Mon expert-comptable a ses bureaux juste au-dessus du Pôle Emploi de Saint-Germain en Laye. Au moment où j'arrive sur la plate-forme extérieure donnant accès aux escaliers, une jeune femme frêle sort en pleurs, titubante, de Pôle Emploi. Visage défait, tenant à peine debout. Je m'arrête évidemment et lui demande si elle a besoin d'aide. Évidemment, elle avait besoin d'aide. En tous cas, de quelques minutes de réconfort. Son histoire est simple, et sordide à la fois : elle a été licenciée, et Pôle Emploi lui refuse les indemnités chômage parce que son employeur a magouillé tous les chiffres qui ne reflètent pas ses salaires et licenciement. Seul conseil de Pôle Emploi : portez plainte aux Prud'hommes. En attendant, la jeune femme est sans ressources, dans un secteur où la ré-embauche rapide sera difficile. Je l'ai un peu consolée, les larmes ont séché, j'ai donné quelques conseils pratiques immédiats, et elle est partie chercher quelque chose à manger, proche de l'hypoglycémie. J'en avais les tripes nouées, une horreur. Si une personne licenciée peut sortir de Pôle Emploi dans cet état-là alors que c'est là-bas qu'elle devrait trouver la meilleure aide pour sa situation, il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume de Pôle Emploi. Sigh.