1. dimanche matin à Saint-Germain en Laye, les troupeaux de grenouilles (de bénitier) quittent l'église centrale de la ville. Des "troupes de grenouilles" serait plus judicieux, vu le nombre de familles de militaires - officiers en général - retournant au quartier Gramont tout proche. Jupe plissée et serre-tête en velours de rigueur pour les femmes, look pas ratable un 10ème de seconde de mili biffin en pékin pour les hommes, soquettes blanches et jambes à l'air pour les gosses. Une vraie caricature. La carte d'abonnement chez Cyrillus dépasse du sac à main de madame, la carte de militant du FN de la poche de monsieur.
  2. dimanche début d'après-midi chez Toy'r'us : tout le monde se retourne sur cette famille musulmane. L'homme est barbu mais ce n'est pas la cause, c'est trop banal. Les enfants courent partout mais on est dans un magasin de jouets non ?-) Non, c'est la femme qui fait tout le monde se retourner : elle est couverte des pieds à la tête, on voit à peine ses yeux dans une fente d'un petit centimètre. Toute en noir. Même ses mains sont couvertes de noir. A part une toute petite zone autour des yeux, il n'y a pas un seul centimètre carré de la peau de cette femme visible. La seule fois où j'avais vu cela en France, c'était des saoudiens en visite.
  3. un peu plus tard, un troupeau de hassidim en famille, des loubavitch je pense. Les femmes portent perruque, les hommes sont en corbeau. Il fait beau et chaud, tout ce petit monde crève de chaleur, mais on ne tombera ni la veste noire ni le châle. Ah la joie des habits hérités du froid polonais du 17ème siècle dans le Paris du 21ème...

Il faut s'empresser de rire de tout de peur de devoir en pleurer, disait l'autre... Comme c'est toujours vrai !