On savait déjà que la "réduction de la fracture sociale" n'était pas une grande réussite... Surtout en douze ans de pouvoir. Bon.

On savait déjà que les promesses formelles n'engagent que ceux qui y croient, les cafetiers ont bien trop cru à une impossible baisse de leur TVA. Il a fallu en urgence leur donner satisfaction sur l'horaire de travail, sous peine de fronde majeure.

On savait déjà la réduction de l'impôt sur le revenu de 33% promise est assez venteuse.

Mais certains croient encore dur comme fer que la Chiraquie a baissé les impôts et plus généralement les charges sur les entreprises. Lisez-moi bien : c'est faux, et je sais de quoi je parle, c'est moi qui signe les chèques chez Disruptive Innovations... Dernier avatar en date : la taxe sur les véhicules d'entreprise, qui se paye le luxe - sans jeu de mot - de prendre 36% d'augmentation entre 2005 et 2006. Trente six pourcents sur des montants annuels de 1100 ou 2200 euros par véhicule, cela ne fait pas dans la dentelle, au total !

Moi, j'en ai ras le caisson qu'on se paye ma tête à ce point-là. Pas vous ?