Je ne sais pas ce que François Roussely a fait à Raffarin, mais ce dernier lui en veut. Si l'on en croit les gazettes, alimentées en rumeurs directement par les cabinets ministériels, Roussely dont le mandat a expiré en juillet dernier devrait être aujourd'hui remplacé par Gadonneix, l'actuel Président de Gaz de France. Raffarin avait subi une rebuffade terrible quand le Conseil Consitutionnel avait censuré son coup de baguette magique supprimant la limite d'âge des grands patrons d'entreprise publique, spécialement taillée pour permettre à Francis Mer de prendre la tête EDF. Il est évident qu'il ne voulait/pouvait perdre la face sans risquer une nouvelle perte d'image dans la presse.

Et il va donc (sans doute) nommer Gadonneix. Outre le fait que perdre la face ou pas ne m'a jamais paru une raison valable de prendre une décision quand on est au Service de l'Etat, cette décision me semble étrange:

  • Gadonneix est Président de Gaz de France, qui subit de plein fouet en ce moment les tensions sur le marché des hydrocarbures, qui est l'artisan personnel de la différenciation entre Gaz de France et EDF. Enlever Gadonneix à Gaz de France maintenant, c'est déstabiliser aussi cette entreprise-là.
  • Choisir Gadonneix, c'est nommer à la tête d'EDF le patron de son concurrent le plus direct... Ne l'oublions pas, le gaz et l'électricité sont en concurrence sur les gros contrats de fourniture d'énergie. Sur le résidentiel aussi.
  • Roussely connait parfaitement son boulot et le remplacer quelques jours avant la grande visite de Chirac en Chine, où le Président d'EDF tiendra une place extrêmement importante (la France espère bien des GROS contrats sur ses technologies d'énergie nucléaire), me semble une erreur stratégique grave. Roussely a préparé cette visite depuis des mois, malgré qu'il ne soit officiellement plus en poste depuis juillet dernier, et il était le mieux à même d'aller au taf.
  • Gadonneix est Polytechnicien. L'équilibre des lobbies est grandement modifié, il va nécessairement y avoir un ajustement.
  • On a la manie dans ce pays de faire valser les têtes tous les trois ou six ans. C'est ridicule. Une entreprise de la taille d'EDF ne peut se gérer à la va-vite, avec des investissements sur des dizaines d'années.

Que l'on soit de droite ou de gauche, cette décision me semble contre-productive pour le pays.