Ouais, je commence à avoir les tempes et la barbe qui grisonnent et le dos en compote. Depuis peu je reporte même des lunettes (qui parait-il me vont bien...). Mais je suis heureux. Vraiment heureux. Je suis heureux parce que je vis comme j'aime vivre, que passer des heures à pondre du code super-compliqué qui non seulement fonctionne mais fonctionne d'une part comme je le voulais et d'autre part d'une manière plutôt intuitive me ravit d'aise. Je me lève toujours le matin avec la gnak, l'envie d'y aller et de m'éclater malgré la difficulté du défi. Je souhaite à tout le monde d'avoir un métier comme le mien, un métier qui fait travailler le cerveau et grand fournisseur de sourires de joie. J'ai l'impression de coder mieux, plus vite, plus loin que jamais. Le pied, quoi.

Voila. Vous pouvez fermer votre brouteur et reprendre une activité normale, c'était une minute de bonheur dans un monde de brutes.