Benjamin Chulvanij, producteur et membre du jury de PopStars sur M6, n'a pas l'air d'avoir apprécié mon article d'hier en réponse à Pascal Nègre. Le brave homme a découvert Twitter précisément le 22 novembre 2010 à 1h39 du matin. C'est pour l'instant comment dire, euh, voyons, noob ? Par contre il a découvert assez vite TwitLonger parce qu'évidemment, plus c'est long plus c'est bon. Le brave homme est aussi manichéen que Pascal Nègre :

  • je suis un méchant geek qui n'a rien compris
  • je suis un méchant geek qui n'a en fait aucun argument
  • je suis un voleur dont le disque dur est plein de MP3 piratés
  • s'il me croise il me casse la gueule

menaces physiques par Benjamin Chulvanij

Ce qui me semble très clair... S'il me croise, donc physiquement, il m'envoie sa droite. Dans la gueule donc. A ce stade, j'ai dit les mots magiques : "1ère page des magazines people entre deux flics" et "plainte". Cela s'est calmé comme par enchantement dites...

virage sur l'aile par Benjamin Chulvanij

Les tweets suivants sont encore plus coulants. Il va "droiter" mes arguments. Uniquement s'il me croise donc. C'est une manie chez les producteurs de faire prendre des vessies pour des lanternes ?

Décidément, j'adore le monde de la production musicale. Des arguments imparables, des débats sérieux, des taxes et des subventions raisonnables, aucune menace. Des gens fréquentables. Quant au triste sire sus-cité, je pense qu'il va devoir changer de compte Twitter assez rapidement ; la bonne nouvelle c'est que je crois qu'il a appris très très vite que quand on se veut un "pipole" on évite de menacer physiquement quelqu'un sur l'Interweb parce que cela n'en sort plus.

Le chétif - d'aucun aurait ajouté qu'il s'envole quand on lui souffle dessus - vous salue bien.

(je suis Chétif de la Bretonne ? :-) )