<Glazblog/>

Franchouillardises

En politique française, on est les meilleurs du MONDE, en politique française :-)

Entries feed - Comments feed

Wednesday 11 March 2015

Beau temps sur le nord avec un nuage statique au-dessus du 15ème arrondissement de Paris

Oui, je sais, je vais pouvoir m'accuser moi-même d'alimenter le Tristan-Nitot-Tracker mais bon, c'est un peu la faute à Tristan aussi... Il a annoncé ce matin qu'il rejoint CozyCloud et ça a même donné lieu à un communiqué de presse, ils ont bien eu raison de capitaliser sur sa notoriété (le troll zélé notera, vaguement amusé, que bon hein hors sujet voilà). Outre les félicitations d'usage aux deux parents (Tristan et CozyCloud), tous les voeux pour le futur bébé et toussa, il faut noter la belle découverte de Guillaume Laforge :

Nous surnommerons donc Tristan C3PO alors qu'on s'apprêtait plutôt à passer à Cumulo-nito-nimbus, cloud oblige.

Mais revenons à nos petits moutons qui sautillent gaiement dans la rosée de ce beau matin printanier du 11 mars 2015 (ça va, vous suivez toujours ?) et surtout à l'annonce de Tristan. Donc le Nitot rejoint une startup qui fait dans le cloud dans un modèle propre, respectueux de l'usager et de ses données.

L'État et d'autres investisseurs ont englouti des fortunes dans CloudWatt et Numergy, dont l'échec est patent et surtout cuisant. L'État d'abord, ces deux entreprises ensuite, ont gravement merdé et à de multiples niveaux encore...

  • pognon tombé du ciel
  • participations abracadabrantesques
  • deux entreprises lancées en même temps sur le même marché ! Eh, pourquoi pas 3 ou 4 hein ?
  • grosse frénésie « ma trombine partout » des dirigeants
  • modèle pour le moins fumeux avec des prix pifometrisés d'après le marché
  • incapacité à délivrer
  • incapacité à attirer

Franchement, on dirait qu'on a pris exemple sur le RSI...

Si je vous dis tout ça, c'est parce que normalement, un projet de Cloud souverain bien mené, protégé (tant que faire ce peut) des intrusions extérieures et respectueux tant de l'usager que de ses données, ça aurait du faire tilt chez un gars comme Tristan si cela avait été bien fait. Mais comme cela a été fait en dépit du bon sens... Tristan chez CozyCloud c'est une super-nouvelle tant pour lui que pour eux. Et c'est aussi un glas qui sonne pour CloudWatt et Numergy. Un de plus, me direz-vous :-)

Friday 9 January 2015

S'il est un bal tragique, c'est celui des hypocrites

Depuis mercredi matin, j'ai les larmes aux yeux toutes les dix minutes, ça fait dix ans que cela ne m'est pas arrivé. J'ai du mal à me concentrer sur le travail, à m'imposer un rythme. J'ai grandi avec Reiser, Cavanna, Choron, Wolinski et Cabu qui ont forgé mon premier esprit critique d'ado. J'ajoute à cette liste Coluche et Desproges. Le simple fait que certains (pas mes parents) aient pu, à l'époque, me dire « mais comment peux-tu lire ces horreurs ? » me renforçait dans ma détermination à lire ces gens. Tout d'abord parce que je n'y trouvais aucune horreur, justement. Ensuite parce qu'ils fustigeaient les cons, un de leurs rares points d'accord avec de Gaulle : vaste problème. Enfin parce qu'ils me faisaient beaucoup marrer.

Dur d'être aimé des cons

Ils sont morts et hurleraient de rire s'ils avaient pu apprendre qu'on a sonné le glas de Notre-Dame pour eux, ils en feraient une couverture ! J'imagine le curé s'envolant parce qu'il tient la corde du glas et le cercueil de Wolinski déclarant « waaaaah, on lui voit les couilles ! ». Et puis tout de même, se retrouver avec de Gaulle et Pompidou comme rare cause de sonnerie du glas, quelle ironie fabuleuse ! Comme m'a dit un copain qui se reconnaîtra, pas rancunier le curé... Ils se tiendraient aussi le bide en se payant leurs tronches s'ils apprenaient que tous ceux - et ils sont nombreux - qui avaient déclarés Charlie Hebdo « irresponsable » il y a quelques années sont aujourd'hui alignés dans une belle indignation. Enfin quoi, la République entière et même ses élus se levant pour quelques journaleux ou dessinateurs de miquets assassinés, certains étant des libertaires, alors que les politiques ont toujours eu - et ont souvent encore - la tentation de les museler ? Museler un journaliste, c'est aussi le tuer ; temporairement du moins. Je relis alors un de mes vieux billets et je crache à la gueule de la légion des hypocrites.

Il y a un poster "Je suis Charlie" sur la porte de ma maison parce que je suis fier que ma réputation d'emmerdeur qui ouvre toujours sa gueule quand il a quelque chose à dire soit un peu le fait de Charlie Hebdo ou de ses ancêtres. Mais non, je ne suis pas Charlie, parce que je n'aurais fort probablement pas eu le courage de me mettre (et les miens avec) ainsi face aux balles.

François Hollande s'en sort très, très, très bien. Lors des procès sur les caricatures en 2006, il soutenait à fond Charlie Hebdo, se déplaçant même au Palais. L'ancien grand mufti de Marseille, Soheib Bencheikh, absolument parfait, s'était déclaré opposé « à toute action en justice ou manifestation » contre la publication des caricatures au nom de « la liberté d'expression (...) sacrée ». Quant aux autres, relisez bien ce qu'ils disaient en 2012, c'est parfois bien plus ambigu. Seuls se démarquent François Fillon et Jean-Marc Ayrault qui avaient soutenu à fond, clairement et à haute voix, la liberté d'expression. Juppé par exemple parlait d'irresponsabilité ; étonnamment, il ne dit plus la même chose aujourd'hui, eh.

La première mention spéciale du jour va à Donald Trump, preuve vivante que l'argent ne peut pas tout acheter puisque sa fortune n'a pas réussi à lui acheter un cerveau. Il a déclaré que si les gens avaient des armes, ils auraient au moins eu une chance et qu'il était intéressant que cela se soit produit dans un des pays ayant une des plus fortes législations sur les armes.

