Le collectif "Jamais sans mon département" qui militait pour la conservation du numéro de département sur les plaques minéralogiques a donc gagné. Et Michèle Alliot-Marie, la ci-devant Ministre de l'Intérieur, n'a pas fait dans le détail - ni dans l'absence de populisme. En allant même un peu plus loin, elle n'a pas fait non plus dans l'absence de bêtise... Donc le numéro de département qui va disparaître du numéro d'immatriculation, et qui était devenu facultatif sur le côté de la plaque, va redevenir obligatoire. Certes, certes, il ne fait plus partie du numéro d'immatriculation.

Maintenant, revenons un peu aux fondamentaux, que MAM a légèrement oubliés voire totalement bafoués dans cette histoire :

  • la présence d'un indice d'origine géographique sur un véhicule peut être source de discriminations voire de gros ennuis. Il y a peu de temps, il valait mieux éviter de garer un véhicule de la région parisienne à Bayonne pendant les fêtes... La plupart des voitures immatriculées 51 (et désormais 60 ou 76) à Cannes ou Nice sont des véhicules de location et elles sont plus visitées que les autres car leur coffre contient plus souvent des bagages.  La présence d'une immatriculation hors département ou région devant une maison signale une maison secondaire, cambriolable plus facilement. Et j'en passe et des meilleures.
  • de nombreux pays européens sont déjà passés à la plaque totalement anonyme et souvent attribuée à vie au véhicule.  Même l'Espagne a basculé il y a longtemps en supprimant ses codes alphanumériques de ville/région et l'Italie, qui tenait tellement à ses noms de ville, la suit. La Belgique et les pays scandinaves ont la plaque anonyme à vie depuis si longtemps que nous sommes minables à côté.
  • seule la plaque anonyme peut paver la route à une immatriculation européenne unique, absolument nécessaire à terme.

Moi, je ne veux pas d'un 78 sur ma plaque qui m'identifie comme parigot quand je suis dans les Landes, ou me mettre un 40 au cul pour passer pour un local. Je veux pouvoir n'avoir que mon immatriculation sur la plaque. Ni pub pour le garage, ni numéro de département, ni logo débile. Je veux être européen aux pays basque Espagnol, européen en Suède, européen chez moi. Plaque unique pour tous et système unique anonyme pour tous. Et je suis outré qu'un "collectif" au fond de commerce populiste me pique en partie mon anonymat en rendant la mention du département obligatoire.