L'Elysée, et donc le Président de la République, a fait répondre que Cécilia Sarkozy ne pouvait répondre favorablement à sa demande d'audition parlementaire au nom de la séparation des pouvoirs exécutifs et législatifs. Je crois que cette fois-ci, Nicolas Sarkozy a commis une très sérieuse boulette, la seconde depuis six mois ; il ne sert à rien de taper sur l'ère Chirac et ses magouilles tous azimuths pour recommencer pareil dès la première alerte. Je rappelle que la dernière en date était le refus d'entrée dans l'Elysée pour des juges au motif que l'Elysée est officiellement une enceinte militaire... Pourquoi ne pas carrément dire que le voyage libyen de Cécilia Sarkozy était classé Secret Défense à cause des programmes nucléaire et militaire associés ?

Tout d'abord, l'épouse du Chef de l'Etat ne bénéficie d'aucun statut particulier dans la Loi fondamentale et elle n'en d'ailleurs aucun non plus dans l'organigramme de l'Elysée. On ne voit donc pas pour quelle raison, Cécilia Sarkozy, citoyenne comme tout le monde et émissaire privée du Président de la République, ne pourrait répondre à une convocation d'une commission parlementaire.

Je rappelle que lorsqu'il avait été question que Bernadette Chirac soit convoquée par les juges, tout le monde avait bien précisé qu'elle était une citoyenne ordinaire, sans immunité spéciale ni protection constitutionnelle... J'admet donc être curieux de lire le prochain billet de Jean-Pascal Picy, dont j'espère qu'il abordera directement cette question.

Mise à jour : comme dirait une marionette célèbre aux Guignols, j'crois qu'c'est clair : " la personne qui refuse de comparaître, de prêter serment, de déposer ou de communiquer les documents demandés, est passible d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 7 500 €, et, le cas échéant, de l’interdiction de l’exercice des droits civiques pour une durée de deux ans "