Ah, en fait, il y avait quand même un truc qui m'a chiffonné aux journées de Lyon: une assoce nommée Bloukblouk (à vos souhaits) avait laissé traîner des papiers sur une table de démo. Daniel Veillard et moi-même avons été assez effaré par le contenu des dits-papiesr. Faut vraiment être très très con pour écrire des trucs comme ceux qu'on a lu:

"Le logiciel propriétaire, c'est du VOL!"
Ben voyons. Parce qu'il est vendu ? Alors qu'il est peut-être le résultat du travail acharné d'une équipe de R&D soutenue par un investissement important ? Ou parce que la notion même de "propriétaire" donne des boutons à ces adeptes du kolkhoze ? Il ne faut quand même pas tout confondre... PDF par exemple est propriétaire mais est ouvert puisqu'il a été même normé. En quoi est-il mauvais qu'Adobe récupère ses billes sur son investissement de R&D ? Le format natif de MS Word, .doc, est propriétaire. Bon. Et cela gêne-t-il vraiment un milliard et demi de personnes pour écrire et lire du .doc ? Bloublouk fait une confusion majeure entre les technologies, leur accouchement et leur devenir d'une part, et les politiques commerciales de l'autre.
"Bloukblouk c'est (...) un espace convivial où trouver (...) de quoi remettre en état de marche les ordinateurs déclarés obsolètes par la société de consommation"
Non. C'est de la vraie propagande de caniveau, ça. On peut parfaitement, si on n'a pas besoin de plus, travailler aujourd'hui sur un 80486 sous Windows 3.1. Il y a d'ailleurs pas mal de grandes entreprises dans le monde qui ont des applis tournant sur des vieux matos parce qu'il n'y a pas besoin de les upgrader: ça marche!
"Bloublouk c'est (...) un lieu de résistance et de réflexion sur une éthique informatique et politique"
Ah, des hacktivistes quoi...
"Bloublouk c'est (...) une initiation à la cryptographie"
Exactement. Des hacktivistes.
"Bloublouk libère les ordis utiles aux kombats"
Faudrait libérer les neurones aussi...
"Parce que les idées d'un programme informatique comme toutes les idées appartiennent à toutes et tous et qu'elles ne doivent pas être cachées dans un code compilé par exemple, ou accessibles seulement à une élite, et que celles-ci ne soient pas soumises à des lois restrictives"
Oulala, fumage de moquette sévère apparemment.

Ce genre d'extrêmisme fait un mal fou au logiciel libre. Je ne sais pas si Bloublouk, vers qui je me refuse à établir un lien, se rend compte du repoussoir qu'ils représentent pour ceux qui pourraient envisager de passer aux systèmes et/ou logiciels libres. Un discours pareil, c'est mille clients de plus POUR Microsoft. Encore bravo.