En fait, il faudra un jour que la "blogosphère" arrête de se regarder le nombril et se rende compte qu'au-delà de l'explosion du phénomène "un usager - un éditeur", l'arrivée des blogs a eu aussi pour résultat une augmentation incroyable du nombres d'emmerdes sur l'Internet... Quand Usenet a commencé à se démocratiser, vers 1992-93, on avait déjà eu le même phénomène. Avant cela, les flame wars étaient pratiquement inexistantes. Les chieurs, rarissimes. Certes, certes, il y avait déjà des importuns utilisant la messagerie, mais d'une part la diffusion limitée par construction de ce medium suffisait à restreindre les conséquences, et d'autre part l'absence quasi-totale à l'époque d'anonymat éliminait assez naturellement les chieurs. Le chieur est courageux, mais rarement au point de donner ses coordonnées.

Sur le Web, sur les blogs, c'est pareil. On était tranquilles. Au début au moins. Et puis comme pour les news en 1992, monsieur-tout-le-monde a commencé à avoir accès au Web, et à y publier. Les impétrants ont été séduits par la facilité, la décontraction mais surtout l'instantanéïté. Les sources d'information qu'on supposait que je lisais ont été rapidement multipliées par quatre. Quoi, quoi, tu n'as donc pas encore répondu au message privé de Machin sur le forum Truc que tu ne visites pas ? Mais mais fais quelques chose !

Dans la foulée, le ton s'est durci. Les premiers conflits sont arrivés. Et hier, un blogueur célèbre dans le monde entier m'a dit (traduction personelle) "les blogs c'est de la merde, je songe à tout arrêter". Et il a entièrement raison.

Oui, c'est de la merde, à de rares exceptions près. Tant qu'on publie pour les autres et pas pour soi, c'est de la merde, sauf si on en fait son activité principale ; comme un journaliste indépendant quoi... 99.9% des blogs sont a jeter. Je viens d'en avoir un exemple consternant hier, une attaque personnelle franchement dégueu contre moi. Encore une. Cela finira au tribunal, au moindre dérapage. J'en donne ma parole ici.

Depuis que les blogs existent et que certains les considèrent comme une zone de non-droit, les soucis ont explosé : enseignants insultés et dénigrés publiquement, vie privée étalée, appels à la violence, diffamation, désinformation flagrante, insultes en tous genres, plagiats. On en arriverait presque à oublier le spam, somme toute un problème archi-mineur dans cet océan de saloperies.

Alors les blogs, merveilleuse avancée poussant le citoyen dans un océan d'information dans lequel il est partie prenante, ou source de nos plus gros soucis au quotidien ? Les deux, sans aucun doute. Et c'est ce qui me gêne, la raison pour laquelle les commentaires sont désormais fermés et le resteront ici. Notre vieux rêve à nous, les early adopters, les vieux cons diront certains, d'un lieu non seulement de convivialité mais également de confiance a fait pschitttt, si vous me passez l'expression.

Cheminement normal. Quand le 3611 et le 3615SNCF ont fait irruption dans ma vie, il y a bien longtemps, j'ai immédiatement perçu une avancée majeure. Une information à jour en permanence, chez soi, wow. Et puis 3615Ulla est arrivé, et plus rien n'a vraiment été comme avant. Sur le Web, c'est pareil. Exactement pareil. On a des millions de 3615Enfoiré.

Le vieux con vous salue bien.