Dixit la presse cet après-midi, "Dominique de Villepin a demandé un renforcement des poursuites et des peines contre les auteurs d'agression de policiers". Qu'on ne s'y trompe pas, il y a bien deux objectifs différents à cette annonce qui n'intervient pas immédiatement après le caillassage du policier d'Epinay sur Seine : premièrement, et c'est bien normal, répondre aux attaques de flics. Deuxièmement, lacher la bride aux policiers en leur envoyant un signal fort "ça suffit, on est derrière vous, et on demande à la justice d'être ultra-sévère" ; historiquement et quand le RPR ou l'UMP a été au pouvoir lors de l'émission d'un tel signal, cela a toujours fini par une bavure policière, parce que la police ne peut se contenter (et là je trouve cela normal sans ironie) de la justice a posteriori et cela finit en général disons par une dissuasion un peu trop persuasive ou une répression un peu trop définitive. Tout le monde le sait, Villepin et Sarkozy les premiers. Une des recommandations les plus courantes au Ministère de l'Intérieur est "surtout pas de bavure, hein !". Mais si bavure il devait y avoir, elle retomberait aujourd'hui sur le Ministre de l'Intérieur/candidat à la Présidence...

C'est une stratégie de petite cuisine et de terre brûlée à la fois. C'est risquer le pire pour des basses manoeuvres. Je suis effondré par tant de minablerie, si vous me passez ce néologisme.