"Mais quel con!"... Ce doit être ce que Chirac se dit en ce moment-même. "Mais quel con, pourquoi je me suis embarqué là-dedans, qu'est-ce qui m'a pris de lancer un référendum". Je suis en train de le regarder répondre avec difficulté aux questions pointues et parfois vachardes des "jeunes adultes" sélectionnés pour son débat sur la Constitution Européenne. Vous noterez que "jeunes", c'est visiblement trop négatif, alors on parle désormais de "jeunes adultes" en politiquement correct...