, au moment où la ministre a quitté la salle. Entourée par des membres de son Cabinet et des personnels de la Mairie de Paris, je l'ai alors interpellée. Je lui ai dit très précisément (ma mémoire se porte toujours bien, merci) :

Je ne comprends pas comment vous pouvez célébrer les standards ouvert du web libre ici ce soir après le vote de cet après-midi. J'ai honte, vraiment honte et j'espère que la loi sera censurée par le Conseil Constitutionnel.

C'est sorti des tripes, j'ai senti le besoin de l'apostropher, parce qu'elle est un membre du gouvernement qui porte ce projet et qu'il s'agit de son domaine de compétences. J'étais furieux du vote, et tout en restant poli, il s'agissait d'une engueulade. On peut parfaitement engueuler sans être grossier ou élever la voix. Le citoyen que je suis a le droit d'apostropher ses élus et le gouvernement.

Il y avait, outre Tariq et moi, 3 ou 4 personnes autour de la Ministre : deux membres du Cabinet et une ou deux personnes accompagnatrices personnels de la Mairie de Paris. Derrière, au niveau des tables d'accueil du W3C, il y avait 6 personnes. Nous étions donc 11 ou 12.

Ce matin, Emile Josselin, un des membres du Cabinet présent hier soir, m'a répondu avec une méthode totalement contre-productive... Après avoir attaqué sur le fond, il m'a accusé publiquement de sexisme, accusation reprise dans la foulée par quelques-uns dont Aurore Bergé, Coordinatrice déploiement du numérique à l'UMP.

J'ai entendu beaucoup de choses à mon sujet, mais m'accuser de sexisme, c'est aussi con que me traiter de bigot. C'est non seulement parfaitement ridicule mais également insultant et franchement salaud. Je prends tant les mots que la méthode non pour une critique - parfaitement acceptable - mais pour une attaque ad hominem détestable et lamentable pour tenter de me museler de la pire manière. Je rappelle pour mémoire, que j'ai apostrophé le Premier Ministre ici même. Je ne l'ai pas fait en face-à-face juste parce que je n'ai pas eu l'occasion récente de me trouver face à lui. Comptez sur moi pour le faire sinon.

Tout cela est choquant et profondément décevant. La réponse d'Emile Josselin a été pour le moins une honte, et il n'a même pas l'excuse de la bleusaille puisqu'il a déjà géré la campagne online de Martine Aubry et conseillait Jean-Marc Ayrault sur le sujet. Je lui recommande fortement de contacter mon amie Emmanuelle Hervé, une spécialiste de la gestion de crise qui saura efficacement le conseiller.

En attendant, une personne responsable - et soucieuse de l'image qu'elle donne du Cabinet d'un Ministre - me ferait parvenir des excuses pour laver l'accusation dégueulasse de sexisme.

Wednesday 29 April 2015

Attention au scam par téléphone

Salut à tous,

Il y a un important scam en cours en provenance de Chine. Je ne sais pas si c'est pour vous piquer vos transactions bancaires ou pour vous faire installer des saloperies bien plus graves sur  votre machine (j'ai le feeling que cela dépasse très largement le simple scam à pognon, ça cible des gens bien particuliers), mais je pense que vous devriez être au courant et prévenir autour de vous vu qu'il s'agit d'un truc assez massif. Si vous êtes DSI ou CEO, prévenir vos employés ne serait pas une mauvaise idée.

Depuis deux semaines, de nombreuses personnes en région parisienne ont reçu des appels téléphoniques en anglais venant soit disant de Microsoft pour signaler « un problème de sécurité » et requérant l'installation - et le payement - d'un logiciel. Il s'agit évidemment d'un scam. Des amis à moi ont failli tomber dans le panneau et j'ai moi-même été appelé trois fois au cours des dernières 72 heures. J'ai évidemment allumé assez fort les personnes au bout du fil...

Si les deux premiers appels étaient en numéro caché, le dernier, il y a quelques minutes, ne l'était pas, probablement par erreur. Le numéro était 00 74 9541 90634, c'est donc un appel qui vient de Hong Kong. Les deux premières personnes à m'appeler avaient un accent indien marqué, la dernière un accent chinois très net. Le message est à chaque fois le même au mot près.

