• Georges Freche, président de la région Languedoc-Roussillon, 11 février 2006 : "Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps. (...) Vous êtes des sous-hommes, vous êtes sans honneur". Relaxé le 13 septembre 2007 en appel.
  • Paul Girot de Langlade, préfet d'Indre-et-Loire, 23 novembre 2006 : "Chacun sait que quand (les tziganes) arrivent quelque part, il y a de la délinquance". 2000 euros d'amende et publication sur son casier judiciaire (ceci peut-il le faire virer de son poste ?) le 13 septembre 2007 également. Par ailleurs le journal qui a publié l'interview a été condamné également à 1000 euros d'amende (quand les télés ont diffusé les propos de Le Pen sur Durafour-crématoire, quelqu'un a-t-il pensé à faire condamner les chaînes de télé ?).

Sans commentaire...