Le bobo parisien en Vélib, quand il arrive devant sa porte cochère à 01h15 du matin, il doit encore slalommer entre les crottes de chien, trouver poétique le caniveau devant chez lui et parfois se jeter sur ses boules Kiès pour pouvoir dormir. Moi ce matin à 01h15 devant ma porte m'attendait un très beau hérisson, la forêt sentait la fraicheur de la nuit, il n'y avait pas un seul bruit aux alentours, et j'ai dormi comme un loir.

Sans commentaire...