Je viens de tomber sur trois interviews dans le Figaro en ligne, trois réactions à la censure partielle de la loi Albanel par le Conseil Constitutionnel. L'une d'elles m'a tellement choqué que j'ai décidé d'y répondre publiquement. Il s'agit donc de propos tenus par Pascal Thomas, cinéaste.

Ils (les membres du Conseil Constitutionnel) n'ont pas jugé sur le fond
Ben évidemment !!! Si Pascal Thomas tournait sa plume trois fois avant d'écrire n'importe quoi comme il doit tourner sa caméra trois fois avant de tourner, il éviterait de dire des bêtises. Le Conseil Constitutionnel a, selon les articles 58 et suivants du texte fondateur, les missions suivantes :
  • il veille à la régularité de l'élection du Président de la République
  • statue en cas de contestation sur la régularité de l'élection des députés et des sénateurs
  • veille à la régularité des opérations de référendum
  • se prononce toujours avant promulgation ou referendum sur la conformité à la Constitution des lois organiques, des propositions de loi soumises à referendum et des règlements des assemblées
  • se prononce également sur la conformité à la Constitution des lois sur saisine du Président de la République, du Premier ministre, du président de l'Assemblée nationale, du président du Sénat ou de soixante députés ou soixante sénateurs
En aucun cas le Conseil Constitutionnel ne se prononce sur le fond justement... Il ne peut se prononcer QUE sur la conformité à la Constitution, le fond, c'est-à-dire la justesse de la proposition de Loi, son adéquation avec les besoins de la nation, sont en dehors de son scope.
M. Lionel Tardy (...) a encore  (...) oublié de consulter son petit Euripide portatif qui lui aurait pourtant bien rappelé que «l'homme de pouvoir devient un citoyen dangereux quand il manque de bon sens»
Qui déjà a dit qu'il était nécessaire de se méfier des hommes qui ont toujours besoin de citation des Classiques pour affermir leur propos ? Lionel Tardy n'a pas une seule fois fait preuve d'absence de bon sens dans le cadre de la discussion sur Hadopi. Au contraire, l'équilibre et la qualité de ses déclarations doivent être soulignés. Il ne s'est jamais prononcé pour le "piratage", contre la lutte contre le "piratage", il a juste jugé à juste titre que la proposition qu'il avait sous les yeux était inepte, à tous points de vue. Et il a été mandaté par les citoyens pour le dire. Bravo à lui.
Les adversaires de la loi font partie d'un complot démagogique issu du microcosme parisien qui fait la danse du ventre devant les réseaux et que Christine Albanel affronte avec courage et détermination
L'adversaire de la Loi Albanel que je suis s'y est opposé sur la base de trois points : premièrement, la technique sous-jacente, d'une bêtise sans nom ; secondement, l'opportunité politique et sociale, extrêmement discutable voire franchement négative ; troisièmement, la qualité juridique du texte de Loi et la qualité globale du projet dans son ensemble, toutes deux la-men-ta-bles sans parler des anticonstitutionnalités. Christine Albanel n'a aucunement affronté ces arguments, elle n'y a pas répondu. Et son Cabinet a fait virer de TF1 un citoyen qui avait eu le tort de faire le même type de commentaires à sa député.
Christine Albanel ne s'est jamais enfermée dans un bunker. Elle parle au nom du bon sens qui l'emporte toujours, même si c'est souvent trop tard, hélas.
Anéfé. J'attends toujours le pare-feu intégré à Open Office et son bon sens associé. J'attends également que son bon sens de création de neuf TGI spéciaux dédiés à Hadopi l'emporte. Avant qu'elle ne se fasse virer de son Ministère, cela va sans dire...
Dans quelques années, on s'apercevra que c'est uniquement pour des raisons électorales que les adversaires de la loi Hadopi ont encouragé le laxisme débridé et mis en danger les métiers de la création
Non monsieur Thomas, non. C'est uniquement par exercice de la démocratie et par esprit de sauvegarde de cette perle-là que les adversaires de la Loi Albanel l'ont attaqué. Quant aux métiers de la création, même les organismes de protection des droits de la création anglo-saxons commencent à revenir du tout répressif et ont annoncé qu'il faut considérer qu'on ne reviendra plus en arrière, qu'il faut penser différemment et innover par de nouveaux canaux de distribution. Vous êtes bien seul monsieur Thomas.
De la même façon qu'on a fini par comprendre que le n'importe quoi urbanistique, le tout automobile et la spéculation frénétique ont saccagé notre littoral et notre environnement. Notre vie.
Et oui. Moi aussi je regrette M. Lefebvre. Non, pas celui auquel vous pensez mais celui qui habitait à 100 mètres de chez mes parents, dans ce grand appartement au-dessus du bistrot et qui était le dernier épéïste de France. Un savoir-faire ancestral, passant de maître à apprenti, s'est perdu quand il s'est arrêté, n'a pas trouvé de repreneur à former et est décédé. Les époques changent, le monde aussi. La Sacem et consorts ont eu pas mal de belles années de vaches grasses. Il suffit de voir le patrimoine immobilier de la Sacem en France. Tout change. Cela aussi. Aucune importance. Baissez le prix du CD, du DVD, de la place de cinéma, arrêtez de faire taxer les MP3, les supports vierges, les disques durs, bref arrêtez de nous prendre pour des vaches à lait et pensez différemment. Ou disparaissez. Tant pis pour vous. La nature ayant horreur du vide, je n'ai aucun doute que la place des disparus sera reprise bien vite par des innovateurs.