C'est simple, je suis outré. Je pense que Monsieur Sarkozy ferait bien mieux de se préoccuper de macro-économie que de ce genre de choses. Je ne reconnais pas à l'Etat français, dont les auxiliaires ont pourchassé ma famille, le droit d'expliquer à mes fils l'histoire d'une moitié de leurs ascendants. Je ne reconnais pas à l'Etat français de 2008, qui a refusé si longtemps d'assumer Vichy et dont la pénitence s'est limitée aux excuses de Jacques Chirac au contraire des pensions versées encore aujourd'hui par l'Etat allemand aux survivants des camps et leurs ayant droit, l'autorité morale pour tenir un tel discours. Quel scandale, quelle idée de merde. Et encore, je reste poli.