• j'ai finalement vu l'Etrange Histoire de Benjamin Button et j'ai été autant bluffé par l'histoire, le jeu des acteurs que la photographie. Trois heures rapidement passées, trois heures après lesquelles on a le sourire aux lèvres. Mais un gros bémol tout de même : certaines scènes sont totalement ratées du point de vue du décor et puent le studio en contreplaqué. Dommage.
  • La Guadeloupe et la Martinique ne font que préfigurer, à mon humble avis, l'automne social que se prépare la métropole. On va vers les jacqueries, c'est de plus en plus évident.
  • Ainsi donc Sarkozy, dans sa frénésie délirante à faire une annonce importante par jour, a déclaré qu'il souhaitait que soit mise en place une liste noire des sites pédophiles qui seraient filtrés/bloqués par les ISP. Je suis contre. Je suis formellement contre et ce pour plusieurs raisons :
    1. je juge que tout filtrage, censure, black ou whitelist du web est une erreur stratégique gravissime qui constitue un précédent qui pourrait permettre ultérieurement une censure étendue. Big Brother n'est pas loin.
    2. techniquement, c'est d'une connerie crasse. Entre les anonymiseurs de trafic, les flux de proxy cryptés et le changement permanent d'URL des sites posant problème, je considère que ce n'est pas comme cela qu'il faut lutter contre cette criminalité. Il faut s'attaquer aux sources, à ceux qui publient cette saloperie. C'est comme dans la dope, casser le petit deal local c'est pas mal mais c'est totalement inutile si le réseau d'approvisionnement n'est pas démantelé.
    3. Si on connait les adresses des sites, on peut agir contre eux, au moins partiellement. Pour coffrer les utilisateurs des sites, il ne faut fermer les sites qu'à la dernière seconde, et faire du "flag".
    4. Je souhaite bien du plaisir aux Ministères de l'Intérieur, de la Famille (warf, n'importe quoi !!!!) ou de l'Economie Numérique (dont le budget est epsilonesque) pour répondre à la demande.
    5. Personne en France ne veut que les ISP passent au filtrage de contenu. Et surtout pas les ISP. A part Sarkozy bien entendu.
  • Décidément, il y a vraiment deux vitesses dans ce pays...