paris-midiRéveillé par un mal de crâne... Par un tel mal de crâne que je devrais écrire un pu**** de mal de crâne... Bien entendu, le stock local de paracétamol a fondu comme neige au soleil et n'a pas été remplacé, je vais immoler un kiwi en dansant autour de la table du salon dès demain matin pour me passer les nerfs. Et donc je viens de m'avaler un aspegic 1000 après une grosse bouchée de pain parce que l'aspirine le ventre vide, c'est pas terrible. Berk. Mais alors méga-berk, l'aspegic en milieu de nuit. Vivement que ça fasse de l'effet, parce que là je ne suis ni capable de me recoucher, ni de faire quoi que ce soit demandant à mes neurones un tout petit peu d'effort.

A part ça, je me demande ce qui est passée par la tête d'Aliette Abecassis - la nana qu'on dit écrivain et qui a pondu Qumran, une telle nullité qu'il s'agit d'un des seuls cinqs livres que j'ai pu me résoudre à jeter - quand elle a décidé de désormais se faire appeler Eliette... Cela fait plus intellectuel ?