Bon, j'en ai un peu marre de ne pas me tromper... J'avais affirmé à Christophe Carignano lors du raout de Raffarin que Chirac ne pourrait jamais se représenter, et il me regardait en rigolant doucement. J'avais dit que les chiraquiens auraient tellement Sarkozy dans le nez qu'ils seraient capables d'appeler à lui faire barrage. Je ne me trompais pas non plus, le même Christophe Carignano vient d'affirmer son soutien à François Bayrou. J'ai de l'estime pour Carignano, qui a tenu son blog chiraquien jusqu'à la lie contre vents et marées, mais il est tout de même TRES gonflé :

  1. l'UMP a été créée en grande partie pour laminer l'UDF. Je me souviens encore des déclarations de guerre de Juppé...
  2. Carignano annonce rester à l'UMP. On ne peut être un soldat ennemi infiltré dans une armée en guerre sans être passible du peloton d'exécution. De mouton noir, Carignano passe directement au statut de traître. Il devrait quitter l'UMP dans l'heure. C'est au minimum une question d'honnêteté intellectuelle.

Ceci dit, il ne faut pas oublier que Carignano est un bon soldat chiraquien, un gars du cénacle, et il ne faut donc pas déduire dans la foulée que le Chi se prépare à planter un gros hachoir dans le dos de Sarko en adoubant Bayrou... Christophe Carignano ne pourrait pas annoncer son soutien à Bayrou sans que l'Elysée soit au courant, il ne pourrait surtout pas l'annoncer dès le lendemain du speech de Chirac sans que le château soit au courant. Il ne faut donc pas sous-estimer la forte possibilité d'une gentillette manoeuvre politique de montée des enchères vis-à-vis de Sarkozy et l'UMP. Car après tout, pour paraphraser Ségolène Royal à propos d'Eric Besson, qui connait Christophe Carignano, c'est qui Christophe Carignano ? Or il y a plein de chiraquiens à recaser, plein d'impunités judiciaires ou en tous cas de procèdures à laisser traîner en longueur à négocier, et tout cela serait du bien classique. Du bien sale, mais du bien classique, et je ne serais pas étonné plus que ça d'être dans le vrai.

Rappel, Carignano, c'est un gars qui a multiplié par 1000 l'audience des chiraquiens sur le Web en 24 heures en postant un seul et unique article semi-trollesque mais restant dans les limites de la politesse et de l'acceptable. En gros, il tirait sur les blogueurs à cause de la confusion blogueur/journaliste... Cela ne pouvait, bien entendu, qu'amener tous les gros blogueurs de France et Navarre chez lui, des commentaires et des liens en pagaille, et une vsibilité accrue. Je n'ose imaginer en face de combien de blogueurs Christophe a du avoir un sourire cynique jusqu'aux oreilles en leur disant "je vous ai bien eu..." parce qu'effectivement, il les a bien eu. Enfin pour être précis, il les a bien utilisés, bien tiré partie de la naïveté de la populace qui se croit "au milieu du jeu" parce que le Web lui donne la possibilité de publier ses élucubrations. Et je parie que dans la plupart des cas, ceux/celles à qui il a dit ça n'ont pas compris :-)

Et puis si finalement Jacques Chirac soutient Bayrou, et bien Sarkozy lui aussi saura que "les promesses n'engagent que ceux qui y croient". C'est une citation de qui déjà ? Ah oui, un certain Chirac Jacques... Un homonyme du précédent, sans aucun doute ;-)