Lu sur le blog de koz, un extrait de sa prose et un commentaire :

“tout fils de mère juive que je suis, il faudra bien que je tue la mère.”

Mais non, andouille. Tu tues ton père et tu épouses ta mère, pour éviter les problêms

Aaaaah, Oedipe, Schmoedipe, quelle importance du moment qu'on aime sa mère :-) (vieille blague yiddish entendue des dizaines et dizaines de fois)