Prévenez vos proches : s'ils reçoivent un tel appel, c'est une arnaque, assez bien ficelée, et franchement dangereuse. Microsoft n'appelle pas les usagers, Kaspersky ou McAfee n'appellent pas les usagers, jamais.

Thursday 23 April 2015

Lettre ouverte à M. Manuel Valls, Premier Ministre

Monsieur le Premier Ministre,

L'industrie de l'Informatique et du Numérique est, par construction, une industrie largement apolitique. En effet, toute notre formation, toutes nos habitudes, toute notre éthique nous entraînent en général vers la solution la plus propre, la plus propice et la plus respectueuse de l'usager, indépendamment de qui la propose. C'est pourquoi c'est sans aucune visée politicienne que nous nous opposons aujourd'hui fermement au Projet de Loi sur le Renseignement porté par votre Gouvernement.

Passe encore que ce projet soit digne des néoconservateurs américains des années Bush, encore qu'il soit choquant qu'il soit porté par une Gauche française se réclamant de l'Humanisme.

Passe encore que vous fassiez fi des avis techniques éclairés dont nos experts vous ont pourtant abreuvé, soit en direct, soit via la représentation parlementaire, soit via une instance comme le Conseil National du Numérique, depuis des mois.

Mais il est hors de question d'accepter la surveillance de masse automatique des citoyens français que votre projet de Loi prône. Nous comprenons parfaitement que les boîtes noires existeront toujours, le travail des Services de Renseignement étant, comme un certain Colonel Moreau me l'avait précisé il y a bien longtemps, de fournir au Gouvernement les informations et actions que la Loi ne permet pas aisément voire pas du tout. De là à institutionnaliser l'écoute systématique de l'ensemble d'une population, il y a un pas que notre industrie n'est pas prête à franchir.

Vous avez déjà vu la réaction de nos hébergeurs de données prêts à se délocaliser au-delà de nos frontières, certaines de ces entreprises rarement mentionnées étant à la pointe de la technique mondiale, connues des offreurs de service dans le monde entier pour leur qualité. Vous avez pu lire la réaction de Mozilla, l'un des grands acteurs du Web et de l'Internet et ardent défenseur des libertés individuelles sur les réseaux. Vous avez pu prendre connaissance de l'article du New York Times fustigeant ce projet ou encore la réaction du Conseil de l'Europe. Le prestigieux Groupe d'Architecture Technique du World Wide Web Consortium, qui préside les évolutions techniques des Standards du Web, est même en train de discuter une réponse formelle à votre projet. Plus de cent dix mille citoyens et plus de cinq cents acteurs français du Numérique ont déjà exprimé leur opposition à votre projet, en dehors de tout initiative politique partisane.

La France, qui tente de porter partout le phare des Droits de l'Homme, est aujourd'hui la risée de la planète, pointée du doigt pour un jusque-boutisme déplacé et liberticide, s'offrant pratiquement le droit d'ouvrir toute communication sans intervention judiciaire.

Les investissement étrangers dans le numérique en France, déjà anémiques depuis l'action malencontreuse de M. Montebourg en protection de Daily Motion, vont drastiquement s'en ressentir. Alors que l'État a suffisamment pesté contre les écoutes américaines pour initier un programme (totalement stupide, mal ficelé et atrocement coûteux mais cela est une autre histoire) de Cloud dit souverain, nous ne pouvons être que choqués par une initiative qui vous donnerait légalement des pouvoirs d'écoute encore plus grands, au nom de la sécurité. Or l'équilibre entre libertés individuelles et nécessaire sécurité est fragile, et votre projet de Loi le modifie profondément, menaçant les fondamentaux économiques de notre industrie. Cela reste un élément tout à fait secondaire face à la menace pesant sur les libertés des citoyens, mais tout de même.

Je vous rappelle que l'industrie de l'Informatique et du Numérique est la seule industrie dans laquelle on peut se lancer avec quatre cents euros : l'informaticien a besoin d'un ordinateur, d'une table, d'une chaise, d'une connexion à l'Internet et d'un cerveau en état de marche. Une telle industrie, porteuse d'un ratio potentiel/investissement colossal, doit être soutenue et favorisée et non pas fragilisée.