La seconde va à Apple Inc., oui oui la firme à la pomme, dont la page Web du site français affiche un beau bandeau noir "Je suis Charlie" alors que l'Apple Store censure en permanence des écrits, des applications, impose aux développeurs des conditions bafouant la liberté d'entreprendre. Et ce matin encore. Vous croyez vraiment que Charlie Hebdo est disponible dans le kiosque à magazines d'Apple, hein ? Alors qu'Apple a censuré des dictionnaires parce que des mots contenus dedans ne lui plaisaient pas, comment osent-ils afficher l'esprit de Charlie ?

Ma suggestion à Apple France est simple :

Wednesday 7 January 2015

JE SUIS CHARLIE

Je suis Charlie

Et je vais m'abonner dès que ce sera possible. En soutien. Total.

Thursday 20 November 2014

Spammeurs téléphoniques

À la demande générale, et pour faire plaisir au petit Laurent qui a l'air hagard face aux hordes déchaînées de spammeurs téléphoniques, voici mes dix techniques de gestion de la chose:

1. la simple

Écouter précisément la première phrase du spammeur ou de la spammeuse, celle qui sonne dans le genre « je suis monsieur machin de la société Truc » et dire immédiatement « non merci, au revoir » et raccrocher. Si on vous rappelle, ce qui m'est déjà arrivé, laissez libre cours à votre colère, au moins ça défoule.

2. la fourbe

Bien écouter le nom de la société mentionné dans la première phrase et interrompre immédiatement haut et fort le spammer/la spammeuse avec un « savez-vous que votre société ne nous a toujours pas payé un contrat de trois cent quarante mille euros d'il y a six mois ? ».  C'est alors l'autre côté de la ligne qui raccroche très vite, en général.

3. la pas pressée

Rentrer dans le jeu du spammeur/la spammeuse et les faire poireauter au moins 3 minutes au téléphone avec des questions totalement débiles, délai à partir duquel l'écran de contrôle de leur manager vire au rouge. Lachez-vous juste après...

3. à la Francis Blanche

Jouer le vieux con à moitié sourd avec un accent à couper au couteau. Genre « Allo pichour ??? Ché fou zentend mallll, pourrrrrriez-fou parler très plus fort ? ». En général, le spammeur/la spammeuse craque dans la première minute. On peut aussi jouer le bègue, c'est très efficace, mais plus lent.

4. la fachée

Interrompre dès la seconde phrase avec un « m'avez-vous demandé si vous me dérangez ? Et bien vous me dérangez. Vous vous prenez pour qui ? » et laisser venir le reste.

5. l'informée

Interrompre dès la seconde phrase avec un « je travaille chez Orange et suis sur liste anti-prospection, vous n'avez pas le droit de m'appeler, quel est le nom de votre entreprise et d'où appelez-vous ? »

6. la coquine

Commencer à causer de tout et n'importe quoi avec le spammeur ou la spammeuse pour arriver à leur faire dire des trucs qui n'ont rien à voir avec leur appel. En général, j'arrive à leur faire dire de quel pays ils appellent et je diverge vers le tourisme dans leur pays et le climat du jour. Au bout de trois minutes, ils me larguent et ne me rappellent plus jamais.

7. l'experte

Dès que le spammeur ou la spammeuse a présenté son produit, lui dire que son produit c'est de la merde avec des arguments techniques de tous ordres pour finir par un « vous savez que vous pourriez avoir des ennuis si des gens portaient plainte contre leurs produits ? ». J'ai fait ça récemment avec un vendeur de fenêtres. Une variante est de dire très tôt « ah mais je suis déjà client chez vous » genre j'ai déjà acheté vos super-fenêtres il y a un an merci au revoir.

8. la très pressée et très efficace, ma préférée

En générale, le spammeur ou la spammeuse décline son identité puis vous demande si vous êtes bien Monsieur ou Madame Machin. Répondez tout simplement "ah mais pas du tout ici c'est une entreprise". Dans 99% des cas, ils couperont court à la conversation et ne rappelleront pas.

9. la geek

Avoir un fichier de sons particulièrement pénibles à entendre, genre craie qui crisse sur un tableau, sur son ordi et le jouer dans le micro de votre téléphone. Je l'ai fait une ou deux fois, c'est assez sympa.

10. la rageante

Faire semblant d'être TRES intéressé et couper la conversation au milieu d'une phrase comme si c'était un problème technique. Le spammeur ou la spammeuse va vous rappeler, faites ça quatre ou cinq fois. En tout il y en a pour 40 secondes environ en tout. Ils vont craquer avant vous :-)

Je dois mentionner un  cas spécial : j'ai été appelé en début de semaine pour... de la VOYANCE ! J'ai été tellement étonné de la chose que je me mis à éclater de rire au téléphone et me foutre de la tronche de la spammeuse qui n'arrivait plus à placer une. Je lui ai raccroché au nez après une bonne minute d'éclats de rire et un « ma pauv'dame, merci pour l'éclat de rire » final.

Lettre à une tarée

Ceci est une lettre ouverte à la connasse profonde, tarée majeure, qui m'a grillé une priorité en roulant à 80 km/h en zone 30 ce jeudi 20 novembre à 08h38 au croisement entre la rue Jeanne D'Albret et la rue Rouget de Lisle à Saint-Germain en Laye.

Chère connasse pressée,

Je me tamponne que votre fils soit en retard à l'Institut Notre-Dame de Saint-Germain en Laye (où vous l'avez déposé sous mes yeux) ou pas, qu'il soit en retard par sa propre faute, la vôtre ou celle des embouteillages. J'attends de pouvoir quitter mon domicile et rejoindre mon lieu de travail sans avoir à entrer en collision latérale mortelle avec une furie demeurée dans votre genre.

