Supposons. Oui, supposons que les charges contre DSK s'effondrent et qu'il finisse libre. Attention, je ne dis aucunement qu'il a fait quelque chose ou n'a rien fait. Je dis que les charges s'effondrent, ce qui n'est pas pareil. Encore une fois, il y a le résultat de l'enquête judiciaire d'une part et la vérité d'autre part et je crains qu'on ne connaisse jamais la vérité. Un effondrement des charges n'innocente pas DSK, il le déclare seulement non poursuivable ou non coupable au vu des éléments dont on dispose. Mais bon, nous vivons en société et seule la décision de justice compte, en bien ou en mal. Un compromis nécessaire.

Apparemment, DSK devrait voir cet après-midi même ses restrictions de liberté et peut-être même déplacement grandement levées. Étonnant quand l'accusation a dit et répété qu'elle disposait de nombreux éléments dont les traces ADN des griffures, des enregistrements de caméras de surveillance, des témoignages sur la précipitation de DSK à fuir, des éléments d'horaire, etc. La crédibilité de la plaignante serait entachée à ce point que tout cela ne suffirait plus ? Dans sa recherche d'éléments à charge, le procureur et son équipe ont donc trouvé des éléments à décharge - qu'il se doit de communiquer à la défense - tellement énormes qu'il ne puisse plus s'opposer à une réduction des contraintes pesant sur DSK ? Wow, pour dire le moins. Je n'aimerais pas être à la place du procureur Cyrus Vance Jr., il a du plomb dans l'aile pour sa réélection...

Je crois que même dans ce cas, la candidature présidentielle de DSK est grillée. Je l'ai déjà dit, il a commis au moins une faute de prudence totalement impardonnable. Quand on veut jouer gros, on évite d'aller tremper sa nouille frénétiquement. Par contre, une levée des charges et une libération rapides peuvent lui donner, si c'est bien joué médiatiquement, un capital de sympathie non négligeable dans notre pays à l'anti-américanisme latent et réceptif aux théories du complot. Le retour inespéré de l'homme à abattre qui est resté debout dans la tempête, un truc dans le genre. Si tout cela est suffisamment clair, il pourrait même peut-être devenir premier-ministrable. Si, si. Cela va être difficile, mais c'est pourtant possible.

Je m'attends donc à deux choses rapidement, en fonction de ce qui va se passer à New York cet après-midi : tout d'abord une nouvelle charge de la majorité parlementaire contre DSK dans quelques jours à quelques mois, de peur que son retour sur la scène hexagonale ne favorise le ou la candidat(e) socialiste. Ensuite, aucun changement dans le calendrier des primaires socialistes, une annonce officielle de DSK qu'il ne rentre pas dans la course et enfin peut-être une drague sérieuse des candidats socialistes auprès de DSK après une période de calme loin des spotlights, disons à partir de l'automne pas avant. L'ombre de DSK planera de toute manière sur cette élection.