1. démarrer un bras de fer avec les syndicats sur la base d'une propale parfaitement en ligne avec son parti, mais extrêmement conflictuelle
  2. les laisser faire grève pour des avantages acquis que le reste de la population ne comprend plus et n'accepte plus (si, si, je veux bien qu'on me rende ma carte "Officier" de circulation SNCF et mes tarifs "Agent" à EDF-GDF...)
  3. récolter les fruits chez les insatisfaits des grèves tout en rassemblant facilement son propre camp, uni face à l'épouvantail sovietique ;-)

Ce qu'a fait Fillon aujourd'hui n'est absolument pas un hasard de calendrier, et Bayrou et les autres ont tort de jouer les "mais comment, mais ils sont fous ou quoi" ; ils feraient mieux d'expliquer exactement pourquoi Fillon a agi comme cela et pourquoi maintenant sans hurler à la provoc. Dénoncer la stratégie du pourrissement est bien plus gagnant que dénoncer la seule provoc ; la provoc est la partie émergée de l'iceberg, et il faut expliquer ce qu'il y a dessous, caché sous la limite de flottaison. Quant à l'UMP, je trouve assez désolant d'en être réduit à envoyer au charbon le soldat Fillon sur des ficelles pseudo-stratégiques de cette nature. Cela me fait un peu penser à une cérémonie clanique... Ah tu veux faire partie du clan (entendez avoir un grand ministère voire matignon après) ? Alors il faut que tu prouves ton allégeance, tu vas faire ça et ça et ensuite tu feras partie du clan.

Attention, ne croyez surtout pas que je suis en opposition frontale avec la proposition... Je ne parle ici que du moment et de la stratégie.