Soyez certains que nous utiliserons nos talents, nos innovations, et surtout nos codes pour lutter contre votre projet. Nous ferons essaimer les technologies de chiffrement des messageries électroniques au-delà des cercles peu étendus actuels, nous inventerons de nouvelles techniques de contournement pour les accès au Web, nous ferons percoler des applications connues des seuls initiés dans le Grand Public. Nous communiquerons tous azimuts contre ce projet, et nous nous ferons entendre dans les prochaines campagnes électorales, interpellant directement vos candidats. Nous utiliserons tous les moyens légaux à notre disposition pour préserver les libertés individuelles dans ce pays.

Notre industrie est non seulement apolitique, mais elle fonctionne également - pour les mêmes raisons profondes - à la confiance. Le pont de confiance qui a pu exister entre notre industrie de l'Informatique et du Numérique et votre gouvernement n'est pas entamé, Monsieur le Premier Ministre. Il est rompu. Et c'est pourquoi, dans une référence que toute notre industrie comprendra, nous vous disons, tel un Gandalf face au Balrog sur un même pont :

Vous ne passerez pas.

Daniel Glazman

Wednesday 11 March 2015

Beau temps sur le nord avec un nuage statique au-dessus du 15ème arrondissement de Paris

Oui, je sais, je vais pouvoir m'accuser moi-même d'alimenter le Tristan-Nitot-Tracker mais bon, c'est un peu la faute à Tristan aussi... Il a annoncé ce matin qu'il rejoint CozyCloud et ça a même donné lieu à un communiqué de presse, ils ont bien eu raison de capitaliser sur sa notoriété (le troll zélé notera, vaguement amusé, que bon hein hors sujet voilà). Outre les félicitations d'usage aux deux parents (Tristan et CozyCloud), tous les voeux pour le futur bébé et toussa, il faut noter la belle découverte de Guillaume Laforge :

Nous surnommerons donc Tristan C3PO alors qu'on s'apprêtait plutôt à passer à Cumulo-nito-nimbus, cloud oblige.

Mais revenons à nos petits moutons qui sautillent gaiement dans la rosée de ce beau matin printanier du 11 mars 2015 (ça va, vous suivez toujours ?) et surtout à l'annonce de Tristan. Donc le Nitot rejoint une startup qui fait dans le cloud dans un modèle propre, respectueux de l'usager et de ses données.

L'État et d'autres investisseurs ont englouti des fortunes dans CloudWatt et Numergy, dont l'échec est patent et surtout cuisant. L'État d'abord, ces deux entreprises ensuite, ont gravement merdé et à de multiples niveaux encore...

  • pognon tombé du ciel
  • participations abracadabrantesques
  • deux entreprises lancées en même temps sur le même marché ! Eh, pourquoi pas 3 ou 4 hein ?
  • grosse frénésie « ma trombine partout » des dirigeants
  • modèle pour le moins fumeux avec des prix pifometrisés d'après le marché
  • incapacité à délivrer
  • incapacité à attirer

Franchement, on dirait qu'on a pris exemple sur le RSI...

Si je vous dis tout ça, c'est parce que normalement, un projet de Cloud souverain bien mené, protégé (tant que faire ce peut) des intrusions extérieures et respectueux tant de l'usager que de ses données, ça aurait du faire tilt chez un gars comme Tristan si cela avait été bien fait. Mais comme cela a été fait en dépit du bon sens... Tristan chez CozyCloud c'est une super-nouvelle tant pour lui que pour eux. Et c'est aussi un glas qui sonne pour CloudWatt et Numergy. Un de plus, me direz-vous :-)

Friday 9 January 2015

S'il est un bal tragique, c'est celui des hypocrites

Depuis mercredi matin, j'ai les larmes aux yeux toutes les dix minutes, ça fait dix ans que cela ne m'est pas arrivé. J'ai du mal à me concentrer sur le travail, à m'imposer un rythme. J'ai grandi avec Reiser, Cavanna, Choron, Wolinski et Cabu qui ont forgé mon premier esprit critique d'ado. J'ajoute à cette liste Coluche et Desproges. Le simple fait que certains (pas mes parents) aient pu, à l'époque, me dire « mais comment peux-tu lire ces horreurs ? » me renforçait dans ma détermination à lire ces gens. Tout d'abord parce que je n'y trouvais aucune horreur, justement. Ensuite parce qu'ils fustigeaient les cons, un de leurs rares points d'accord avec de Gaulle : vaste problème. Enfin parce qu'ils me faisaient beaucoup marrer.

