Jean-Jacques Servan-Schreiber est donc décédé cette nuit. On connait beaucoup de cet homme : le patron de presse, l'essayiste, le journaliste, l'entrepreneur, l'homme public et politique. et pas mal d'autres facettes du personnage. Mais quand on parle du Centre Mondial pour l'Informatique qu'il a créé, on ne peut lire que le commentaire "gouffre financier". Ce qui est clairement insuffisant. Voici ce que j'ai écrit sur une autre page concernant JJSS et le CMI :

" Je préciserai seulement que les gosses du Palais trouvèrent rapidement un lieu de 'délestage'. Cela s'appelait le Centre Mondial de l'Informatique, et c'était situé à deux cents mètres du Palais. Il parait que ce Centre fut un échec financier grave. Cela n'a dans mon esprit, et dans celui de la plupart de ceux qui l'ont fréquenté, aucune espèce d'importance et son fondateur, Jean-Jacques Servan-Schreiber, mériterait une médaille spéciale pour services exceptionnels. Je m'explique : ce Centre a mis en libre-service des ordinateurs derniers cris et même à l'époque une Lisp-Machine... Des centaines de gamins chevronnés y ont découvert leur vocation et cela a donné au pays quelques années plus tard une vraie génération de babasseurs fous, amoureux des ordinateurs, capables de coder n'importe quoi en n'importe quel langage. Que JJSS soit ici au moins remercié par moi ; je regrette de n'avoir jamais pu le faire de vive voix. "

Au revoir, JJSS. Encore merci de m'avoir ouvert les portes du CMI et donc d'avoir un peu contribué à faire de moi ce que je suis aujourd'hui.