La Suède vient donc d'infliger une peine de un an de prison ferme et une belle amende aux 4 gars de The Pirate Bay. En réaction, les adhésions au Piratpartiet, le mal-nommé Parti Pirate, ont littéralement explosé... Quand on connait la Suède comme je la connais, pays au compromis mou où le public fait "Oooooh !!!" quand un syndicaliste s'énerve au cours d'un débat avec un politicien, on ne peut qu'être non pas simplement impressionné mais carrément abasourdi par une telle réponse, aussi forte, aussi rapide.

Qu'on ne s'y trompe pas : ceux qui traiteraient le Piratpartiet de poujadiste ou subversif ont tout faux. La création du Piratpartiet et les adhésions en masse de cet après-midi sont au contraire un vrai sursaut démocratique. Le peuple, pour le peuple, par le peuple ; selon la Loi. Le Piratpartiet se bat pour ses idées, qu'il considère comme incapables d'être représentées par la classe politique suédoise classique, et il entend peser de tout son poids sur le débat local.

Quand on voit également les monstrueuses conneries que nous pondent les gouvernements successifs sur la technologie en général, les CD, DVD, cartes mémoires, disques durs, DADVSI et HADOPI en particulier, je vais finir par croire, moi le républicain légaliste, que la constitution d'un Parti Geek en France serait une excellente chose. Si j'osais, je citerais ce boucher de Staline "Le Vatican ? Combien de divisions ?". Allez, j'ai osé. Les diverses associations de notre monde de cinglés sont très variées. Le bien côté APRIL, la daube côté AFDEL par exemple. Rien d'exploitable dans une force combinée capable de peser au maximum là où cela fait mal au politicien : aux élections.

Les geeks ? Combien de divisions ?.... Pas grand'chose j'en ai peur. Et bien tant qu'on en restera à pas grand'chose, on continuera à se faire baiser à sec en plein vol (si, si, un peu de grossiéreté, jamais de vulgarité).

Bref, ça se crée comment un parti politique ? :-)