Si je n'avais pas laissé - ce que je fais toujours - traverser une enfant sur le passage piéton, si cette seconde de ralentissement ne m'avait pas été accordée par le destin ce matin, je serais entré sur ce croisement au moment où vous avez grillé la priorité parfaitement signalée par un panneau et une ligne au sol et vous seriez morte, votre fils serait mort, tous deux encastrés à grande vitesse dans le côté droit de mon véhicule. Je serai moi-même fort probablement en assez méchant état, vu la vitesse délirante à laquelle vous rouliez.

Vous n'avez aucune excuse : vous empruntez très certainement ce chemin plusieurs fois par semaine et vous saviez pertinemment qu'il y avait là une priorité, vous saviez parfaitement que cette priorité est dangereuse, vous saviez parfaitement que vous êtiez à proximité d'établissements scolaires en zone à vitesse limitée puisque vous alliez y déposer votre fils.

Vous avez sciemment mis en danger au moins trois personnes pour quelques minutes de retard au bahut et il s'en est fallu aujourd'hui de peu que le retard de votre fils ne se transforme en absence définitive. Rien ne peut justifier votre comportement potentiellement suicidaire et meurtrier et ces quelques lignes sont bien peu cher payé.

Je vous méprise, espèce de crème d'andouille à un pourcent de matière grise.

Saturday 18 October 2014

La France et Ebola

Je ne comprends absolument pas ce qui se passe en France dans les aéroports avec cette mesure débile de contrôle des passagers arrivant de Guinée-Conarkry, et uniquement eux. Il est tellement facile de faire une escale, et il est tellement facile pour un douanier de savoir, à la présentation du passeport, d'où arrive exactement le passager. Tout passager, sur quelque vol que ce soit, en provenance d'un pays à risque, devrait être contrôlé plus minutieusement qu'on ne le fait aujourd'hui. La mesure en cours est une cautère sur une jambe de bois ; elle ne couvre qu'une petite partie des précautions qui devraient s'imposer. Quand on connait un peu Ebola, l'absence de tout symptôme durant la relativement longue période d'incubation, il faudrait faire mieux et plus que cela. C'est, je trouve, lamentable et dangereux.

Sunday 21 September 2014

Business as usual...

Sarko DEUX ZERO

Friday 5 September 2014

Valtrier

On vient de me passer un extrait du brûlot de Valérie Trierweiler. Il parle du voyage à Washington, quelques jours après l'élection présidentielle de 2012 :

« En dehors de Laurent Fabius, il ne faut pas être expert pour comprendre que la plupart des nouveaux ministres n’ont pas le niveau. Je suis affligée de ce que j’entends. Je les observe en silence, en me demandant comment tel ou tel a pu être nommé ministre. Équilibre de courant, équilibre de sexe, équilibre régional ou de parti. Peu sont là pour leur compétence. Cela crève les yeux de l’ancienne journaliste politique que je suis toujours au fond de moi. La presse critique leur amateurisme. Si j’étais toujours au service politique de Match, écrirais-je autre chose ? « Mais je me tais. »

« Merci pour ce moment. », Valérie Trierweiler, Éditions des Arènes, 2014

Je crois que ce passage est encore plus dévastateur que les commentaires sur la personnalité privée de François Hollande. Si les emmerdes volent en escadrille, tout le monde sait déjà que les épouses trompées de politiciens peuvent former une Armée aérienne complète... De toute manière, peu auraient parié un kopeck sur son couple avec Hollande après l'affaire du tweet.

Si le reste de l'ouvrage est du même cru (ce que j'ignore) alors oui, le livre de Valérie Trierweiler quitte aisément la biographie, le livre de souvenirs, la cautérisation voire la vengeance personnelle pour devenir une grenade dégoupillée. Je m'attends donc à ce que de nombreux autres extraits soient amplement commentés dans les jours qui viennent. Le Canard de mercredi va valoir son pesant de cacahouètes à mon avis... Je ne comprends pas comment elle a pu publier un tel document. Soit elle savait parfaitement l'effet qu'allait avoir son livre et cette femme a besoin de soins, soit elle l'ignorait et c'est consternant. Dans les deux, c'est affligeant.

(Nota bene : les commentaires sont fermés sur cet article, j'ai autre chose à faire que de la chasse au troll)

Tuesday 15 April 2014

À l'assaut

Suite à un tweet d'Aymeril Hoang, je viens de lire le billet de Nicolas Colin intitulé « L’industrie du taxi à la frontière de l’innovation ». Un paragraphe m'a méchamment fait tiquer :

Une fois qu’une position a été prise par une entreprise américaine, il n’y a plus de rattrapage possible par une entreprise d’un autre pays. Il est impossible de créer un Google français, de même qu’il est impossible de développer DailyMotion face à YouTube ou de faire prospérer une activité de vente en ligne face à Amazon. Sauf à ce que l’entreprise dominante s’endorme sur ses lauriers (= MySpace défait par Facebook), il n’est plus possible de partir à l’assaut d’une filière une fois que sa transformation numérique est achevée.

Il se trouve que je ne suis pas d'accord du tout et que ce point de vue est un des plus grands regrets personnels de ma carrière. En 1992-1994, j'étais l'auteur d'un des tous premiers agents de messagerie MIME (RFC 1341 à l'époque). Pour les incultes technologiques, MIME est ce qui vous permet d'avoir des pièces jointes dans vos messages, des jeux de caractères différents d'ASCII et pas mal d'autres choses encore. MIME est aussi bien reconnaissable dans les bases du protocole HTTP. Mon outil avait pas mal d'usagers dans le monde, une communauté s'était forgée autour, et faire de ce projet un produit me tentait. Un de mes meilleurs amis (caskaboulons qui se reconnaîtra) m'a alors présenté son père, industriel du logiciel. Celui-ci m'a écouté, attentivement, m'a demandé mon âge, m'a questionné sur mon projet. La réponse, définitive, m'a laminé : « laissez tomber, vous êtes trop jeune et vous lancer face à Microsoft est impossible, vous n'avez aucune chance depuis que Microsoft a décidé de se lancer dans le courrier électronique ». Connement, je l'ai écouté. Je le regrette encore, un million de fois, et je le regretterai toujours.

