Bon. Il y a quelques temps, Cyril Fussy, le gars qui nous abreuvait d'un humour particulièrement pénible dans les pages du site theinquirer.fr annonçait sur le site-même qu'il était viré et que bon ben voila. Une heure plus tard, le billet était supprimé du site, apparemment censuré. Visiblement, on aime taper (le motto est "The INQUIRER - Pour taper sur les doigts de ceux qui se rongent les ongles") sur toutes les autres boîtes chez TheInquirer mais pas sur TheInquirer lui-même...

Cyril Fussy est donc parti. Je ne regrette pas du tout sa facture d'article, qui noyait l'information sous des tombereaux de débilités même pas dignes d'un enfant de douze ans. Quand il ne faisait que traduire les potacheries des articles anglo-saxons, soit ; mais quand cela venait de lui, c'était encore pire...

Un détail pourtant : depuis que Fussy est parti, TheInquirer.fr est l'ombre de lui-même et la fréquence de mise à jour des articles est tombée à pas grand'chose.

Ah ça chez TheInquirer.fr, on sait par exemple se préoccuper de traquer toute mention de Mozilla et la transformer en Mozzarella... Mais informer les lecteurs francophones du pourquoi du comment et leur offrir un service à qualité constante, ça, c'est visiblement une autre paire de manches...