Et comme d'habitude, c'est à ça qu'on les reconnait... Mais chez certains, cela prend des telles proportions qu'on finit par se demander s'ils ne seraient pas trop cons même pour arriver premier au concours du plus con (copyright Edika dans le merveilleux et éternel Livre des Bides). Je viens d'en trouver un qui se paye ma fiole pour la n-ième fois, il a l'air d'être heureux de s'être trouvé une tête de turc le pôvre. Pendant qu'il y est, et pour augmenter son pagerank, il allume Embruns, Le Meur et Nitot avec, dites donc !!! Non, pas de lien, ce genre de béotien qui n'a pour seuls étendards que sa fidélité indéfectible à Ségolène Royal et ses attaques ad hominem immédiates contre quiconque critique sa candidate préférée ne mérite pas qu'on lui fasse un tel cadeau.

Alors je vais le redire : être capable de dire "bravitude" ou annoner un discours piteux comme Ségolène Royal vient de le faire devant les étudiantes de l'Ecole de Diplomatie de Pékin dénote une incapacité crasse à la fonction de tribun. Or un Président de la République, c'est avant tout, cela doit être avant tout, un tribun. Un décideur aussi bien entendu. A comparer avec la Ségolène...

Update 1 : Tiens, un photobiker m'envoie un commentaire sur l'article du Monde :

" Bravitude ? ben quoi, c'est synonyme de couragisme, non ? Et puis, Ségo, elle va aussi nous faire une réformature de l'école, pour que notre belle langue soit moins complicationnée. D'ailleurs, toute l'imaginasserie des forces de progrès va sûrement s'y mettre... ;) "

Update 2 : radio des poumons en fin de matinée aujourd'hui.