Comment peut-on encore croire une seule seconde que les brevets sur les logiciels vont aider notre industrie ? Je dirais même mieux, comment peut-on croire une seule seconde qu'il est encore possible de maintenir sérieusement la notion de brevetabilité tous azimuths, dans tous les domaines ?

Ah, au fait, pendant qu'on y est, je tiens à signaler que je suis le premier au monde à avoir implémenté la notion de multipart/alternative dans un agent de messagerie électronique en laissant à l'usager la possibilité de choisir quelle multipart il veut charger par défaut (ou par interrogation à chaque fois) dans l'alternative. Je peux le prouver. Je devrais breveter, et attaquer Microsoft, AOL, et peut-être même Mozilla non ?