Quand je lis Pascal Nègre, j'ai envie de n'écouter que du Wagner...