Dimanche midi. Je suis dans une cafétéria avec Maria et les enfants. J'ai mon plateau plein à la main et je viens de payer en caisse, je ne suis pas habillé comme les employés (j'ai mon bô t-shirt noir de geek "Hack" Mozilla). La dame est à côté, elle a soixante ans, on dirait qu'elle sort de chez le coiffeur, elle fait très vieille France ; collier de perles et tailleur. Look versaillais. Sortie tardive de messe. Elle se tourne vers moi - j'ai toujours mon plateau à la main - et me dit "dites moi jeune homme, vous allez m'aider à trouver une table et porter mon plateau". Ce n'était pas une question, aucun ton d'interrogation en fin de phrase. Au contraire, le ton tombait, affirmatif, c'était quasiment un ordre.

J'en suis resté plusieurs secondes interloqué. On aurait dit la Marquise de Proutpout de Corvée de Chiottes Demain qui s'adressait à son valet. Et puis j'ai refermé ma bouche bée, j'ai bien vrillé mes yeux dans les siens et j'ai répondu "non". Je l'ai plantée là, elle me maudissait.

Le 4 août prochain, j'aurai une minute de silence pour la Révolution de 1789, inachevée.