Je sais, ce titre va choquer, mais il n'est plus temps de tergiverser. Oeil pour oeil, dent pour dent. Ou pour être plus précis, jambe pour jambe, pantalon pour pantalon. Depuis ce matin, c'est eux ou moi. Vraiment

Je suis pour la peine de mort pour les abruti(e)s qui téléphonent au volant au lieu de regarder devant eux, qui renversent un jeune homme (si, si, je suis encore jeune) au beau milieu du passage clouté parce qu'ils sont en train de composer un numéro sur leur portable, et ensuite sortent de la voiture téléphone en main en disant "oooh, désolé, je ne vous avais pas vu". Heureusement, j'ai eu juste un petit choc qui m'a renversé mais sans bobo. J'ai agoni d'injures la conductrice de ce 4x4 noir. Elle a eu l'intelligence de présenter ses plates excuses en coupant instantanément sa conversation et rangeant son téléphone pour m'aider à me relever. Dans le cas contraire, je crois que j'aurais saisi son mobile pour l'écraser à grands coups de tatane.

Le téléphone portable est, sauf pour un pourcentage infime de la population pour lequel il est soit professionnellement indispensable soit vital (vous vous rappelez ces alpinistes sauvés grâce à leur mobile ? Ou cet asthmatique qui avait eu le temps de composer un numéro d'urgence avant sa syncope ?), un fléau. C'est un fil à la patte insupportable, qui non seulement restreint la liberté individuelle mais en plus rend les gens dangereux (l'épisode de ce matin en est la preuve). Quand je constate que certains se payent des lampadaires en marchant parce qu'ils ont les yeux rivés sur leur écran de mobile au lieu du trottoir, ou que certains autres assimilent cela à une liberté supplémentaire luxueuse, que les ados ne savent plus écrire qu'en SMS, je crois qu'en plus le téléphone portable rend con. Le luxe, c'est de ne pas être joignable à tout moment, justement...

Je hais les téléphones portables. La peste soit des imbéciles qui téléphonent en conduisant, et parmi ceux-là que les conducteurs de 4x4 subissent la punition ultime, attachés jusqu'à la fin des temps devant une télé à regarder en boucle toutes les interventions télévisuelles de François Baroin et Jean-François Coppé. Et bon débarras.