Il y a quelques années, dans un vol entre Paris et les USA, j'ai été témoin d'une chose hallucinante : non loin de moi, deux passagers se plaignaient - à juste titre selon moi, la même hôtesse me servait et elle était en-dessous de tout - de la désinvolture d'une hôtesse de l'air, du jeté de plateau sur leurs genoux, de réponses odieuses. A la cinquième grosse impolitesse de l'hôtesse (américaine), ils ont menacé de se plaindre auprès de la chef de cabine. L'hôtesse n'a rien dit et est repartie. Et quand un des passagers s'est retrouvé debout dans le couloir juste pour dégourdir ses jambes, elle est arrivée derrière lui, a tenté de passer en force sans dire pardon, s'est bien entendu retrouvé coincée entre lui et le siège, et a commencé à hurler qu'il l'agressait, hurler de plus en plus. Bien entendu, le passager a essayé de la raisonner, et c'est exactement ce qu'elle attendait...

Que croyez-vous qu'il arrivât ? Les deux passagers ont été coffré dès leur arrivée à l'aéroport sur plainte de violence par l'hôtesse... Les autres passagers, outrés, ont tous témoignés pour eux. Vu le nombre, cela a suffit, mais les deux passagers sur qui est tombée cette infamie sont quand même restés coincés chez les poulagas américains plusieurs jours si ma mémoire est bonne.

Bref. Je n'ai aucune idée si l'accusation contre DSK tient debout. Tout est possible là-bas. Est-ce qu'il est comme tout le monde sorti de sa douche à poil (voire avec une gaule à défaut d'avoir la Gaule, ce qui, vous en conviendrez, peut arriver à tout un chacun) sans savoir qu'une femme de chambre était là et qu'elle en profite en se disant qu'un président du FMI ça vaut beaucoup dans une négociation amiable ? Ou est-ce que DSK n'est finalement qu'un excité du bulbe incapable de se retenir dès qu'un sexe féminin passe à proximité et qui ne doit en aucun cas devenir Président de la République ? Dans tous les cas, il y a deux conclusions à tirer :

  1. on a du faire la fête au Chateau (l'Elysée) samedi. Le champagne a du couler à flots... Sarko en avait bien besoin, un deus ex machina pareil, ça tient du miracle politique. Cela ne l'élit pas automatiquement en 2012 mais son principal challenger est probablement hors course désormais.
  2. DSK est foutu politiquement, et foutu tout court. Sa retraite définitive est au bout de la route. Je ne parle même pas d'avoir un jour de nouveau un patron du FMI français... Que l'accusation soit fondée ou pas. Bref, c'est Hollande qui reprend le flambeau au PS avec une Martine Aubry qui se dit que merde elle va peut-être devoir y aller. DSK était le seul des trois pour lequel une partie de la droite était susceptible de voter. Le pire, ce serait que cela remette Ségolène Royal en selle... En 2007 j'en voulais énormément au PS pour sa conduite, pour son choix de candidate. En 2011, c'est pareil. Les candidats PS sont inconséquents, incapables d'assurer pour le pays.

Décidément, 2012 va être un bordel incommensurable. Et la Marine toque au portillon, avec son habillage vachement clean et communiquant d'un parti antirépublicain, antiparlementariste et utilisant la démocratie contre la démocratie.

Pour DSK, au pire, c'est un crime. Au mieux, un coup monté (je ne dis pas un coup politique). Mais dans tous les cas, une faute de prudence grave. Impardonnable.