Oui, vous qui avez fait le choix de ne pas vouloir d'enfant, je vous plains. Jamais vous ne connaîtrez l'immense bonheur que représente en quelques secondes le lacher d'une petite main à l'entrée de son école, à 8h30, lorsque la porte s'ouvre et le retour en courant de la même petite main vers vous pour un énorme calin goulu, un bisou appuyé et un visage souriant qui vous dit les yeux dans les yeux avec un sérieux énorme "à ce soir, papa". Un jour, ça vous tordra les tripes et pour la plupart d'entre vous, vous vous demanderez si vous n'avez pas fait le mauvais choix... Je vous plains de vous priver de ce bonheur. Sincèrement.