Dans la liste des 221 médicaments qui vont être déremboursés, je me sens un peu visé...

  1. toutes les acétylcistéïnes et carbocistéïnes : mon fils cadet a souvent des problèmes d'expectoration et les fluidifiants de ce type lui permettent d'éviter des crèves très sérieuses.
  2. le Biostim : j'ai fait une légionellose il y a 7 ans qui m'a incroyablement fragilisé. Je me sens bien pour la première fois depuis l'année dernière après une cure de Biostim que je suis d'ailleurs en train de doubler en ce moment-même. Le biostim m'a aidé à passer mon premier hiver sans maladie ORL grave depuis 7 ans...
  3. le Pepsane gel : c'est un gel à boire, un produit parfaitement inoffensif très efficace pour calmer les douleurs gastriques. J'ai fait une gastro-entérite pas plus tard qu'il y a dix jours et le pepsane a bien aidé. J'avais fait en 1994 une sérieuse salmonellose durant laquelle le pepsane réduisait nettement mes crampes intestinales.
  4. Le seul et unique désinfectant transcutané disponible sur le marche public, l'Hexomédine transcutanée, n'est plus vendue à cause, je cite, "de ses problèmes de stabilité, vous comprenez elle ne se garde que 15 jours une fois ouverte". Quel argument! Alors que le produit existe depuis des dizaines d'années, il devient subitement instable. Et les collyres qui ne se gardent que 7 à 15 jours après ouverture, supprimés aussi ?

Je ne suis pas loin d'accuser le gouvernement de volontairement dérembourser des médicaments anciens, efficaces, et peu chers pour ouvrir la voie à de nouvelles classes médicamenteuses nettement plus chères chez les Laboratoires. Il ne s'agit pas là que de favoriser les labos, qui après tout ont bien besoin de vivre. Il s'agit également en augmentant le coût des médicaments remboursés - et qui seront donc prescrits en priorité par les médecins - d'augmenter la facture de la Sécurité Sociale, de pouvoir dire encore une fois "regardez, le Trou augmente encore, il faut encore tailler dans les remboursements et/ou basculer à l'assurance privée". Il est tout de même étonnant de constater qu'à chaque fois qu'un médicament est déremboursé, il fait la place rapidement à un nouveau médicament aux mêmes fonctions générales mais 4 à 10 fois plus cher sans que le Ministère de la Santé ne trouve que la Sécu se fait entuber gravement... La connivence n'est pas établie, mais le soupçon est là.