Cette opinion dictée par les études de marché et la bien-pensance (si vous me permettez ce néologisme) détruit stupidement de la valeur. Aurait-il fallu ne jamais lancer Apache à cause de la domination de Microsoft IIS qui pourtant introduisait de nouvelles fonctionnalités à chaque version ? Aurait-il fallu ne jamais croire en Firefox à cause de la domination mondiale d'Internet Explorer qui certes s'endormait un peu sur ses lauriers ? Aurait-il fallu ne jamais lancer Google à cause de la domination d'Altavista ? Aurait-il fallu faire une croix sur Qt parce que wxWidgets dominait le marché ? Non, je n'y crois pas.

Je crois en deux choses. Tout d'abord une réponse faite par Steve Jobs il y a très, très longtemps, à un journaliste qui l'interrogeait sur le fait qu'Apple ne représentait toujours que 4 ou 5% au plus des parts du marché du PC... Il avait répondu qu'il n'y avait pas besoin d'être le premier pour être un succès. Ensuite, je crois en une chose que Chris Hofmann de Mozilla m'avait dite à Barcelone, lors d'une réunion de mozilliens : si Mozilla avait du faire une étude de marché ou appliquer quelque méthode « habituelle » que ce soit pour lancer Firefox, jamais cela ne serait arrivé ; à la place, ils se sont servis de leur pif et se sont lancés.

Il faut avoir foi en les éléments suivants:

  1. L'innovation perturbatrice. Il est parfaitement possible dans le Logiciel, même pour une toute petite équipe opérant depuis un garage, de donner des coups de boutoir inimaginables à une grande entreprise établie et dominante parce que tout grande entreprise sera toujours plus lourde, moins agile, moins réactive que la petite équipe organisée en commando.
  2. La prise de risque. Si on ne se lançait que lorsque les risques sont nuls, on ne se lancerait jamais.
  3. L'intuition. Les études de marché sur des choses nouvelles et perturbatrices sont difficiles voire impossible à réaliser. J'ai appris depuis bien longtemps qu'il est totalement illusoire de demander aux usagers s'ils apprécient ou vont apprécier une rupture technologique. S'il avait fallu écouter les études de marché, les SMS n'existeraient pas.
  4. La versatilité du marché. Les usagers, même Corporate, sont et restent versatiles. Ils sont constamment à la recherche de la nouveauté, soit par mode, soit par recherche de qualité/modernité, soit par lente désaffection.

Il a mon avis donc parfaitement possible d'attaquer une entreprise américaine dominante sur son marché même après la fin de sa transformation numérique. Il faut le faire en mode commando, en profitant de chaque faille, en trouvant de nouveaux paradigmes, sans écouter les oiseaux de mauvais augure.

Mise à jour: « Don't try to be pioneer if you're relying on market research studies ».

Monday 31 March 2014

Du noir sur la carte

FREJUS deux listes de droite se maintiennent, le FN qui aurait été battu par une liste unitaire est élu
LE LUC droite et gauche, incapables d'un front républicain, le FN est élu
COGOLIN le FN gagne à la loyale
BEAUCAIRE le FN est élu dans une quadrangulaire mais serait largement battu dans une union DVD
LE PONTET l'UMP et le candidat DVD ensemble surpassent nettement le candidat FN qui est pourtant élu
VILLERS_COTERET Les deux candidats DVD surpassent très largement le candidat FN qui est pourtant élu
HAYANGE la quadrangulaire profite au FN mais si les deux candidats DVD s'étaient unis, ils le battaient. Si un front républicain avec PS avait eu lieu, ils l'écrasaient
MANTES-LA-VILLE les candidats PS et DVG pouvaient écraser le candidat FN mais ne l'ont pas fait
CAMARET-SUR-AIGUES un front républicain aurait écrasé le FN
BOLLENE Le FN gagne à la loyale

Sur ces 10 villes, 8 victoires du FN étaient totalement évitables, elles n'arrivent que par la connerie de nos politiciens. La victoire du FN en nombre de villes n'est pas une victoire du FN, c'est d'abord une défaite des partis républicains ensemble. Lamentable.

Saturday 29 March 2014

SNCF : Savoir te Niquer Comme un Fou

Si cette information est confirmée, c'est un scandale d'une magnitude rarement atteinte dans cette catégorie de mon blog, la catégorie Franchouillardises. La SNCF aurait verbalisé un ado traversant la gare de Reims au nom d'un décret datant de Vichy et interdisant « à toute personne de faire usage sur les quais des gares d'appareils ou instruments sonores » parce qu'il portait autour du cou des écouteurs.

Je crois qu'il serait utile, si vous lisez le présent article, que vous relayiez cette information sur votre propre blog, sur twitter, où vous voulez. Il faut faire plier la SNCF, qui est en l'occurence d'une débilité confondante, se retranchant derrière un décret tombé en désuétude sociale évidente et datant des heures les plus sombres de notre pays.

Honte, honte absolue sur la SNCF.

MISE A JOUR : un des comptes twitter de la SNCF a publié une information complémentaire. Si cela est vrai, le gamin a cherché les emmerdes et ce qui précède est nul et non avenu. En cas de confirmation, cet article de blog sera intégralement mis à jour puis supprimé peu de temps après.

Thursday 27 March 2014

Après le rapport de Tariq Krim

J'ai eu hier une longue conversation téléphonique avec Tariq. Nous avons constaté que nous avons, à quelques années d'écart, des parcours similaires, des souvenirs identiques et surtout que nous sommes en phase quasi-complète sur notre évaluation de l'état de l'industrie du Logiciel en France et de ce qui la bloque.

Nous sommes aussi d'accord sur un point majeur : son rapport va dans le bon sens et soulève les bons problèmes.

Je pense qu'il faut donner une suite à ce rapport, et que le seul moyen de le faire est le suivant : il faut écrire un second rapport, plus fourni, plus orienté vers l'action, détaillant par exemple 10 points essentiels à changer ou faire et les moyens de le faire. Ce nouveau rapport ne doit pas juste soulever des questions, il doit absolument fournir des solutions.

Je vais m'atteler prochaînement à la rédaction d'un tel rapport et j'espère bien que nous pourrons être plusieurs à le co-signer. L'idée est de le soumettre après son achèvement comme une pétition en ligne, que tous les acteurs de l'industrie du Logiciel en France pourront signer. Je vais consacrer du temps bénévole à cette action, comme je peux, quand je peux. A dirty job but someone has to do it.

