Juste une question indiscrète, comment on se retrouve avec des djeunz de l'équipe de campagne de Chirac ?

J'avais promis de raconter ça, dont acte. C'était en 1995, très peu de temps avant le premier tour des présidentielles. Un de ces rares moments où la gauche et une grande partie de la droite se retrouvent sur un thème commun : en l'occurence, éjecter Balladur. Un des mes très bons amis et sa femme, dont il a divorcé depuis et ce n'est pas totalement sans rapport, nous avaient invités Maria et moi chez eux pour un dîner un samedi soir. La femme de mon pote était très mondaine. Très très. Certainement pour faire oublier les chouchens quotidiens du paternel, marin breton au long cours dans la marine marchande et pas vraiment officier... Non pas que j'ai quoi que ce soit contre les marins bretons chouchennisants au long cours (jai moi-même pour grand-père un tailleur polonais yiddishisant, apatride et expulsé de Belgique par Décret Royal, on fait ce qu'on peut) mais elle, ça la travaillait visiblement beaucoup

Ils avaient donc invité plusieurs couples - les célibataires ça fait déplacé dans les mondanités vraies - du côté des amis de son mari et du sien. Et du sien, il y avait ce jeune couple très propre sur soi, et qui clamait haut et fort son appartenance à, je cite précisément, l'équipe de campagne du candidat Chirac, fin de citation. Aaaah, les prétendus détails croustillants de backstage sur la campagne... Aaaah les commentaires débiles sur la situation de la France. Vous vous en doutez, la discussion a été animée. Cordiale et même parfois franchement drôle, mais animée.

Et puis à un moment, un iceberg s'est posé sur la table... On venait pour une raison parfaitement banale de parler de la presse quand le djeunz-en-cravatte a sorti ceci (je cite les mots précis, aucun doute là-dessus), avec le hochement de tête approbateur de son épouse : "De toute manière, on leur casse pas assez la gueule à ces journaleux".

S'en est suivi un silence de facilement quinze secondes. Ma fourchette était bloquée en l'air, ma machoire inférieure pendait, mon pote avait l'air d'avoir vu l'Ankou et Nicole Kidman à poil en même temps, Maria me jetait des regards affolés signifiant "NON, ne surtout pas répondre", un autre couple regardait les deux chiraquiens avec effroi, la femme de mon copain est devenu rouge puis blanche puis verte puis a déglacé l'atmosphère en proposant de reprendre du gateau ou une autre connerie de ce genre car, je ne sais pas si je l'ai bien fait comprendre, elle était assez douée pour les conneries de ce genre.

Evidemment, la fin de la soirée a été un peu bancale :-) Mais mon pote est toujours mon pote, et sa nouvelle femme est super ;-)