CE GOUVERNEMENT EST UN GOUVERNEMENT DE CONNARDS QUI ESSAYE DE NOUS FAIRE PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES.

Oser affirmer, au nom d'une légère économie pour la Sécu, que la Biafine remboursée et le Nifluril sont des médicaments à l'efficacité moyenne est une imbecillité SANS NOM. La Biafine est bien connu des brûlés et des irradiés (et donc des patients sous radiothérapies) et je vous prie de croire que ma brûlure au second degré de la jambe s'en souvient bien. Quand au Nifluril, mes ennuis de genou auraient été bien pire sans cet anti-inflammatoire bien connu.

Le Ministère de la Santé prend le problème par le mauvais bout. Je l'ai déjà dit et je le répète : si les laboratoires médicaux étaient obligés de mettre dans le domaine public tout médicament dont la commercialisation est arrêtée, la Sécu n'aurait pas à rembourser des médicaments coûteux de n-ième génération alors que des médicaments anciens donnaient toute satisfaction mais ne rapportaient plus assez. Les génériques prendraient le relais. Mon père, toubib de son état, a des centaines d'exemples en la matière. Le plus emblématique, c'est probablement le Buscopan, anti-spasmodique super-bien toléré même par les jeunes enfants, facile à avaler car tout petit. Ne coûtait plus rien. Remplacé par des produits plus compliqués, plus spécialisés, plus contraignants. La Pharmacie en est pleine et qui casque ? Vous, moi, nous.

Le Ministère de la Santé a tout simplement la trouille de s'attaquer à la rente des Grands Labos. La "rupture" hein ? Visiblement pas partout.