Il est grand temps de faire quelque chose, je n'en peux plus de voir nos cerveaux quitter le pays ou végéter dans des boulots de production alors qu'ils pourraient, en R&D, créer de la valeur en France par la naissance d'un véritable écosystème Logiciel de très, très haut niveau.

Suivez ce blog, tout se fera ici. Souhaitez-moi bon courage ?-)

Wednesday 26 March 2014

Le rapport de Tariq Krim #2

Maintenant que le rapport de Tariq est public, j'ai enfin pu le lire. Voici donc mes commentaires:

Les talents français du code

Les absents sont bien plus nombreux que les présents dans cette liste. Il aurait fallu dire par exemple que les experts français du jeu ou de l'imagerie sont légions et qu'ils sont excellents. Que souvent ils sont aux USA pas parce qu'on ne les valorise pas ici mais parce qu'il n'y pas d'entreprise embauchant dans leur secteur ici. Il aurait fallu aussi lister les opportunités ratées, le peu de crédit que l'on accorde aux technologues, qu'on flanque de décisionnaires souvent incompétents qui considèrent que l'Ingénieur est une feuille de l'arbre. « La feuille, ça tombe, la branche ça reste » ai-je entendu trop souvent.

Ces développeurs français qui ont marqué...

Bon. Même commentaire. Cette partie me gêne un peu et pas seulement parce que j'y suis listé. Merci pour la citation mais il manque tellement de gens extraordinaires dans cette liste qu'elle est un peu à double emploi...

Tirer parti des talents français du code

Je suis entièrement d'accord avec Tariq sur plusieurs points :

  1. le tropisme persistant en faveur des Grands Groupes est une vraie réalité. Il faut, pour une fois, écouter Raffarin quand il parle du tissu PME.
  2. la France manque cruellement de startups "disruptive". Oui. Faut dire qu'on ne dit même pas aux étudiants ayant écrit un bô projet qu'ils devraient se lancer... La technologie est totalement dévalorisée dans notre pays, c'est la Finance, le Droit, les Sciences Politiques et la Médecine qui ont l'image du talent.

Je trouve les autres assez capillotractés.

Recommandations

Prendre en compte le rôle essentiel des développeurs
Certes. Mais je ne vois aucune recommandation d'action. Comment ? Qui ? Quand ? Où ?
Une feuille de route technologique...
Je n'y crois pas du tout.
Un github français
Je n'y crois pas plus...
Promouvoir les développeurs dans l'Administration
Oui, je suis d'accord. Cependant, cela me semble impossible dans l'état actuel des finances de la France.
Adapter les conditions d'investissement.
Oui, totalement d'accord. Voir ci-dessous.
Formation des développeurs
Non. Le problème n'est pas la formation technique. Le problème est la formation à l'entreprenariat, lamentable voire absente. Il faut inciter les développeurs à se lancer, leur montrer la voie, leur faire créer de la valeur et de l'emploi. Ce n'est qu'en créant l'écosystème au complet qu'on y arrivera.
Un visa de travail pour les développeurs étrangers
Alors là j'ai pouffé. Il n'y a déjà pas beaucoup de boulots techniques passionnants pour les geeks français alors accueillir des étrangers... Quant aux entrepreneurs étrangers du Logiciel, tout notre système ne peut aujourd'hui que les faire fuir. Une catastrophe.

J'aurais voulu voir développés les axes suivants :

  1. réformer la convention Syntec et enfin avoir une double chaîne hiérarchique, l'une technique jusqu'au CTO et l'autre managériale jusqu'au COO, dans Syntec
  2. mieux valoriser les projets estudiantins en les accompagnant vers l'industrialisation, j'en ai déjà souvent parlé ici
  3. bien mieux favoriser l'investissement direct des contributions ISF dans les JEI. Quand je dis "direct", c'est-à-dire que le contribuable prend directement des parts d'entreprise pour le montant ISF et à payer et fournit à l'administration fiscale la preuve de son investissement. Pas de passage par des FCPI.

Voilà. En hopant que ça helpe.

Mise à jour : j'oubliais un point important : et il faut arrêter de considérer que les SSII font de la technologie... Elles vendent de la viande et rares sont celles qui ne livrent pas de la merde.

Monday 10 February 2014

Réponse à Nicolas Rousselet

Cet article, une interview de Nicolas Rousselet (le fils de son père André), intitulé « On a parmi les meilleurs taxis du monde ! », me reste en travers de la gorge... Il est tellement à l'encontre de mon expérience avec les taxis parisiens que je ne peux pas ne pas répondre.

Les VTC ne sont pas faits pour se substituer aux taxis, mais c'est ce qui va se passer si la loi de 2009 n'est pas respectée. Ils font du taxi sans payer la licence grâce à l'électronique

Non. Les VTC ne peuvent racoler. Ils ne peuvent prendre un autre client après avoir dépose quelqu'un quelque part sans réservation. Les VTC existent depuis des décennies aux USA et au Canada. On commence seulement à leur mettre des bâtons dans les roues parce que les taxis ne fournissent plus un service à la hauteur et sont dépassés par les VTC qu'ils ont eux-mêmes favorisé en n'évoluant pas.

Je demande simplement que les charges des VTC et des taxis soient alignées et que la loi soit respectée

Et si on demandait que la situtation dominante du groupe G7 qui contrôle 10 000 des 18 000 taxis parisiens soit cassée et le Groupe démantelé ?
Partout, on fixe des règles pour réglementer les VTC. A Bruxelles, la course est de 90 euros minimum. Elle est de 75 dollars canadiens (50 euros) à Vancouver, en Colombie-Britannique.

C'est malheureusement exact. Mais « First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win ». Les taxis vont devoir faire des efforts énormes pour contrer les VTC et c'est bien.

70 % de l'activité des taxis relève de la course sur réservation

Et bien, basculez ces commandes sur vos propres VTC qui n'auront pas de licence à payer. Les taxis seront plus disponibles pour le racolage, ce qui contentera les parisiens et les incitera peut-être à tenter de chercher un taxi aux heures de pointe. C'est mission impossible à l'heure actuelle. Soyez pro-actifs ou la « disruptive innovation » vous tuera. Sans regret.

