Il faut le lire pour le croire. Monsieur Christophe Aulnette, P-DG de Microsoft France et VP Microsoft EMEA, parle beaucoup à la Presse. Participe à beaucoup de conférences. Il cause Monsieur Aulnette. Et puis il a du culot Monsieur Aulnette, gros kommak. Cela ne l'empêche pas de raconter pleins de conneries, Monsieur Aulnette, conneries dont voici quelques extraits bien choisis. Attention les yeux:

  1. "La sécurité est un thème que nous considérons comme prioritaire"
  2. "On a assoupli notre politique commerciale. Microsoft a changé: sécurité, fiabilité, compatibilité sont devenues nos priorités!"
  3. "Les choses sont différentes dès lors que l'on prend en compte les coûts de maintenance et d'intervention, par exemple, qui sont très largement supérieurs dans le cas des logiciels libres"
  4. "Le modèle de l'Open Source mise sur les services, alors que, pour notre part, nous misons plutôt sur la propriété intellectuelle. Il faut prendre garde à une approche qui se fonde essentiellement sur les services : aujourd'hui, ces derniers peuvent être très facilement délocalisés en Inde ou en Chine.."
  5. "Le modèle "je donne le logiciel, je vends le service" est pour moi un mirage, car il ne permet pas de financer l'innovation sur le long terme. D'ailleurs, quelles ont été les innovations réalisées dans le logiciel libre depuis dix ans ? Je n'en vois pas."

Je vous avais prévenu... Mes réponses:

  1. Oui, prioritaire. Un peu comme un fumeur qui pense à s'arrêter de fumer : entre deux cigarettes, il s'arrête à chaque fois.
  2. Sécurité : 150 trous de sécurité majeurs en trois ans. Fiabilité : tout usager industriel de Windows a eu au moins une fois à ré-installer le système en deux ans suite à un plantage total; la plupart des usagers d'Unix n'ont _jamais_ connu ça. Compatibilité : même quand Microsoft implémente les standards dont elle a participé à la normalisation, XSLT par exemple, l'implémentation n'est pas compatible avec le standard.
  3. J'ai toujours un exemple en tête, celui du calcul massivement parallèle. Les solutions propriétaires sont hors de prix, tant du côté logiciel que matériel. Cela a poussé nombre de centres de recherche à bâtir des clusters de machines linux collaboratives, souvent sur des machines du "marché tarif". Des machines tellement peu onéreuses qu'il vaut mieux les jeter quand elles sont en panne que payer le support annuellement ! L'économie se mesure alors en facteur MILLE, voire plus ! J'ai aussi en tête l'exemple d'un annuaire de _grosse_ entreprise, bâti sur techno Microsoft; cela coûtait une telle fortune que la seule MAINTENANCE d'une année a payé la totalité de la migration sur Linux et sa maintenance pendant cinq ans.
  4. ...alors que Microsoft, Sun, HP qui sont donc des industriels du Software ne font pas développer à Bengalore et à Pékin. Vous prenez vraiment vos interlocuteurs pour des cons, Monsieur Aulnette ?
  5. Hmmm. Soyons honnêtes, c'est une belle question. Une innovation, pour moi, c'est quelque chose de vraiment nouveau, que personne n'avait jamais fait avant. Et la barre de 1994 pose problème. Mais je ne vois pas beaucoup non plus d'innovation franche dans le monde commercial du logiciel entre mi-94 et aujourd'hui. Des amélioration énormes, certes. Des vraies innovations franches, peu. Au fait, rappelons-nous comment Microsoft a "évalué" l'innovation Internet/Web.

Alors Monsieur Aulnette, quand on veut vraiment faire prendre des vessies pour des lanternes, on évite de confondre gourde et vessie. Vous savez, même dans les Ministères et chez les Grands Comptes, il y a maintenant des gens capables de comprendre, et vérifier ce que vous racontez. En l'occurence, vous racontez beaucoup, beaucoup trop de bêtises.