Tristan se glazmanise. Si, si, quand il voit une inepsie "énhaurme", il en parle désormais sur son blog au lieu d'alimenter lentement mais sûrement son ulcère.

Redevenons sérieux une seconde parce que l'ami Tristan a, comme d'autres, mis un doigt là où ça fait mal.

  1. Frédéric Lefebvre ne représente que la tête de pont d'une UMP qui ne faut pas l'oublier est fortement conservatrice. Depuis des années, un Internet et un Web presqu'incontrôlables, ça leur fout des boutons. En ces périodes de contestation, ne vous trompez pas, ils ont une peur bleue de l'impact du réseau sur l'agrégation de la contestation. En clair, la chienlit c'était déjà pénible, mais la chienlit avec Facebook, email, IM et PGP, ça leur fait peur. Bref, il y a toujours la tentation de ceinturer tout ça. Quand les citoyensveaux se mettent à communiquer entre eux sur une large échelle, c'est mauvais pour leurs dirigeants, croient-ils toujours. Bref, au nom des quelques excès connus, on va essayer de faire rentrer dans un moule protecteur. Comme d'habitude quoi.
  2. Je n'ai jamais pigé pourquoi le seul Manager qui serait autorisé à ne rien connaître du milieu qu'il va gérer serait un Ministre. Si on avait des gens plus compétents comme Ministre - je veux dire des gens qui ne sont pas seulement compétents en image télévisuelle - on aurait peut-être moins de soucis...
  3. Authueil a vraiment raté une occasion de se taire, je suis totalement en phase avec Tristan. Le Ministre que le monde du numérique dont je fais partie attend, c'est celui qui dira plutôt:

" L'absence de déploiement du Net fait tous les jours des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles n'ayant pas accès aux offres d'emploi sur le Web pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il d'étudiants incapables d'accèder à des ressources en ligne parce que non connectés au fond de leur campagne ? Combien faudra-t-il de procès perdus pour que les politiciens pourris arrêtent d'intimider des blogueurs ? Combien faudra-t-il de temps pour se rendre compte que nous sommes devenus des suiveurs en matière de technologies informatiques et pas des inventeurs ? Combien de dizaines de millions d'euros donnés au monopoles faudra-t-il pour reconnaître la qualité des alternatives et des standards ouverts ? Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un Conseil des Ministres qui décide enfin de capitaliser sur des technologies numériques autres que la télévision et investir dans l'innovation au lieu d'essayer de réguler et favoriser les entreprises établies, ce qui aura toujours un train de retard sur la technologie elle-même."

Voila. Bonne année à tous, mais j'en doute fortement...