J'ai lu beaucoup de choses sur la défaite de Ségolène Royal. Des choses vraies et des bêtises. Des choses enflammées aussi. Mais pas un seul article n'allait au fond des choses vraiment. Un des meilleurs articles sur le sujet est sans doute celui de Thomas Legrand dans Slate.fr. Mais même celui-là évite quelques réflexions importantes:

  • Au lu des réactions des supporters de Ségolène Royal - et j'en ai lu beaucoup - on peut sérieusement se demander si les reports de voix vont correctement fonctionner. De ce que je lis, les soutiens vocaux et passionnés sont souvent dégoutés par la défaite de leur candidate et envisagent de ne pas voter au second tour des primaires voire de voter blanc. La plupart considèrent que leur candidate était la seule chance d'un PS totalement croûlant et foutu. Cela pourrait s'avérer catastrophique, et cela sera un second coup de couteau dans le dos de leur candidate.
  • Ségolène Royal n'a pas perdu que parce qu'elle ne s'est pas débarrassée de son image de perdante de 2007 comme l'écrit Thomas Legrand, c'est faux. Elle a perdu des points après chacun des trois débats télévisés. Elle n'a pas semblé jouer le jeu et a semblé re-perdre les pédales comme lors du débat face à Sarkozy. Elle, elle le pourra. Avec elle, les enfants aimeront tous l'école. Elle changera la donne. Elle est sûre de passer. Cela n'a pas plus, tout simplement.
  • Ceci dit il est exact que sa prestation face à Sarkozy en 2007 a de quoi refroidir les ardeurs pour 2012. Si Royal a eu 17 millions de personnes derrière son nom en 2007, elle a quand même perdu l'élection imperdable. Le PS ne l'a pas aidé mais il faut également rappeler qu'elle avait totalement shunté le PS. Un rendu pour un prêt quoi. Bref, la perspective qu'elle reperde une élection imperdable était de trop.
  • Elle est à mon avis définitivement perdue pour la présidentielle, même si le PS perdait cette élection; s'il la gagne, le/la président(e) élu(e) serait le candidat naturel en 2017... Les électeurs socialistes ne veulent clairement plus d'elle, c'est foutu. Son rendez-vous était en 2007 et elle l'a foiré. Avec un débat gagnant face à Sarkozy, elle aurait pu l'emporter mais elle s'est ce soir-là carbonisée toute seule. Elle n'était pas à la hauteur, point.

La dernière fois que j'ai écrit sur le fond de la candidature de Royal sur ce blog, j'ai retrouvé un torrent d'ordures et d'insultes dans les commentaires. Critiquer Ségolène Royal était visiblement inadmissible. Or j'ai autre chose à faire que me coltiner la modération a posteriori des humeurs bileuses des Royalistes défaits. Les commentaires sont donc exceptionnellement fermés sur cet article.