La semaine dernière, la Gendarmerie Nationale s'est signalée par un fait d'armes exceptionnel. Non, il ne s'agit pas de choisir un soft open-source... Tellement exceptionnel qu'il fait même l'occasion d'une brève dans le Canard Enchaîné de cette semaine, dites ! Et si. N'écoutant que son courage, évoluant en terrain militaire mais pourtant farouchement hostile, la gendarmerie de Palaiseau (je suppose) a fait une descente sur le bar des élèves de l'Ecole Polytechnique, le Bôbar. Et l'a fermé sur décision administrative. Le bar n'existe que depuis des dizaines d'années, et est LE lieu de rendez-vous et de fêtes des élèves sur l'accueillant plateau de Palaiseau.

Alors certes, le Bôbar sert de l'alcool. Mais il servait aussi déjà 700 cafés par jour en 1988, quand il n'y avait que 350 élèves par promo. Maintenant il y a en a 500.

Il ne sert pas moins d'alcool ou moins de variétés d'alcool que certains foyers et mess de gendarmerie que j'ai visité lorsque j'étais Commissaire de l'Armée de Terre, et ces foyers ou mess prenaient également parfois des libertés certaines avec la License IV...

Fermer le Bôbar de l'X, c'est une connerie sans nom. Remarquez que ce n'est pas la première pour la brigade de gendarmerie du coin... Ma promo avait déjà reçu leur charmante visite pour faire fermer l'émetteur radio des élèves, Rayon X. L'affaire était remontée jusqu'au Ministre de la Défense, un certain André Giraud qui comme par hasard etait aussi X, et avait débloqué l'affaire fissa... J'aime autant vous dire que tant que Giraud était ministre, on n'a plus été emmerdés :-)

Voila. Juste pour dire que je soutiens à fond le Bôbar qui, j'en suis persuadé, a partiellement repris ses activités dans un bar de casert ou dans le sous-sol de la Khômiss. Moi à la place de la Khômiss, je ferais une petite surprise à la voiture des gendarmes à leur prochaîne visite, genre quelques rugbymen qui la transportent jusque dans le grand hall (notre promo avait ça. si !). Si vous êtes X, que vous lisez ce texte, et que vous bossez au Ministère de la Défense, cela serait peut-être bien de leur filer un petit coup de pouce pour régler l'affaire, merci.

Pendant qu'on est dans les nouvelles du platal, un camarade de promo m'a dit samedi que Maurice Bernard, le très détesté Directeur des Etudes et de la Recherche quand j'étais à l'X et polytechnicien lui-même, a commis un livre assez autobiographique dans lequel il cite ma promo, la X86, comme la pire promo qu'il a jamais vu et tout ça. Il faut dire que, fait exceptionnel à l'X, nous avions fait grève (je rappelle que la grève est interdite chez les militaires) et occupé les locaux de la Direction. Que Maurice Bernard se rassure s'il me lit, nous avons autant à dire à son propos :

  • Maurice Bernard était un Directeur des Etudes odieux et dictatorial, un type imbuvable et chiant ; ses speechs étaient plus soporifiques qu'un valium mais il avait une très haute opinion de lui-même. Sa gestion des programmes était tout simplement lamentable, et il a fallu attendre son départ pour que l'école se prépare vraiment à rentrer dans le 21ème siècle. J'ai rencontré son contraire absolu en arrivant à Télécom Paris où M. Delamarre était adoré des élèves et abattait un boulot extraordinaire.
  • il était honni autant des élèves que des laboratoires de recherche où il a apparemment laissé des souvenirs noirs, et où la seule évocation de son nom est capable de rendre les gens rouges de colère.
  • sa réforme des majeures a été vécue par notre promotion qui l'a expérimenté la première comme une véritable catastrophe, mal préparée, générant un travail absolument monstrueux. Le commentaire le plus courant était "plus jamais ça, vivement qu'on quitte l'école"
  • les autres promotions l'ont également unanimement détesté et pas un seul BDE (appelé chez nous la Kès) ne s'est pas frité avec lui à de multiples reprises. Oh comme je me souviens de notre propre Kès et en particulier de Dominique presqu'en larmes après une n-ième réunion atroce avec Bernard.

Les élèves à l'époque ne réussissaient pas leur cursus scolaire grace à Maurice Bernard, mais face à Maurice Bernard. Ce sont sans exagérer des milliers de personnes qui ont poussé un OUF de soulagement accompagné d'un "bon vent!" quand il a quitté ses fonctions.

Voila également. C'était juste pour équilibrer un peu les propos de ce vieux con, car oui, il y a bien entendu aussi des vieux cons chez les X. Dans le cas de Maurice Bernard, il y a cependant eu une bonne dizaine de promos de 350 élèves pour également affirmer qu'il a du être aussi un jeune con...