A condition, encore, que tout le monde paye les mêmes charges. C'est l'image de la France qui est en jeu : quand le touriste débarque à l'aéroport de Roissy, il est assailli par des VTC, des mototaxis.

Non ce n'est pas vrai. Il n'y a quasiment que des VTC attendant spécifiquement quelqu'un mais le racolage est rare et la police esy active contre cela, je le vois à chacun de mes passages à Roissy. Il arrive que de temps en temps je croise UN gars qui propose "Taxi, monsieur ?" mais cela arrive moins souvent qu'un taxi refusant de me prendre à cause de ma destination, refusant la carte bancaire, dont le taxi pue ou qui roule comme un pied, qui est odieux, voire qui tente un parcours nettement plus long parce que je suis en train de parler en anglais avec un étranger.

Moi, je dis qu'on a parmi les meilleurs taxis du monde !

J'en éclaterais bien de rire si ce n'était aussi tragique. Nos taxis parisiens sont à chier. Ils sont malpolis, mal équipés en terminaux bancaires, peu serviables, souvent arnaqueurs et n'ont souvent pas le respect de leur client.

Sur 100 millions de courses tous les ans, il y a forcément des mécontents. Au moins, cela leur permet de raconter des histoires dans les dîners en ville…

Le problème, c'est évidemment le ratio... Oui, il ya forcément des mécontents. Mais à Paris, il y a en a de tas. Il n'y a pas qu'à Paris. Les taxis londoniens pris à Heathrow arnaquent notoirement leurs clients non anglophones et cela fait des décennies que ça dure. Les taxis ont créé leur concurrence par leur mauvaise qualité de service, c'est tout.

Et à New York, les particuliers n'ont pas de voiture.

La plupart des jeunes parisiens que je connais n'ont pas de voiture non plus, ce qui n'était pas le cas quand j'avais leur âge.

En plus, les VTC sont plus chers que les taxis…

Certainement pas. Je ne prend plus que des VTC entre mon domicile et les aéroports. J'économise entre 15 et 30 euros PAR COURSE. Le VTC arrive chez moi à l'heure, à la minute près. Il est super-poli, conduit à la perfection, m'envoie une facture par mail, je connais le prix de la course à l'avance et l'intégralité du processus est nickel.

Marrant hein, Rousselet oublie de parler par exemple du Über qui a été massacré par des chauffeurs de taxi. Une attitude responsable, digne, pas dangereuse.

J'évite les taxis parisiens autant que je le peux. Disons que sur dix trajets en taxi, 7 sont des mauvaises expériences, deux sont normales et une est très agréable et je suis un client content. Prenons un parallèle simple : quand vous êtes très content dans un restaurant, vous êtes tenté de laisser un pourboire. Je ne laisse quasiment jamais un pourliche à un taxi, il y a presque toujours quelque chose qui me déplait fortement.

Nicolas Rousselet, vous voulez que les taxis fassent la nique aux VTC ?

  1. rendez obligatoire la présence d'un terminal carte bancaire dans TOUS les taxis
  2. rendez obligatoire l'acceptation de la carte bancaire par TOUS les taxis, quelque soit la course
  3. sévissez durement contre les arnaques à la course envers les touristes étrangers - et parfois même les parisiens - qui sont légions
  4. apprenez la politesse, le sens de l'accueil - et la propreté du véhicule - aux taxis
  5. arrêtez de brandir des mesures protectionnistes. Le capitalisme débridé qui a besoin du protectionnisme d'Etat, c'est un peu fort et cela passe mal auprès des clients

Saturday 8 February 2014

NKM et ses projets pour la station Arsenal

Je vais jouer encore l'emmerdeur, mais une chose m'étonne très fort dans les très beaux projets de NKM concernant les stations fermées du métropolitain parisien. En particulier la station Arsenal...

La station Arsenal a été fermée pendant la seconde guerre mondiale et jamais réouverte. NKM propose de la transformer en piscine ou en nightclub. Les images soutenant ces projets sont superbes.

Mais, car il y a un mais, Arsenal est une station fermée d'une seule ligne, la ligne 5. Il n'y a donc qu'une seule voie avec quais dans cette station. Bref, si on transforme la station en autre chose, où passe donc la ligne 5 ?!? Aujourd'hui cette ligne traverse la station fermée sans s'y arrêter. J'aimerais bien être contredit, avec par exemple une affirmation qu'il existe DEUX voies avec quais mais je n'ai jamais entendu parler de cela, alors que j'ai habité toute mon enfance à proximité et que j'avais longuement questionné mes parents sur les stations Arsenal et Saint-Martin (de mémoire, la situation est différente à Saint-Martin).

Bref, si j'ai raison, ces projets sont peut-être beaux, mais ils sont surtout impossibles à réaliser pour la station Arsenal... Ahem.

Monday 20 January 2014

Marseille

Une chose m'étonne beaucoup dans les « règlements de compte » récurrents qui émaillent l'année marseillaise... Ça shoote tous azimuths, on zigouille des types qui à leur sortie de prison, qui dans leur voiture alors qu'il s'apprêtait visiblement à commettre une action criminelle, etc. Et bien entendu, on ne retrouve jamais aucun indice probant. Je commence sérieusement à me demander s'il n'y a pas à Marseille un commando de « vengeurs » qui font du « nettoyage » en-dehors des lois de la république. J'ai une très étrange impression à la lecture des conditions de tous ces règlements de compte, très très étrange. J'espère me tromper.

Wednesday 11 December 2013

NKM, Paris et la qualité de l'air

J'aime bien ma chère khâmarade NKM. Si, si, sérieusement. Bon, je ne suis pas toujours d'accord avec elle, mais il y a chez elle à la fois un animal politique et un animal totalement non-politique et ce mélange des genres est parfois très sympathique. Mais pas toujours. Aujourd'hui par exemple, elle vient de nous pondre un communiqué de presse « Mesures d’urgence pour la qualité de l’air à Paris » qui fait très Sarkozy-pondant-une-loi-après-chaque-évènement-quotidien...

