Je sais que cet article paraîtra un peu désabusé mais il vient des tripes.

Commençons par quelques informations utiles :

  • Je ne suis ni Crésus, ni un archéologue du 19ème siécle. Je ne peux financer les outils que je développe par mes rentes juste pour la beauté de la chose.
  • Mon entreprise est petite, toute petite. Elle ne peut se permettre de mettre en oeuvre des business models à base de pub, d'agrégation de données vendues à des tiers. De toute manière, ce n'est pas mon métier ; mon métier c'est le logiciel.
  • Cela peut étonner, mais je dois gagner ma vie. Je dois manger, élever mes enfants, payer les factures. Et je ne parle méme pas de tenter de mettre un peu de pognon de côté en ces périodes de disette.
  • Le logiciel open-source est une partie importante de ma vie, depuis plus de vingt ans et mon premier code distribué.
J'ai donc sorti TwitFactory - j'écrirai TF ci-dessous - pour Mac en version commerciale, payante, closed-source hier (ceci dit, je vous rappelle que le source d'une appli XUL/JS est parfaitement lisible en deux secondes...). J'ai reçu un tombererau de commentaires parfois assez rudes qu'il m'est nécessaire de commenter ici parce qu'ils me font émettre des sérieux doutes sur l'avenir de l'industrie du logiciel telle que je la connais.
TF est payant
Bah oui. J'ai bossé d'arrache-pied pendant un mois pour écrire ce code. Son usage n'agrège aucune donnée concernant l'utilisateur et j'ai considéré que vendre le soft était plus éthique que vivre de la pub ou du spam. Quand on voit les Privacy Policies de certains clients twitter gratuits, il y a de quoi se demander vraiment pourquoi les gens utilisent ces usines à pub ou à spam. Visiblement, 15 euros pour un mois de travail acharné et des fonctionnalités que les autres clients micro-blogging n'ont pas, certains trouvent cela cher. Or j'ai vu récemment un de ceux qui m'ont dit trouver cela anormal que TF soit payant payer une bière dans un pub 7,50€ en me parlant de son abonnement de téléphonie mobile à 50€ mensuels... Un certain parfum de paradoxe. Pour paraphraser un titre de film, je dirais que pour plus de zéro euros, t'as plus rien... Le même personnage utilise sur son PC mIRC depuis pas loin de dix années sans en avoir payé la licence. Le pire, c'est qu'il est informaticien et m'explique qu'il a du mal à trouver un boulot sympa dans lequel on fait des choses excitantes.
15€ ?
Oui. Moins que trois paquets de cigarettes, moins cher que le plat du jour de bistro à côté de chez moi, moins cher que le prix à la caisse à chaque fois que je rentre au Monoprix pour acheter à bouffer. C'est cent balles pour un mois de boulot à plein tube. Trouvez donc un prestataire à cent balles par mois...
TF est payant alors que tu ne faisais que de l'open-source
Ben voyons. Disruptive Innovations est bien entendu une société philanthropique et nous offrons des fleurs à nos clients au lieu de les faire payer... Non mais les gars, réveillez-vous un peu ! Vous croyez vraiment qu'on peut se permettre de libérer certains code sans bosser pour de l'argent à côté ? Si c'est le cas, vous devriez revenir un peu à la réalité.
Nvu était gratuit
C'est bien ce que je disais au-dessus, vous oubliez un détail : Linspire a sponsorisé entièrement le développement de Nvu d'octobre 2003 à juin 2005.
D'autres clients twitter sont gratuits
Allez donc lire en détail à tête reposée leur Privacy Policy... Je l'ai fait. Vous aurez quelques surprises...
Par exemple Nambu est gratuit.
Ah oui Nambu. Je peux me marrer ? Donc Nambu, tr.im et pic.im, les trois services de The Nambu Network Inc. sont tous les trois gratuits et sans pub. Et développés par une société commerciale qui pour l'instant ne fait que cela et qui n'affiche même pas de Privacy Policy sur son site. Eh ! Oh ! Réveillez-vous ! Vous prenez cette société commerciale pour des généreux mécènes vivant d'air et d'eau fraîche ? Soit ils sont sponsorisés par un partenaire et personnellement je n'aime pas que le nom de ce partenaire soit caché, soit vous feriez mieux de demander leur pivacy policy, soit cela ne durera pas longtemps.
TF aurait pu trouver un autre business model
Non je ne crois pas. J'ai choisi de ne pas empiéter sur la vie privée de l'usager, de ne pas lui présenter de publicité, de ne pas vendre son adresse ou de faire des "call home" depuis l'appli. Parce que je déteste ça tout comme vous.