Dur d'être aimé des cons

Ils sont morts et hurleraient de rire s'ils avaient pu apprendre qu'on a sonné le glas de Notre-Dame pour eux, ils en feraient une couverture ! J'imagine le curé s'envolant parce qu'il tient la corde du glas et le cercueil de Wolinski déclarant « waaaaah, on lui voit les couilles ! ». Et puis tout de même, se retrouver avec de Gaulle et Pompidou comme rare cause de sonnerie du glas, quelle ironie fabuleuse ! Comme m'a dit un copain qui se reconnaîtra, pas rancunier le curé... Ils se tiendraient aussi le bide en se payant leurs tronches s'ils apprenaient que tous ceux - et ils sont nombreux - qui avaient déclarés Charlie Hebdo « irresponsable » il y a quelques années sont aujourd'hui alignés dans une belle indignation. Enfin quoi, la République entière et même ses élus se levant pour quelques journaleux ou dessinateurs de miquets assassinés, certains étant des libertaires, alors que les politiques ont toujours eu - et ont souvent encore - la tentation de les museler ? Museler un journaliste, c'est aussi le tuer ; temporairement du moins. Je relis alors un de mes vieux billets et je crache à la gueule de la légion des hypocrites.

Il y a un poster "Je suis Charlie" sur la porte de ma maison parce que je suis fier que ma réputation d'emmerdeur qui ouvre toujours sa gueule quand il a quelque chose à dire soit un peu le fait de Charlie Hebdo ou de ses ancêtres. Mais non, je ne suis pas Charlie, parce que je n'aurais fort probablement pas eu le courage de me mettre (et les miens avec) ainsi face aux balles.

François Hollande s'en sort très, très, très bien. Lors des procès sur les caricatures en 2006, il soutenait à fond Charlie Hebdo, se déplaçant même au Palais. L'ancien grand mufti de Marseille, Soheib Bencheikh, absolument parfait, s'était déclaré opposé « à toute action en justice ou manifestation » contre la publication des caricatures au nom de « la liberté d'expression (...) sacrée ». Quant aux autres, relisez bien ce qu'ils disaient en 2012, c'est parfois bien plus ambigu. Seuls se démarquent François Fillon et Jean-Marc Ayrault qui avaient soutenu à fond, clairement et à haute voix, la liberté d'expression. Juppé par exemple parlait d'irresponsabilité ; étonnamment, il ne dit plus la même chose aujourd'hui, eh.

La première mention spéciale du jour va à Donald Trump, preuve vivante que l'argent ne peut pas tout acheter puisque sa fortune n'a pas réussi à lui acheter un cerveau. Il a déclaré que si les gens avaient des armes, ils auraient au moins eu une chance et qu'il était intéressant que cela se soit produit dans un des pays ayant une des plus fortes législations sur les armes.

La seconde va à Apple Inc., oui oui la firme à la pomme, dont la page Web du site français affiche un beau bandeau noir "Je suis Charlie" alors que l'Apple Store censure en permanence des écrits, des applications, impose aux développeurs des conditions bafouant la liberté d'entreprendre. Et ce matin encore. Vous croyez vraiment que Charlie Hebdo est disponible dans le kiosque à magazines d'Apple, hein ? Alors qu'Apple a censuré des dictionnaires parce que des mots contenus dedans ne lui plaisaient pas, comment osent-ils afficher l'esprit de Charlie ?

Ma suggestion à Apple France est simple :

Wednesday 7 January 2015

JE SUIS CHARLIE

Je suis Charlie

Et je vais m'abonner dès que ce sera possible. En soutien. Total.