NKM propose donc deux mesures d'urgence pour lutter contre la dégradation, cette semaine, de la qualité de l'air à Paris. Bon, certes, Paris est polluée mais m'enfin on n'est pas à Pekin ou Shangai hein... Commentons donc ces deux mesures :

  • Cesser immédiatement toute acquisition de nouveaux véhicules diesel, et limiter au maximum l‘utilisation des véhicules diesel par la mairie

    Voui, voui. Bon. Combien de véhicules dans Paris par jour, combien de la mairie et services municipaux. Sur ces véhicules municipaux, combien de neufs répondant aux dernières normes environnementales, combien de vieux et sales. Comment va être financée l'augmentation de la valeur du parc si on passe progressivement à l'électrique. Quels sont les soucis liés à l'autonomie des véhicules électriques. Dans le cas de véhicules au gaz, à l'essence ou hybrides, quel est le surcoût lié au changement de carburant. Comment tout cela sera-t-il financé. Et surtout comment cette « mesure d'urgence » espère-t-elle une seule seconde impacter sérieusement « en urgence » la qualité de l'air parisienne ?

  • Mettre en œuvre une ZAPA (zone d'action prioritaire pour l'air), à laquelle se refuse l’exécutif, pour interdire l’entrée dans Paris aux poids lourds et aux cars de tourisme les plus polluants

    Pourquoi pas... Mais quel est l'impact projeté sur le commerce, les livraisons, l'industrie ? Quel est l'impact sur le tourisme et où propose-t-on de garer ou faire patienter les cars de tourisme interdits dans Paris intra-muros ? Quelle est la banlieue défavorisée qui va accepter les particules fines dont les bobos parisiens ne veulent plus ? Comment va-t-on transporter les touristes concernés entre les portes de Paris et leurs destinations ? Et leurs bagages ? Quel sera l'impact, la surcharge, sur les transports en commun ? Les stations concernées sont-elles adaptées au passage de centaines de touristes armés de grosses valises ? Quel est l'impact d'image sur notre ville ?

Bon, tout cela m'a l'air de participer d'une maladie bien connue, la cystite du communiqué de presse. Étoffées, étudiées, détaillées, planifiées, ces mesurettes feraient peut-être un peu de sens. Mais en l'état, c'est surtout de l’esbroufe sans beaucoup d'intérêt, désolé.

Nota bene: j'espère que le type qui gèrera cette « ZAPA » s'appellera Franck :-)

Monday 18 November 2013

Gestion de crise par Julien Nicolaï, UMP

  1. Être un n-ième couteau de l'UMP mais avoir des rêves de gloire, se réveiller le matin du 18 novembre 2013 en ne se sentant plus pisser, découvrir qu'un type vient de blesser grièvement par arme à feu quelqu'un au siège du journal Libération, et twitter une ignoble connerie profonde sur un compte mentionnant «Responsable UMP de la ville de Chaville».
  2. Voir dans les secondes qui suivent des réactions évidemment outrées
  3. Commencer à publier des tweets disant que (je cite) le tweet de départ a été mal compris, qu'il a même été détourné !!!
  4. Voir la twittosphère exploser, encore une fois évidemment...
  5. Protéger son compte twitter pour que plus personne sauf les followers ne puissent lire les conneries. Surtout ne pas poster d'excuses. Ne rien reconnaître. Une fois qu'on a la tête dans la merde, on ne doit plus sentir l'odeur.

La gestion de crise, cher Monsieur Julien Nicolai de l'UMP de Chaville, ça commence par éviter de raconter absolument n'importe quelle connerie débile au seul prétexte de vouloir exister politiquement, c'est aussi d'arrêter de croire que l'existence politique ne passe que par la communication. Si vous cherchez un coach en gestion de crise, j'ai une experte internationale à vous recommander. La « responsabilité », cela doit passer par ça aussi, même à l'UMP. À bon lecteur...

Thursday 14 November 2013

Libertarien mon cul !

Quand je vois un article de Pierre Chappaz apparaître sur son blog « Libertarien », je m'inquiète avant même de l'avoir lu tellement c'est en général du grand n'importe quoi. Le dernier opus, « Retour au pays? » n'échappe pas à la règle. Nota bene pour Pierre Chappaz qui ne manquera probablement pas de lire ces lignes à un moment ou un autre : en typographie française, il y a un espace entre "pays" et le point d'interrogation... Et encore, je vous évite le quart de cadratin (insécable puisque c'est du cadratin n'est-ce pas), voilà voilà.

Pierre Chappaz oublie juste de mentionner que la fraude fiscale aurait comblé - et continuerait à combler - en grande partie sinon totalement le déficit de la France. Je ne parle pas ici des évadés fiscaux, qui sont des animaux qui ne feront pas pleurer ; en effet quand on a les moyens de se barrer en Suisse ou ailleurs pour protéger ses avoirs, c'est qu'on a aussi les moyens de payer ses impôts en France et qu'on ne veut en général pas, une preuve de civisme exemplaire. Je ne suis en général pas trop affolé par ceux qui se tirent en criant « ça vaaaa paaaaaas » puis donnent des leçons depuis leur retraite dorée. La leçon numéro un étant évidemment qu'ils rentrent si et seulement si leurs conditions ultra-favorables sont acceptées. On passera évidemment sur le fait qu'elles ne sont favorables qu'à eux, les petites gens elles ne devant pas râler si leurs conditions déjà mauvaises se dégradent franchement au bénéfice de ceux qui sont déjà plein de thunes, tellement plein de thunes que la plupart des français n'arriveront pas au centième de leur patrimoine en une vie de labeur...

