Je n'en reviens pas. Le lièvre a été levé par Le Parisien, repris par Le Post et cité par padawan. Et je n'en reviens pas.

La France marche parfois sur la tête, au nom d'une "sécurité" souvent aberrante et démontrant le peu de compétences techniques de ses services dits-techniques. Alors quoi, donc le Premier Ministre et ses services peuvent accèder à l'article "Génocide arménien: le mea culpa de Jack Lang enflamme le Net" mais ils ne peuvent pas voir la video incluse ? Alors qu'elle est importante pour l'image de la France et sa politique étrangère ? Je suis le seul à trouver que c'est de la connerie à l'état brut ou quoi ?

Nous avons pourtant suffisemment d'experts en sécurité (je recommande Hervé Schauer) capables de mettre en place une infrastructure réseau suffisemment sécurisée pour que la visualisation d'une video sur DailyMotion ou autre soit possible même au Premier Ministre, nom d'un petit bonhomme !!! Comment peut-on imaginer un seul instant que le service de presse de Matignon puisse se passer d'un accès ouvert - au contraire de ce qu'il est signalé comme existant aujourd'hui - au Web tout entier ? Je ne doute pas du tout que tout ce petit monde dispose de solutions de contournement personnelles... Et dès que le responsable sécurité passe ou qu'un étranger au service débarque, le thetering au téléphone mobile ou la clé 3G disparaissent subitement dans un tiroir.

Bref, on est plus certainement dans l'hypocrisie que dans le raisonnement technique. Et c'est donc contre-productif, stupide, coûteux et surtout ri-di-cu-le.

Attention, je ne dis pas que Matignon et les ministères/services attachés n'ont pas besoin d'une sécurisation forte. C'est une évidence absolue. Mais de là à brider ses services, il y a tout de même une énorme marge... De toute manière, pour être totalement sécurisée, l'informatique du Premier Ministre aurait besoin de machines fabriquées ici, avec des puces fabriquées ici, tournant avec un BIOS et un OS fabriqués ici ou libre/OpenSource et donc totalement contrôlables, et des softs fabriqués ici ou libres/OpenSource et contrôlables, un réseau blindé et tutti quanti. Les backdoors de nos machines ne sont pas une vue de l'esprit, malheureusement.