L'Union Européenne ne cesse de m'étonner en ce moment. Je suis un Européen convaincu, mais je trouve qu'on essaye de plus en plus de me faire prendre des vessies pour des lanternes. Prenons plusieurs exemples.

L'aide au banques en difficulté... On peut être partisan de l'orthodoxie financière à l'allemande ou se dire que seul l'investissement étatique au détriment de la dette peut agir, bon, au moins on agit. Mais dans le second cas, il faudrait tout de même être clair : même si les aides aux banques sont des prêts et non des dons, il s'agit d'une distortion de concurrence. Et une distortion très forte, chaque pays soutenant ses banques à la mesure de ses moyens. Comment donc au même moment comprendre que la France soit condamnée par la Cour Européenne de Justice sur son aide aux entreprises en difficulté ? Seules les banques auraient donc le droit à la mansuétude des Etats et à une bénéfique distortion de concurrence ?

Continuons dans la même veine : il me semblait que l'Europe se fondait sur la modernité, la non-discrimination et l'équivalence des droits fondamentaux pour tous les Européens. L'exception sur la peine de mort souhaitée par la Pologne a ainsi été strictement refusée lors de son adhésion. Comment accepter alors que l'on propose à l'Irlande une exception sur le droit à l'avortement ? Comment tolérer que les femmes irlandaises soient encore contraintes lorsqu'elles en ont besoin à un voyage à l'étranger pour avorter ? L'Europe, c'est fait pour préserver les pratiques dégradantes du début du 20ème siècle ?

Mais allons plus loin. L'Irlande peut préserver son autonomie fiscale. Ah. C'est-à-dire ne pas entrer dans la spirale d'harmonisation de la taxation à l'échelle européenne et préserver des règles locales de TVA qui se passent de l'imprimatur de Bruxelles ? Mais en quel nom ? Pourquoi de nouveau une telle distortion de concurrence ? En quoi les entreprises ou contribuables irlandais devraient-ils être plus favorisés que les Portugais de Covilha ou les Lettons du lac de Lubana, qui eux-mêmes ne nagent pas dans l'opulence ni dans la débauche d'infrastructures ultra-modernes ?

De même, l'Irlande souhaite conserver un Commissaire. Et donc hop, magie, on va avoir un Commissaire par Etat. C'est vrai quoi, s'engueuler à 27 c'est tellement sympa, drôle et efficace. Il me semblait pourtant que dans un système sans distortion de concurrence, seule la compétence devrait prévaloir. La Commission devrait - en pure théorie - être composée des meilleurs dans leur domaine. Alors quelle est la prochaîne étape ? Une exigence de rotation entre les Commissariats importants et les autres ?

Je pense sincèrement que l'Union Européenne fait un complexe FMI. Puissamment sous-tendue par un libéralisme façon ultra, elle n'arrive pas à correctement virer sa cuti pour s'adapter à la faillite de l'ultra-capitalisme qui fait mordre la poussière à toutes ses règles de stabilité.

De toute façon, le réajustement va se faire vite, très vite. Et plus probablement dans le sens voulu par Angela Merkel que dans un autre : on a appris cette nuit que l'Allemagne a eu des difficultés à boucler un tour de table pour un emprunt d'état de 7 milliards de dollars sur deux ans. Tiens donc. Même les "grands" Etats pourraient donc devenir des emprunteurs indignes de confiance. Oooooh. Comme l'Argentine, comme l'Islande. Ooooh. Shocking ! Et on a beau me rêpéter à l'envi que la France ne doit pas "sombrer dans le catastrophisme parce qu'elle dispose de tous les atouts", elle ferait un beau trophée de chasse dans le salon des spéculateurs. Comme l'Argentine en son temps n'est-ce pas...

Au fait, le saviez-vous : une commission vétérinaire créée par le Conseil de l'Europe a donné aux débuts des années 2000 un ultimatum à la France et la Hongrie pour l'arrêt de gavage des oies et des canards à foie gras sous 15 ans... A quand la plaidoirie pour le homard vivant qu'on ébouillante, l'huître qu'on mange vivante ? A ce ryhtme-là, pourquoi pas un monument aux animaux tués et mangés en un million d'années du genre Homo ?