C'est la complainte du salopard,
un sale type, un véritable assommoir.
Tous sont d'accord, il est vraiment odieux,
mais lui se trouve simplement merveilleux.

Génie incompris et délaissé,
il tient le monde pour un ramassis de ratés,
tout juste bons à finir écrasés,
sous sa botte d'ours mal élevé.

(refrain)
C'est un salaud, un salopiaud,
et ce ne sont que des gros mots.

Si d'aventure il sympatise,
c'est qu'en fait il vous utilise.
Ses jours sont une belle mascarade,
mais n'aboutissent qu'à la débandade.

Sous des dehors pourtant affables,
il n'est réellement qu'un incapable.
Son existence est un abîme,
rien jamais ne s'y arrime.

(refrain)

C'est la complainte du salopard,
un sale type dînant seul le soir.
Plongeant profond dans la parano,
sa vie s'efface dans le mélo.

C'était la complainte du salopard,
refermez le ban, plus rien à voir.