Thursday 20 November 2014

Spammeurs téléphoniques

À la demande générale, et pour faire plaisir au petit Laurent qui a l'air hagard face aux hordes déchaînées de spammeurs téléphoniques, voici mes dix techniques de gestion de la chose:

1. la simple

Écouter précisément la première phrase du spammeur ou de la spammeuse, celle qui sonne dans le genre « je suis monsieur machin de la société Truc » et dire immédiatement « non merci, au revoir » et raccrocher. Si on vous rappelle, ce qui m'est déjà arrivé, laissez libre cours à votre colère, au moins ça défoule.

2. la fourbe

Bien écouter le nom de la société mentionné dans la première phrase et interrompre immédiatement haut et fort le spammer/la spammeuse avec un « savez-vous que votre société ne nous a toujours pas payé un contrat de trois cent quarante mille euros d'il y a six mois ? ».  C'est alors l'autre côté de la ligne qui raccroche très vite, en général.

3. la pas pressée

Rentrer dans le jeu du spammeur/la spammeuse et les faire poireauter au moins 3 minutes au téléphone avec des questions totalement débiles, délai à partir duquel l'écran de contrôle de leur manager vire au rouge. Lachez-vous juste après...

3. à la Francis Blanche

Jouer le vieux con à moitié sourd avec un accent à couper au couteau. Genre « Allo pichour ??? Ché fou zentend mallll, pourrrrrriez-fou parler très plus fort ? ». En général, le spammeur/la spammeuse craque dans la première minute. On peut aussi jouer le bègue, c'est très efficace, mais plus lent.

4. la fachée

Interrompre dès la seconde phrase avec un « m'avez-vous demandé si vous me dérangez ? Et bien vous me dérangez. Vous vous prenez pour qui ? » et laisser venir le reste.

5. l'informée

Interrompre dès la seconde phrase avec un « je travaille chez Orange et suis sur liste anti-prospection, vous n'avez pas le droit de m'appeler, quel est le nom de votre entreprise et d'où appelez-vous ? »

6. la coquine

Commencer à causer de tout et n'importe quoi avec le spammeur ou la spammeuse pour arriver à leur faire dire des trucs qui n'ont rien à voir avec leur appel. En général, j'arrive à leur faire dire de quel pays ils appellent et je diverge vers le tourisme dans leur pays et le climat du jour. Au bout de trois minutes, ils me larguent et ne me rappellent plus jamais.

7. l'experte

Dès que le spammeur ou la spammeuse a présenté son produit, lui dire que son produit c'est de la merde avec des arguments techniques de tous ordres pour finir par un « vous savez que vous pourriez avoir des ennuis si des gens portaient plainte contre leurs produits ? ». J'ai fait ça récemment avec un vendeur de fenêtres. Une variante est de dire très tôt « ah mais je suis déjà client chez vous » genre j'ai déjà acheté vos super-fenêtres il y a un an merci au revoir.

8. la très pressée et très efficace, ma préférée

En générale, le spammeur ou la spammeuse décline son identité puis vous demande si vous êtes bien Monsieur ou Madame Machin. Répondez tout simplement "ah mais pas du tout ici c'est une entreprise". Dans 99% des cas, ils couperont court à la conversation et ne rappelleront pas.

9. la geek

Avoir un fichier de sons particulièrement pénibles à entendre, genre craie qui crisse sur un tableau, sur son ordi et le jouer dans le micro de votre téléphone. Je l'ai fait une ou deux fois, c'est assez sympa.

10. la rageante

Faire semblant d'être TRES intéressé et couper la conversation au milieu d'une phrase comme si c'était un problème technique. Le spammeur ou la spammeuse va vous rappeler, faites ça quatre ou cinq fois. En tout il y en a pour 40 secondes environ en tout. Ils vont craquer avant vous :-)

Je dois mentionner un  cas spécial : j'ai été appelé en début de semaine pour... de la VOYANCE ! J'ai été tellement étonné de la chose que je me mis à éclater de rire au téléphone et me foutre de la tronche de la spammeuse qui n'arrivait plus à placer une. Je lui ai raccroché au nez après une bonne minute d'éclats de rire et un « ma pauv'dame, merci pour l'éclat de rire » final.

- page 1 of 50