Etonnant comment Sarkozy a réussi en quelques jours à peine à imprimer un changement de régime dans ce pays. Oh, je ne parle pas de ses jeans, son jogging, ses bisous à sa femme qui réussissait difficilement à cacher que ces bisous l'emmerdaient au plus haut point, je laisse tout ça à la presse "people". Je parle de la présidentialisation de l'état. Jusqu'à ce que Fillon soit nommé, on nous disait que Sarkozy peaufinait son gouvernement. Or le gouvernement, c'est au Premier Ministre de le composer... Le nouveau président nous parle des lois qui vont arriver, des premiers projets. Comme un chef de gouvernement. Fillon est le bon soldat, premier des Ministres nettement plus que Premier Ministre. Impossible pour lui d'avoir la moindre ambition présidentielle sauf faux pas majeur de Sarkozy. Quant au gouvernement, à 15 il sera effectivement resserré. Bon, certes, cela sera un peu le bordel, certaines attributions étant redistribuées. Mais on est plus dans la configuration d'un cabinet présidentiel à l'américaine que de celle d'un conseil des ministres de la IVème république. Attention, je ne dis pas que c'est bien ou mauvais ; c'est factuel, et j'enregistre le fait.

Je pense qu'il sera tenté par une réforme constitutionnelle d'ici maximum 2 ans. Mais tenté seulement. Le naturel reviendra probablement au galop, et la sécurité que représente le fusible qu'est un Premier Ministre ne sera probablement pas reniée.

Il est tout de même intéressant de constater que le texte fondateur permet des gestions de l'état assez diverses dans la forme et même sur le fond. Tout en restant conforme à la Constitution à la lettre, il est possible de complètement réorienter le fonctionnement de l'exécutif. Impressionnant...