J'ai du résister à la recherche d'un cyber-café sur mon lieu de vacances pour poster ceci... Je résume en trois mots : du grand art. Nicolas Sarkozy a fait TRES fort en proposant DSK à ce poste. Non seulement il propose un ancien ministre des finances apprécié de tous sur la scène internationale, mais il atomise particulièrement bien le PS :

  • DSK sera pris pour un bon moment...
  • c'est un sacré signal de Sarko pour ses propres troupes de l'UMP : oui, mieux vaut DSK, parce que à l'UMP il y avait qui ? Oui, bon certes, il y avait Lagarde. Mais alors qui aux Finances ? Copé ?-)
  • restent au PS Fabius et Royal. Fabius a cru jusqu'au bout qu'il était "nominable" pour le FMI...
  • si Fabius reprend le PS, le PS s'effondrera totalement aux municipales et le nombre de ses adhérents s'écroulera.
  • si Royal reprend le PS, elle tuera le PS tel qu'il est est aujourd'hui, mais elle ne dispose pas d'un appareil pour remplacer l'existant, ensuite elle a souvent et profondément montré à quel point elle se soucie peu de ses conseillers et de l'appareil. Bref, le PS est mort également, et sans remplacement.
  • tout cela ouvre à mon avis un véritable boulevard à Bertrand Delanoë pour reprendre le PS et tenter d'éviter une berezina de plus. Il est probablement, en l'état actuel des choses, le seul capable de reprendre le PS avec un tout petit peu de sérieux. Tel que c'est parti, Delanoë sera le candidat naturel du PS en 2012.

C'est consternant, mais si Sarkozy veut éviter d'avoir en face de lui une tête un tant soit peu valable au PS, il va probablement devoir se débrouiller pour favoriser Fabius... Si au contraire, il veut une opposition assez forte pour ne pas être accusé de despotisme, et une opposition pourtant assez faible pour ne pas le gêner, il va devoir favoriser Delanoë.

Tout cela est vraiment très bien joué, très finement et rondement mené. Chapeau bas, et je suis tout à fait sérieux. Bien entendu, je ne parle ici que de politique "politicienne" et cela ne présage aucunement de mon opinion quant aux propositions de loi en cours.