Je me suis fait traiter - avec quelques milliers d'autres il est vrai - d'ayatollah des standards ou de la pensée, je ne sais plus. Mis à part la connerie profonde de l'expression elle-même, tout le monde comprend à peu près où le triste sire veut en venir. Genre le fanatique hors de la réalité n'acceptant que sa vérité et torturant/assassinant ses adversaires jusqu'à ce qu'ils abjurent.

Bon. Un vrai scénario pour Hollywood, ça. Mieux que Kill Bill et 1984 réunis. Attention, si vous avez un ALIGN de trop dans votre markup, je vous tranche la main gauche et vous enferme pour six ans.

  • Il se trouve que je suis un de ceux qui parlent le plus du (mon opinion mienne et tout ça) détachement actuel du W3C de la réalité. J'ai souvent dit à quel point certains travaux en cours au W3C me semblent à côté de la plaque, combien un certain académisme - et de belles oeillères - du consortium sont la cause même du WHAT WG.
  • J'ai toujours trouvé - et cela continue - que XHTML2 est une grave erreur tel qu'il est aujourd'hui, et devrait être poubellisé.
  • Il se trouve également que je ne taris pas de critiques sur l'existence même de CSS 2.1, et le fait que CSS 3 ait été maintenu au second plan pendant SEPT ANS à cause de cela. Le statut de CSS 3 par rapport à 2.1 et même à 2 est incompréhensible. Le statut de CSS 2.1, qui ne rend pas obsolète 2, est incompréhensible.
  • Je suis également assez critique sur CSS 3 elle-même, que je trouve énhaurme. On va clairement gérer le problème d'accentuation du klingon quand il est écrit à la manière de Bételgeuse-beta-3 mais on ne sait toujours pas placer un élément quelconque par rapport à un autre élément quelconque. On va transformer tellement la propriété 'display' que peu de gens vont savoir la maîtriser correctement, mais on ne sait toujours pas tourner du texte ou une image, ou appliquer un filtre bitmap comme IE sait le faire depuis 1997.
  • On parle toujours de "niveaux" de CSS alors que pratiquement personne n'en comprend réellement la signification, les enjeux, les limitations par rapport à des "versions".
  • XML Schemas reste au centre du jeu alors que RelaxNG gagne du terrain partout
  • Les attributs style et class ne sont toujours pas cross-dialectes alors que tout le monde s'en sert et qu'on ne saura pas faire de copier/coller inter-documents sans eux (merci de me croire sur parole sur ce point).
  • Je me suis toujours plus préoccupé de l'usager que du développeur

Je pourrais en écrire des tartines comme ça. Il se trouve que les travaux d'une normalisation sont un compromis mou, et qu'il n'a jamais été précisé qu'un compromis mou doit être bon. Il peut parfaitement être mauvais, voire complètement raté. Il semblerait également que ce soit une sorte de tabou de le dire. Comme d'hab, quoi.

Mais dans "ayatollah des standards", il y a aussi l'idée du refus absolu de la critique. Je m'inscris en faux, et merci à vous de lire mes arguments avant de dire "rhôô il exagère vu comment il rembarre certains".

  • Ma position sur la critique tient en deux citations célèbres : "La critique est aisée, et l'art est difficile" et "Quand on peut, on fait ; quand on ne peut pas, on enseigne".
  • J'accepte toute critique, même violemment destructrice, à condition qu'elle soit comment dire, détaillée. Je ne sais pas si je m'exprime correctement ici, pardonnez l'imprécision, c'est dur à expliquer. Donnez-moi des arguments, des vrais, des choses étudiables, discutables et vous arriverez peut-être à me convaincre. Dites que mon soft est juste capable de styler des caractères accentués et je vous rentrerai immanquablement dans le chou, parce que cela sera mérité. Comme écrire, je l'ai lu dans un commentaire chez je-ne-sais-plus-qui, que mon blog est pourri parce que vous avez vu le background de tapisserie de papy qu'il a ? Ridicule, débile, infantile, consternant. Je n'y peux rien, c'est tout ce qui peut venir à l'esprit quand on lit des conneries pareilles. Alors je le dis. Beuve-Méry, dont l'ordre pour son journal était "faites chiant", n'en penserait peut-être pas moins. Tel que je le pense. Un peu comme quand on laisse entendre à Olivier Meunier et quelques autres qu'ils sont des nerds associaux, quoi. Sérieusement Olivier, peux-tu oser me dire que tu ne t'es pas senti visé et que cela ne t'as pas foutu en belle rogne ? Un peu comme quand l'ancienne équipe de localisation fr-FR de Nvu m'a accusé de verouiller le projet, le garder pour moi, passer au payant et encore plein d'autres conneries, quand après leur propre serveur ils ont tenté de publier ça sur linuxfr.org pour que tout le monde soit bien au courant que je suis un enfoiré. J'ai pu lire que ma réponse était disproportionnée alors qu'on a essayé de me traîner dans la boue.
  • Je ne refuse jamais la moindre contribution, la moindre suggestion, le moindre commentaire que cela soit sur Nvu ou autre chose. Il m'arrive de répondre tout simplement "non", parce que c'est techniquement impossible ou indésirable ou trop geeky ou je ne sais encore. Mais mon inbox est ouverte à tous du moment que le respect est là. Chez Saint-Elie, comme chez jojoba, il n'y est pas. Son commentaire sur Nvu était immonde, non détaillé, non expliqué. La plupart des ses commentaires initiaux sur les standards - j'ai bien noté qu'il a mis de l'eau dans son vin par la suite - était cons, dénués de fondement, non documentés, voire franchement de mauvaise foi. Ses méthodes (aller recopier sa prose chez tous ses referers et passer mon blog aux validateurs) sont dégueu. Donc je l'ai dit. Il semble que cela soit interdit.
  • Je ne me livre pas facilement. A toute critique, commentaire, suggestion, je ne réponds pas en béni-oui-oui. Vous trouverez en face de vous quelqu'un pour défendre ses opinions, c'est clair. Moi aussi, je documenterai, argumenterai, tenterai de vous convaincre. Cela peut durer des heures. Des mois. Des années. Et c'est bien.

En fait, traiter quelqu'un d'ayatollah, ou d'émetteur de fatwah, c'est quelque part le traiter de facho (quel est le premier imbécile qui va crier au point Godwin ? Hein ?). C'est faire croire qu'il ou elle est capable de clouer au pilori, de rouer en place de grève ce ou ceux qu'il ne veut pas (Cf. "à l'heure qu'il est il doit y avoir des chouettes clouées contre ma porte et j'imagine qu'on installe un bûcher dans ma rue"). Et bien entendu de brûler les écrits.

Je finirai comme j'ai commençé, par une citation. Celle-ci est de Winston Churchill. "Il est meilleur d'être irresponsable et dans le vrai que responsable et dans l'erreur". Tout un programme...