TF aurait pu être open-source et vendu
Là on touche à un problème de fond du logiciel libre et du logiciel open-source. Même si la licence du logiciel indique que le source est ouvert mais que le produit est payant, la plupart de ceux qui ont les capacités pour le faire compileront le source sans payer la licence. Il faut être très très naïf pour croire et très gonflé pour affirmer le contraire, sauf dans le cas de logiciels assez chers soutenus par une organisation assez puissante pour attaquer ceux qui agiraient ainsi. Un logiciel dont le code est accessible et compilable pour donner exactement la version payante ne rapportera pas un rond à son créateur, sauf dans quelques rares cas de softs pour lesquels une maintenance applicative peut être vendue.
TF aurait du être gratuit sur desktop et payant sur iPhone
Ben tiens. Sauf qu'il faut développer la version iPhone, que certaines des fonctionnalités avancées de TF ne se prêtent pas du tout au passage vers une interface tactile type iPhone. Et cela oublie un léger détail : le nombre de développeurs qui vivent de leur application iPhone est ridiculement faible comparé à ce que l'on croit. Quelques centaines de développeurs ont vraiment fait du pognon, les autres - des milliers - ont fait des clopinettes. Et quand je dis des clopinettes, je pèse mes mots. L'App Store d'Apple est une merveille qui a changé la donne en bien dans la distribution de logiciel. Mais c'est aussi une catastrophe qui a tiré les prix du logiciel vers un tel bas niveau que le logiciel ne rapporte plus. Sauf à Apple bien entendu... Je n'appelle pas cela une économie viable pour les développeurs.
TF n'a pas une interface native sur Mac
Certes. Pas plus que Firefox ou Thunderbird puisque TF est basé sur Xulrunner. Ceci dit, je bosse désormais principalement sur Macintosh et l'UI de TF n'est pas perturbatrice dans le landernau. Seuls les geeks râlent sur un sujet pareil, le succès de Firefox même sur Mac le montre bien.
La version de démo est très limitée
Bah oui. L'installation d'une clé d'activation ou d'une time-bomb dans un logiciel écrit en XUL et JS pose un sérieux problème car elle serait hackable en cinq secondes. J'ai d'ailleurs un dîner de prévu avec un copain pour en discuter mais la solution à cette question sera loin d'être aisée à trouver. Je n'avais donc d'autre choix simple et praticable que de mettre une démo très limitée ou pas de démo du tout. A la demande des usagers, j'ai mis une démo en ligne.
TF aurait pu servir de pub gratuite pour Disruptive Innovations
Non... Notre savoir-faire et notre réputation sont bien établis et nous sommes parfaitement reconnus dans le milieu. Nous n'avons pas besoin de publicité supplémentaire. Ce dont a besoin Disruptive Innovations pour survivre, et je suis au regret de ramener la discussion à un niveau terre-à-terre que beaucoup oublient souvent, c'est de sous.
Sur Linux il est impossible de vendre TF
Cela ne m'empêchera pas de produire une version linux de TF qui sera vendue. Tant pis si les usagers préfèrent rester avec des clients twitter/identi.ca aux fonctionnalités faibles au lieu de soutenir un développeur par un montant somme toute très modique.

Je sais que ces propos vont faire grincer quelques dents, mais je crois que le logiciel gratuit (quelque soit son statut, freeware, open-source ou libre) va tuer cette industrie. La culture de la gratuité s'est trop immiscée dans notre monde  et de trop nombreuses personnes trouvent désormais choquant de payer même pour un logiciel complexe qui a demandé des mois voire des années de travail. Contrairement à ce que l'on lit à droite ou à gauche chez des idéalistes à mon avis un peu loin de la réalité, non, à de rares exceptions près, on ne vit pas du logiciel libre ou ouvert. Comparé aux nombre de logiciels libres ou ouverts disponibles, ceux qui génèrent de quoi en vivre sont rarissimes.

Que l'on ne s'y trompe pas, je suis et je reste un soutien convaincu de l'open-source. Mais je m'attends à des effets de bord dévastateurs de l'open-source et du libre dans les vingt années qui viennent, avec une chûte brutale et irrécupérable à court terme de l'industrie du logiciel.

La gratuité n'existe pas.