Qu'on ne se trompe pas, ce qui précède n'est pas un discours de gauche. C'est un discours de ras-le-bol. J'en ai ras la casquette de ceux qui n'essayent rien **ICI** et nous expliquent comment faire depuis **LÀ-BAS**. Dans tout ce qu'il a proposé, « supprimer l’ISF, diminuer l’impôt sur les plus-values et les bénéfices des entreprises, ainsi que les charges sociales. Pour financer, il faudrait s’attaquer à l’armée des fonctionnaires inutiles, aux parasites qui abusent de l’assistanat, ou encore aux élus et ministres en surnombre. », il n'y a que trois choses de valables:

  • supprimer l'ISF. Oui, absolument. Mais pas parce que ça fait fuir du monde. Juste parce que c'est con, que ça coûte quasiment plus cher que ça ne rapporte vu la complexité du dispositif et surtout ses effets ultra-pervers sur par exemple des agriculteurs au SMIC.
  • s'attaquer à l'armée des fonctionnaires inutiles. Oui mais non. Ce n'est pas aux fonctionnaires qu'il faut s'attaquer mais à la structure qui les embauche, le mille-feuille institutionnel qu'est notre pays et qui amène par exemple aux livres de Zoe Shepard. En clair et en décodé, c'est à nos élites qui ont créé ce mille-feuille qu'il faut s'en prendre.
  • diminuer les charges sociales. Oui, il a raison. Mais s'il a bien vu les symptomes, il a tort sur le diagnostic. Les charges sociales sont élevées à cause de tous ceux qui se sucrent sur les entreprises et particuliers, organismes privés recevant un pourcentage des charges prélevées, de la Sécu qui ne peut être qu'éternellement déficitaire tant que le Ministère de la Santé sera à la botte des laboratoires médicaux (ne me dites surtout pas que c'est une surprise pour vous hein...). On peut diminuer les charges sociales sans diminuer la qualité des remboursements pour les usagers, aucun problème. Évidemment, je conseille fortement à celui ou celle qui s'attaquera à ça de porter un gilet pare-balles et s'entourer de quelques gardes du corps. Je suis très sérieux...

Le reste, c'est du pur délire ulta-libéral sans aucun intérêt constructif. On ferait bien mieux de réformer ou même supprimer les droits de succession - ce qui est je le rappelle le cas en Corse. Cela aurait exactement le même effet que toutes les mesures stupides préconisées par Chappaz pour favoriser les retours et cela s'appliquerait à tous les français, quelque soit leur niveau de vie. Et une absence de droits de succession ne ferait pas que ramener les exilés, elle attirerait les étrangers.

Quant à la France qui s'en sortirait si ses « élites » rentraient, je me retiens de pleurer de rire. Chappaz n'a rien compris. La France crève non pas parce ses élites sont à l'étranger mais parce que ses élites, dans l'héxagone ou en dehors, n'en sont plus. Et ce n'est pas probablement pas en des libertariens qui rentreraient au pays que les Français pourraient avoir de nouveau foi. On a surtout besoin de quelqu'un déjà sur place, avec une vraie vision stratégique de moyen et long terme, capable de l'exécuter, de s'entourer de personnes capables de l'exécuter et se fichant de ne pas être réélu à cause de ça. Une perle rare donc. Je ne crois pas du tout non plus à l'injection de capitaux dans l'économie réelle que ces "rentrants" effectueraient.

Pierre Chappaz n'est resté en France que 18 mois, le pauvre, assommé par le discours anti-riche du roitelet du Fouquet's. Mais quelle horreur ! Insoutenable ! Comment ose-t'on traiter de la sorte quelqu'un qui a bâti sa célébrité sur une vente en 1999 et a investi plus ou (voire souvent) moins heureusement depuis ? Sacrebleu !

Allez, je vais faire une pause, laisser tomber mon code ce soir, et me demander pourquoi Bernard Charlès n'a pas encore déménagé a Genève ou Singapour avec sa superbe entreprise Dassault Systèmes sous le bras.

Un mot : pathétique...

Sunday 27 October 2013

Pas un prof, même pas un enseignant

Je viens de retrouver, sur le Web évidemment, mon prof de Dessin du collège de la 6ème à la 3ème. Collège Grenier s/l'Eau à Paris. On dirait aujourd'hui Arts Plastiques je suppose. Cet homme est toujours vivant, appelons-le JD. Il nous regardait de très haut, lui le vrai artiste qui s'abaissait à devoir enseigner à des chiards. Il faut dire que quand il est tombé sur moi, il est tombé sur un gamin pas comme les autres : j'avais plusieurs années de moins que tout le monde et je n'avais que très peu dessiné. Après les premiers travaux dirigés en classe, dès le mois de septembre de la 6ème, le verdict est tombé, péremptoire, cassant, définitif : « Glazman, vous n'arriverez jamais à rien dans cette matière ». Pendant quatre très longues années, JD s'est consciencieusement appliqué à ne jamais rien m'apprendre ni à jamais me faire progresser. Je dis bien jamais. Il passait derrière moi de temps en temps et maugréait un « ahlala ». Il n'a consacré son temps de classe qu'à ceux qui avaient déjà un petit talent ou une petite réussite. Les autres, les gribouilleurs, n'étaient pas au niveau d'un artiste de son talent. Alors qu'un enseignant digne de ce nom aurait tenté de donner un niveau minimal à sa classe, lui s'emmerdait à enseigner à des mioches, c'était visible comme le nez au milieu de la figure.

Trente-quatre ans plus tard je suis toujours une bille en dessin, en grande partie à cause de JD qui non seulement ne m'a rien appris mais m'a surtout totalement découragé. Pourquoi me faire chier à savoir dessiner ou peindre en me faisant quasiment insulter alors que je torchais les devoirs de maths et physique deux fois plus vite que les autres. Quand mes enfants me parlent de leurs notes en Arts Plastiques aujourd'hui, je cache difficilement un sourire devant mon désintérêt total.

Au même moment, mon prof de sport de ces quatre mêmes années de collège, qui nous demandait de l'appeler M. Serge (son prénom) à cause de l'imprononçabilité totale de son patronyme que nous n'avons jamais connu, n'a jamais laissé tomber le poussin que j'étais quand les autres étaient minimes. Il m'a appris à nager, à grimper, à courir, m'a encouragé sur le 1500m que j'aimais.

Parents, si votre enfant a un prof du genre de mon prof de dessin, quelque soit la matière, agissez. Un enseignant qui ne s'occupe que des talents et pas des autres n'est pas un enseignant ; le fautif c'est lui/elle, pas votre enfant.

- page 1 of 49