Depuis que je suis en âge de lire la presse et de m'intéresser aux actualités, c'est-à-dire depuis mes treize ans, le nom d'Eric de Montgolfier a toujours été attaché à des ennuis. Subis par lui j'entends. Magistrat plutôt indépendant et ayant touché quelques affaires (très) sensibles, on a souvent tenté de le museler, de le discréditer, voire carrément de le laminer. On l'a muté, accusé, dénigré. C'est le Procureur qui a du se défendre, faute de n'avoir pas plié devant les exigences des pouvoirs. Mongolfier me semble être l'archétype du gars sur lequel on s'acharne parce qu'il fait des vagues dans une société type Ancien Régime qui ne tolère pas les vagues.

Il y a de cela déjà longtemps, un lecteur de ce blog qui se reconnaîtra m'a fait promettre de "faire mon boulot sans me préoccuper des pressions". Ce que j'ai fait, et qui a engendré un déferlement d'emmerdes. Bref, et sans me prononcer sur le fond de l'affaire en cours, je ne peux qu'avoir une nette sympathie pour ce type-là.