Je me suis demandé hier si j'allais remettre les trackbacks en marche sur mon blog. Et puis je me suis souvenu de la quantité de spam que je recevais par ce biais, ai considéré le fait que souvent cela revient à héberger un lien quasi-publicitaire vers d'autres blogs dont je ne sais rien et la plupart du temps dont je me tamponne autant que de la première incontinence sexuelle de George Cloney, et donc non. Je vais revenir à mes pingbacks manuels, quand je détecte une citation de mes articles quelque part. Et c'est François qui inaugure la série...